Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Acrylamide: un vote en faveur de la proposition de la Commission visant à en réduire la présence dans les denrées alimentaires

Bruxelles, le 19 juillet 2017

Aujourd'hui, les représentants des États membres ont voté en faveur de la proposition de la Commission européenne visant à réduire la présence d'acrylamide dans les denrées alimentaires.

Une fois mis en œuvre, le nouveau règlement exigera des exploitants du secteur alimentaire (ESA) qu'ils appliquent des mesures obligatoires, proportionnées à la taille et à la nature de leur établissement, afin de réduire la présence d'acrylamide.

Le commissaire pour la santé et la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, s'est félicité de ce vote: «Aujourd'hui, nous avons franchi un pas important dans la protection de la santé et du bien-être des citoyens. Le nouveau règlement permettra non seulement de réduire la présence de cette substance cancérogène, mais contribuera à sensibiliser l'opinion publique à la manière d'éviter l'exposition à ladite substance, qui est souvent liée à la cuisine domestique.»

Le texte approuvé aujourd'hui va maintenant être transmis au Conseil et au Parlement européen. Les deux institutions disposent d'un délai de trois mois pour l'examiner, avant son adoption finale par la Commission. L'entrée en vigueur pourrait être prévue pour le printemps 2018.

La Commission a également l'intention d'entamer des discussions sur des mesures supplémentaires, telles que la fixation de teneurs maximales en acrylamide dans certaines denrées alimentaires, dans les meilleurs délais après l'adoption de ce règlement.

Contexte

L'acrylamide [1] est une substance cancérogène, qui se forme à partir de l'asparagine libre (acide aminé) et des sucres naturellement présents lors d'un traitement à haute température, tel que la friture, le rôtissage et la cuisson, en particulier dans les produits à base de pomme de terre, les produits à base de céréales, le café et les succédanés de café.

La présence d'acrylamide dans les denrées alimentaires a été initialement décelée en 2002 et, depuis lors, des recherches ont été menées afin de définir des mesures visant à réduire sa présence dans les denrées alimentaires. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé, en 2015, que l'acrylamide est une substance cancérogène et que les niveaux actuels d'exposition à l'acrylamide suscitent des préoccupations en ce qui concerne les effets cancérogènes. L'EFSA a également indiqué que les teneurs en acrylamide n'avaient pas systématiquement diminué au cours des dernières années. En outre, les enquêtes effectuées par les États membres sur la base de la recommandation de la Commission ont révélé que la mise en œuvre par les exploitants du secteur alimentaire des mesures d'atténuation volontaires visant à en réduire la présence se faisait de façon très variable.

À la suite de l'avis de l'EFSA, la Commission a engagé des discussions avec les autorités des États membres pour définir des mesures réglementaires appropriées afin de réduire la présence d'acrylamide dans les denrées alimentaires.

[1] https://ec.europa.eu/food/safety/chemical_safety/contaminants/catalogue/acrylamide_en

 

Text of the draft proposal available here: http://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/initiatives/ares-2017-2895100_en

IP/17/2028

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar