Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe: le rapport 2017 montre des tendances positives, mais souligne la charge élevée qui pèse sur les jeunes

Bruxelles, le 17 juillet 2017

La Commission a publié aujourd'hui l'édition 2017 de son rapport annuel sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe (ESDE)

L'édition de cette année confirme les tendances positives sur le marché du travail et en matière sociale ainsi que la pérennité de la croissance économique. Avec plus de 234 millions de personnes occupées, le taux d'emploi n'a jamais été aussi fort qu'aujourd'hui dans l'UE et le chômage est à son niveau le plus bas depuis décembre 2008. Depuis 2013, 10 millions d'emplois ont été créés dans l'UE. Toutefois, au-delà du progrès économique et social général, les données montrent qu'une charge particulièrement élevée pèse sur les jeunes générations: celles-ci tendent à avoir plus de difficultés à trouver un emploi et occupent plus souvent des formes d'emploi atypiques et précaires, y compris des contrats temporaires, ce qui risque d'abaisser leur niveau de protection sociale. Elles sont également susceptibles de percevoir des pensions plus faibles par rapport aux salaires.C'est pourquoi le rapport ESDE 2017 met l'accent sur l'équité entre les générations: nous devons faire en sorte que toutes les générations bénéficient des tendances économiques positives actuelles.

Marianne Thyssen, commissaire européenne pour l'emploi, les affaires sociales, les compétences et la mobilité des travailleurs, a déclaré à ce propos: «Ce rapport annuel montre une nouvelle fois que nous sommes résolument engagés sur la voie de la création d'emplois et de croissance. Toutefois, aujourd'hui, les jeunes et leurs enfants peuvent être moins bien lotis que leurs parents. Ce n'est pas ce que nous voulons. Une action rapide est nécessaire. Avec le socle européen des droits sociaux, nous voulons préserver et améliorer les normes sociales et les conditions de vie pour les générations à venir».

Le rapport montre que, malgré une amélioration constante du niveau de vie au sein de l'UE, les jeunes ne bénéficient pas autant que les générations plus âgées de cette évolution positive. En outre, la part des groupes d'âge les plus jeunes dans les revenus du travail a diminué au fil du temps. Ces problématiques ont des répercussions sur les décisions des jeunes ménages, y compris celles d'avoir des enfants et d'acheter une maison. Il peut en résulter des conséquences négatives sur les taux de fécondité et, dès lors, sur la viabilité des systèmes de pension et de la croissance.

De plus, la population en âge de travailler devrait diminuer de 0,3 % par an jusqu'en 2060. Cela signifie qu'une main-d'œuvre moins importante devra faire en sorte que nous poursuivions sur la trajectoire de croissance actuelle et que, dans le même temps, un plus petit nombre de cotisants alimenteront les régimes de pension — souvent avec des cotisations inférieures et/ou irrégulières, car elles ne correspondront pas à un travail à temps plein et/ou à un travail classique — tandis qu'un nombre plus grand de titulaires de pension dépendront d'eux. Les jeunes travailleurs d'aujourd'hui et les générations futures semblent donc faire face à une double charge résultant de l'évolution démographique et de la nécessité d'assurer la viabilité des systèmes de pension.

Prochaines étapes

Les décideurs politiques peuvent anticiper et atténuer les effets de ces évolutions, et ce de plusieurs manières. Tout d'abord, nous devons tirer pleinement parti de notre potentiel humain sur le marché de l'emploi, en dotant tous les groupes d'âge des compétences requises et en veillant à ce qu'il existe un lien proportionnel entre la durée de la vie professionnelle et l'espérance de vie. Des mesures se traduisant par une hausse de la fécondité et une gestion efficace des migrations peuvent également aider, de même que le soutien à l'innovation et une efficacité accrue dans les dépenses d'investissement consacrées aux compétences et à la formation des jeunes et des personnes âgées.

Enfin, les partenaires sociaux peuvent contribuer de manière significative à la réduction du fossé qui existe entre travailleurs jeunes et âgés afin de promouvoir un marché du travail plus équitable pour les uns comme pour les autres. Il s'agit notamment de favoriser la formation tout au long de la vie et la fourniture de prestations de protection sociale et de participer à la conception et à la mise en œuvre de la législation sur la protection de l'emploi et des politiques actives du marché du travail.

Contexte

Le rapport annuel sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe fait le point sur les dernières évolutions en matière sociale et d'emploi, et examine les difficultés à venir ainsi que les actions à envisager pour y remédier. Il s'agit du principal rapport de la Commission européenne contenant des éléments d'information et d'analyse et passant en revue les tendances et les défis à venir sur le marché du travail.

Il existe de nombreux exemples concrets de la façon dont la Commission cherche à remédier aux problèmes évoqués dans les rapports annuels ESDE. Le socle européen des droits sociaux, par exemple, constitue un critère de référence pour orienter la mise en place de marchés de l'emploi équitables et efficaces. Il vise à garantir que nos modèles sociaux sont adaptés au 21e siècle, en particulier dans le contexte du vieillissement de la population et de la numérisation. Les initiatives qui l'accompagnent, telles que les consultations des partenaires sociaux sur la modernisation des contrats de travail et l'accès à la protection sociale, visent à définir clairement les conditions de travail et la protection sociale, et ce également pour les personnes se trouvant dans des formes d'emploi atypiques.

Investir dans les personnes et leur donner les moyens de tirer parti des offres d'emploi de qualité, tels sont les objectifs que l'on retrouve précisément au cœur de la «nouvelle stratégie en matière de compétences pour l'Europe». Celle-ci vise à soutenir le développement des compétences des citoyens pour leur permettre de se préparer aux mutations du monde du travail.

Les efforts de la Commission pour faire baisser le chômage en général, et le chômage des jeunes en particulier, sont en train de porter leurs fruits. Depuis le pic de la crise en 2013, le nombre de jeunes chômeurs dans l'UE a reculé de 1,8 million et celui des jeunes qui ne travaillent pas et ne suivent pas d'études ou de formation (la catégorie dite «NEET») a diminué d'un million. Avec la prolongation de la garantie pour la jeunesse, le complément financier de l'initiative pour l'emploi des jeunes et la récente initiative visant à davantage investir dans la jeunesse de l'Europe, la Commission cherche à maximiser les chances des jeunes sur le marché du travail.

Pour en savoir plus

MÉMO: Rapport 2017 sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe — Questions et réponses

Fiche d'information: Rapport 2017 sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe — Chiffres clés

Rapport 2017 sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe

Dimension sociale de l'Europe: Vue d'ensemble des initiatives depuis le début de la Commission Juncker

Rubrique Actualité sur le site web de la DG Emploi

Analyse de l'emploi et de la situation sociale

Suivez Marianne Thyssen sur Twitter et Facebook

#ESDE2017

Recevez gratuitement par courrier électronique la lettre d'information sur l'emploi, les affaires sociales et l'inclusion de la Commission européenne

 

IP/17/1988

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar