Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Union de la sécurité: la Commission prend de nouvelles mesures pour prévenir la radicalisation et les cybermenaces

Bruxelles, le 29 juin 2017

La Commission européenne présente aujourd'hui le 8 e rapport sur les progrès accomplis dans la mise en place d'une union de la sécurité réelle et effective, et appelle à accélérer les travaux menés pour renforcer la sécurité des citoyens de l'UE.

Comme le soulignent les conclusions du Conseil européen des 22 et 23 juin, les récents attentats ont une nouvelle fois mis en lumière la nécessité d'intensifier les efforts conjoints au niveau de l'UE afin de combattre efficacement le terrorisme, la haine et l'extrémisme violent. Dans ce contexte, la Commission présente aujourd'hui les mesures prises au niveau de l'UE pour faire face à la radicalisation, au terrorisme, au crime organisé et à leur financement, et aux menaces qui pèsent sur les systèmes informatiques; elle fait, par ailleurs, rapport sur les prochaines étapes vers une interopérabilité des systèmes d'information.

Le premier vice-président de la Commission, M. Frans Timmermans, a déclaré à ce propos: «L'Europe doit faire face en bloc aux enjeux de la sécurité et aux menaces terroristes, en prenant de nouvelles mesures au niveau de l'UE et en accélérant les travaux en cours, afin de protéger ses citoyens. Avec l'appui des dirigeants nationaux, la Commission dresse le bilan aujourd'hui de ce qui a été fait jusqu'à présent, notamment dans la lutte contre la radicalisation et le financement du terrorisme. Nous proposons également des mesures supplémentaires pour préserver la sécurité de l'Europe, notamment pour assurer une plus grande interopérabilité des bases de données de l'UE et améliorer notre réponse aux cyberattaques.»

Lutter contre la radicalisation - dans le monde réel et dans le monde virtuel

Un an après la présentation d'un ensemble de mesures concrètes destinées à soutenir les États membres dans leur lutte contre la radicalisation, et dont la plupart sont en cours de mise en œuvre, la Commission présente aujourd'hui une série d'initiatives supplémentaires, qui portent notamment sur le recours aux voies de communication numériques et sur le retour des combattants terroristes étrangers.

  • Radicalisation en ligne – la Commission travaille, depuis 2015, avec les principales entreprises du secteur de l'internet au sein du Forum de l'UE sur l'internet pour détecter et retirer les contenus terroristes en ligne. Pourtant, au vu des récents attentats, les plateformes internet doivent intensifier leurs efforts, comme le Conseil l'a préconisé dans ses conclusions des 22 et 23 juin. Pour compléter les travaux de l'unité de signalement des contenus sur Internet d'Europol, la Commission invite tous les États membres à créer de telles unités au niveau national.
  • Prévention et lutte contre la radicalisation - la Commission mettra en place sous peu un groupe d'experts à haut niveau sur la radicalisation pour faciliter la formulation de nouvelles politiques de l'UE dans ce domaine et accroître leur impact. Le réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (RSR) organisera également une série d'ateliers destinés aux autorités nationales sur le thème du retour des combattants terroristes.

En outre, dans le cadre des mesures à long terme de lutte contre la radicalisation, la Commission continuera de soutenir l'inclusion sociale et l'intégration en s'appuyant sur des initiatives comme Erasmus +, le socle européen des droits sociaux et une collaboration avec des pays partenaires, moyennant des formations ciblées et un soutien financier.

Renforcer la résilience de l'UE en cas de cyberattaques et la cybersécurité

La Commission, comme elle l'a annoncé dans son examen à mi-parcours de la stratégie pour le marché unique numérique, est en train d'accélérer ses travaux pour combler les lacunes du cadre en vigueur en matière de cybersécurité. Plusieurs mesures opérationnelles à court terme devraient être prises pour affermir la réponse de l'UE à la menace informatique grandissante, dans le cadre de la révision de la stratégie de 2013 en matière de cybersécurité, prévue pour septembre.

  • Consolider les systèmes et les réseaux - la Commission débloquera une enveloppe supplémentaire de 10,8 millions d'euros au titre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE) pour financer le renforcement du réseau des centres nationaux de réponse aux incidents de sécurité informatique (réseau CSIRT) dans 14 États membres. Le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3), qui a été en première ligne de la réponse des services répressifs à l'attaque WannaCry, devrait être doté par Europol de nouveaux spécialistes en informatique.
  • Justice pénalela Commission se penche sur d'éventuelles mesures législatives qui permettraient d'améliorer l'accès transfrontalier aux preuves numériques.Elle examine également comment contrecarrer l'utilisation du chiffrement par les criminels, et présentera ses conclusions au plus tard en octobre 2017.

Interopérabilité et financement du terrorisme

La Commission prend ce jour des mesures supplémentaires dans le cadre de sa nouvelle approche pour l'interopérabilité des systèmes d'information de l'UE, sous la forme de deux propositions législatives, l'une concernant l'Agence eu-LISA et l'autre concernant le Système européen d'information sur les casiers judiciaires (ECRIS-TCN) (le communiqué de presse est disponible ici). Par ailleurs, le rapport qu'elle présente aujourd'hui fait le bilan des travaux réalisés au titre du plan d'action de 2016 destiné à renforcer la lutte contre le financement du terrorisme.

Contexte

Depuis le début du mandat de la Commission Juncker, la sécurité a été au premier rang des préoccupations politiques, depuis les orientations politiques présentées en juillet 2014 par le président Juncker, jusqu'à son dernier discours sur l'état de l'Union prononcé le 14 septembre 2016.

Le programme européen en matière de sécurité, qui contient les grandes mesures proposées pour permettre à l'UE de contrer efficacement le terrorisme et les autres menaces pour sa sécurité, oriente les travaux de la Commission dans ce domaine, y compris la lutte contre la radicalisation, le renforcement de la cybersécurité, l'élimination des sources de financement du terrorisme et l'amélioration de l'échange d'informations. Depuis l'adoption de ce programme, son application a considérablement progressé, ouvrant la voie à une union de la sécurité réelle et effective. Ces progrès transparaissent dans les rapports que publie régulièrement la Commission.

En ce qui concerne la lutte contre la radicalisation, la Commission européenne appuie depuis un certain temps les efforts des États membres par des initiatives et des plateformes telles que le réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (RSR) et le Forum de l'UE sur l'internet. Au mois de juin dernier, la Commission a présenté dans une communication un ensemble de mesures concrètes visant à aider les États membres à prévenir et à combattre la radicalisation violente conduisant au terrorisme.

Les conclusions du Conseil européen des 22 et 23 juin 2017 ont à nouveau rappelé la détermination des États membres de l'UE à coopérer au niveau européen pour lutter contre le terrorisme et accroître la sécurité intérieure.

Pour en savoir plus:

Communication: Huitième rapport sur les progrès accomplis dans la mise en place d'une union de la sécurité

Annexe 1: Situation de la mise en œuvre des actions prévues dans la communication de la Commission du 14 juin 2016 sur la radicalisation

Annexe 2: Situation de la mise en œuvre des actions prévues dans le plan d'action du 2 février 2016 destiné à renforcer la lutte contre le financement du terrorisme

Communication: Mise en œuvre du programme européen en matière de sécurité pour lutter contre le terrorisme et ouvrir la voie à une union de la sécurité réelle et effective

Communication: Programme européen en matière de sécurité

Fiche d'information: Systèmes d'information de l'UEhttps://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/what-we-do/policies/european-agenda-security/20170629_eu_information_system_-_update_june_2017_en.pdf

Fiche d'information: Union de la sécuritéhttps://ec.europa.eu/home-affairs/sites/homeaffairs/files/what-we-do/policies/european-agenda-security/20170629_a_european_agenda_on_security_-_state_of_play_june_2017_en.pdf

Fiche d'information: L'Europe qui protège

IP/17/1789

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar