Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Sommet UE-Chine: faire progresser notre partenariat mondial

Bruxelles, le 2 juin 2017

Lors du 19 e sommet entre l'Union européenne et la République populaire de Chine, qui s'est tenu aujourd'hui à Bruxelles, un certain nombre de changements importants ont été apportés à la relation bilatérale entre les deux parties et un nouvel élan a été donné à leur partenariat, qui a un impact à l'échelle mondiale.

Le président Juncker et Donald Tusk, président du Conseil européen, représentaient l'Union européenne lors du sommet. La République populaire de Chine était représentée par son Premier ministre, Li Keqiang. La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-présidente de la Commission, Federica Mogherini, la commissaire chargée du commerce, Cecilia Malmström, le commissaire pour la recherche, la science et l'innovation, Carlos Moedas, ainsi que le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, étaient également présents.

 

Vers un partenariat renforcé

Au cours du sommet, un certain nombre d'accords qui renforceront concrètement ce qui constitue déjà une relation globale ont été signés. En outre, plusieurs réunions thématiques entre l'UE et la Chine qui se sont tenues en marge du sommet ont également débouché sur des résultats positifs.

Action pour le climat:

Lors du sommet, les dirigeants européens et chinois ont réaffirmé leur volonté de mettre en œuvre l'accord de Paris de 2015 sur le changement climatique et, en tant que grands consommateurs et importateurs d'énergie, ils ont souligné l'importance de favoriser la coopération concernant leurs politiques énergétiques.

Au cours de la conférence de presse commune qui a suivi le sommet, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré: «Du côté européen, nous avons été heureux de constater que la Chine partage notre mécontentement quant à la décision prise par les Américains en matière de climat. Il s'agit là d'une prise de position utile et responsable et d'une invitation, pour la Chine comme pour l'Union européenne, à poursuivre la mise en œuvre de l'accord de Paris.»

Les dirigeants européens et chinois se sont en outre réjouis à la perspective de coorganiser en septembre, avec le Canada, une grande réunion ministérielle visant à faire progresser la mise en œuvre de l'accord de Paris et à accélérer la transition vers l'énergie propre.

Entreprises:

En marge d'un sommet productif au cours duquel les dirigeants ont pu débattre de manière constructive de questions couvrant tout le spectre des relations entre l'UE et la Chine, le 12e sommet des entreprises UE-Chine a été l'occasion pour les dirigeants des deux parties de procéder à un échange de vues avec les représentants des entreprises sur les relations économiques entre l'Union européenne et la Chine et sur les défis qu'il reste à relever.

Dans son discours d'ouverture, le président Juncker a déclaré: «Notre relation repose sur une volonté partagée d'ouverture et de coopération dans le cadre d'un système international fondé sur des règles. Je suis heureux que nous puissions nous rencontrer ici aujourd'hui et le dire haut et fort. Nous sommes conscients qu'ensemble, nous pouvons promouvoir la prospérité et la durabilité sur notre territoire et au-delà. Nous saluons l'ambition du programme de réformes de la Chine. Nous reconnaissons que des réformes ont été réalisées et que des plans ont été établis. Mais nous souhaiterions voir leur mise en œuvre s'accélérer – afin que vos politiques concordent avec votre vision du monde.»

Dans son discours, la commissaire Malmström a souligné ce qui suit: «La solidité du développement économique, des échanges commerciaux et des investissements passe aussi par le respect de l'état de droit, avec des avocats et des juges indépendants en mesure d'exercer leurs activités librement et en toute indépendance. Pour faire des affaires – et dans leur vie quotidienne –, les citoyens doivent pouvoir accéder à des informations libres et indépendantes, communiquer et discuter. Il s'agit là d'un droit humain fondamental qui s'applique également à l'ère de l'internet. Les limitations de la liberté en ligne ont aussi une incidence sur la vie des citoyens et sur le climat des affaires.»

Défis régionaux et mondiaux:

Les discussions menées lors du sommet ont montré que l'Union européenne et la Chine sont toutes deux déterminées à s'attaquer à des défis régionaux et mondiaux tels que le changement climatique, les menaces communes pour la sécurité, la promotion du multilatéralisme, le maintien de la paix et la consolidation de la paix. Des discussions approfondies ont eu lieu entre les participants au sommet sur les moyens de faire avancer la coopération et l'action commune dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité, notamment en ce qui concerne la situation dans la péninsule coréenne, en Ukraine, en Afghanistan et en Syrie, la mise en œuvre du plan d'action global commun et le Myanmar.

Politique de concurrence:

Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la politique de concurrence, et He Lifeng, président de la commission nationale chinoise pour le développement et la réforme, ont signé un protocole d'accord afin d'entamer un dialogue sur le contrôle des aides d'État. Le dialogue sur les aides d'État crée un mécanisme de consultation, de coopération et de transparence entre la Chine et l'UE dans le domaine du contrôle desdites aides. La version intégrale du communiqué de presse consacré au protocole d'accord est disponible ici.

Investissements:

Le Fonds européen d'investissement (FEI), qui fait partie du Groupe de la Banque européenne d'investissement, et le Fonds chinois de la route de la soie (Silk Road Fund, SRF) ont signé un protocole d'accord dans le but d'investir ensemble dans des fonds de capital-investissement et de capital-risque qui, à leur tour, investiront dans des petites et moyennes entreprises (PME) situées principalement dans l'UE. La Commission européenne et la commission nationale chinoise pour le développement et la réforme ont joué un rôle important en soutenant les négociations qui ont abouti à la signature du protocole d'accord. Le total des crédits engagés devrait atteindre 500 millions d'euros, dont 250 millions d'euros seraient financés par le FEI et 250 millions d'euros par le SRF. La signature du protocole d'accord fait suite à la volonté exprimée par la Chine, lors du dialogue économique et commercial de haut niveau en 2015, d'examiner les possibilités de contribuer au plan d'investissement pour l'Europe, également connu sous le nom de «plan Juncker», et de renforcer sa coopération avec l'UE sur les questions d'investissement en général. Cette initiative viendrait compléter le volet PME du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) du plan Juncker, qui devrait déjà faciliter l'accès au financement de quelque 416 000 petites entreprises dans toute l'Europe.

Coopération dans le domaine de l'énergie:

À la suite du dialogue de haut niveau sur l'énergie entre l'UE et la Chine qui a eu lieu ce matin, le commissaire pour l'action pour le climat et l'énergie, Miguel Arias Cañete, et Nur Bekri, vice-président de la commission nationale chinoise pour le développement et la réforme et administrateur de l'administration nationale chinoise de l'énergie, ont signé le plan de travail 2017-2018 pour la mise en œuvre technique de la feuille de route sur la coopération énergétique UE-Chine. Dans cette feuille de route, approuvée en juin 2016, les deux parties expriment leur volonté de relever des défis communs en matière d'énergie et de climat, touchant notamment à la sécurité de l'approvisionnement énergétique, aux infrastructures énergétiques et à la transparence du marché. La feuille de route ouvre la voie à l'échange de bonnes pratiques en ce qui concerne la réglementation en matière d'énergie, l'analyse de la demande et de l'offre, la crise énergétique et la sûreté nucléaire, ainsi que la conception des réseaux et l'intégration des énergies renouvelables dans le réseau électrique.

Connectivité:

La deuxième réunion de la plateforme de connectivité UE-Chine a permis de réaliser des progrès concernant: i) l'échange de politiques et l'alignement sur les principes et les priorités visant à favoriser les connexions de transport entre l'UE et la Chine, sur la base du cadre des RTE-T et de l'initiative «Une ceinture, une route», en associant les pays tiers concernés; ii) la coopération tendant à la promotion de solutions au niveau international, l'accent étant placé sur les solutions vertes en matière de transport; iii) des projets concrets fondés sur des critères convenus d'un commun accord, y compris la durabilité, la transparence et des conditions de concurrence égales. Le compte rendu commun approuvé de la réunion de la présidence est disponible ici, avec la liste des projets d'infrastructures européennes de transport présentés dans le cadre de la plateforme de connectivité UE-Chine.

Douanes:

Le commissaire européen chargé des affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, et le ministre chinois des douanes, Yu Guangzhou, ont signé un cadre stratégique de coopération douanière pour la période 2018-2020, qui fixe les priorités et les objectifs de la coopération douanière entre l'UE et la Chine pour les années à venir. Les domaines d'action prioritaires du cadre sont la protection des citoyens et la lutte contre le commerce illégal au moyen de contrôles douaniers efficaces, parallèlement à l'accélération et à la réduction des formalités administratives qui pèsent sur le commerce légitime. Le cadre encourage la poursuite de la coopération concernant la sécurité de la chaîne d'approvisionnement tout en simplifiant la vie des commerçants fiables et en facilitant l'application effective des droits de propriété intellectuelle et la lutte contre la fraude financière et environnementale. La coopération a également été étendue au domaine du commerce électronique. Des informations plus détaillées sont disponibles en ligne.

Commerce et agriculture:

La commissaire Malmström et son homologue chinois, M. Zhong Shan, ministre du commerce, ont signé d'importants documents relatifs à la protection de la propriété intellectuelle et aux indications géographiques.

L'arrangement administratif relatif à la coopération entre l'UE et la Chine concernant la protection et le respect des droits de propriété intellectuelle vise à garantir une bonne coopération entre la Commission européenne et le ministère chinois du commerce dans la mise en œuvre de la nouvelle phase du programme intitulé «Propriété intellectuelle: un facteur de compétitivité durable». Ce programme est, depuis 2013, le principal instrument dont la Commission européenne dispose pour régler les problèmes juridiques auxquels sont confrontées les entreprises de l'UE en Chine. Il s'agit, par exemple, de questions portant sur les brevets, les marques, ainsi que les dessins ou modèles industriels. La nouvelle phase, financée au titre de l'instrument de partenariat, débutera le 1er septembre 2017 et s'achèvera en 2021.

La commissaire Malmström, au nom du commissaire européen chargé de l'agriculture, Phil Hogan, et M. Zhong, du côté chinois, ont également signé un accord par lequel l'Union européenne et la Chine se sont engagées à publier chacune, le 3 juin, une liste de 100 indications géographiques (respectivement européennes et chinoises). Cette publication marque l'ouverture d'un processus visant à protéger les produits figurant sur la liste contre les imitations et les usurpations et devrait entraîner des avantages commerciaux réciproques ainsi qu'une plus grande sensibilisation des consommateurs et une demande accrue de produits de qualité. De plus amples informations sur cet accord sont disponibles en ligne.

Recherche et innovation:

Dans le domaine de la recherche et de l'innovation, l'Union européenne et la Chine sont convenues de renforcer leur coopération au moyen d'un nouvel ensemble d'initiatives phares ciblant les thématiques suivantes: l'alimentation, l'agriculture et les biotechnologies, l'environnement et l'urbanisation durable, le transport de surface, une aviation plus sûre et plus propre, et les biotechnologies au service de l'environnement et de la santé humaine. Ces initiatives se traduiront par un certain nombre de thèmes pour la coopération avec la Chine dans le cadre d'Horizon 2020, le programme de financement de l'UE en matière de recherche et d'innovation. Le 3e dialogue UE-Chine sur la coopération en matière d'innovation, coprésidé par Carlos Moedas, commissaire pour la recherche, la science et l'innovation, et par Wan Gang, ministre chinois de la science et de la technologie, s'est déroulé en marge du sommet. Les deux parties se sont accordées sur la reconduction du mécanisme de cofinancement UE-Chine pour la recherche et l'innovation pour la période 2018-2020 et sur son application à la coopération future entre les PME et aux fins du soutien aux jeunes entreprises. Elles ont également confirmé leur ferme volonté d'améliorer les conditions-cadres, notamment l'accès réciproque aux ressources de la science et de la technologie ainsi que de l'innovation, et de promouvoir le libre accès aux publications et aux travaux de recherche. De plus amples informations sont disponibles en ligne.

Le service de la Commission européenne pour la science et le savoir, le Centre commun de recherche (JRC), placé sous la responsabilité de Tibor Navracsics, commissaire pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport, et l'Académie chinoise des sciences ont signé un accord-cadre de recherche global, fondé sur leur longue et fructueuse collaboration dans le domaine de la télédétection et de l'observation de la terre.Cet accord vise à étendre la coopération entre les deux parties et à mettre au point de nouvelles approches scientifiques dans des domaines clés tels que la qualité de l'air, les énergies renouvelables, le climat, la protection de l'environnement, l'économie numérique, ainsi que la politique d'innovation et la spécialisation intelligente au niveau régional. De plus amples informations sont disponibles en ligne.

Tourisme:

L'Union européenne et la Chine ont signé un arrangement sur la mise en œuvre de l'Année du tourisme UE-Chine 2018. Les préparatifs liés à l'Année du tourisme avancent bien. Celle-ci devrait promouvoir des destinations moins connues, améliorer les expériences de voyage et de tourisme, et offrir des perspectives de renforcement de la coopération économique. Cette initiative constitue également une incitation à réaliser des progrès rapides en ce qui concerne la facilitation de la délivrance de visas et la connectivité aérienne entre l'UE et la Chine.

Affaires maritimes:

Les représentants de l'Union européenne et de la Chine ont signé, en marge du sommet, une déclaration conjointe à la presse sur l'Année bleue UE-Chine 2017. S'inscrivent dans ce cadre toute une série d'actions sur des questions liées aux océans. Ces actions, qui ont pour but de favoriser des liens plus étroits et une compréhension mutuelle entre l'Union européenne et la Chine, mettent en évidence une relation maritime forte entre les deux parties.

Pour en savoir plus:

Site web du 19e sommet UE-Chine

Fiche d'information sur les relations entre l'UE et la Chine

Foire aux questions concernant les relations entre l'UE et la Chine

Site web de la délégation de l'UE en Chine

IP/17/1524

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar