Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Budget de l'UE pour 2018: la Commission propose un budget axé sur l'emploi, les investissements, la migration et la sécurité

Bruxelles, le 30 mai 2017

La Commission a présenté aujourd'hui son projet de budget pour 2018, qui s'établit à 161 milliards d'euros en engagements, en vue de favoriser la création d'un nombre plus important d'emplois, en particulier pour les jeunes, et de stimuler la croissance et les investissements stratégiques.

S'appuyant sur les mesures déjà prises au cours des années précédentes, le budget de l'UE pour l'année prochaine continuera de relever efficacement le défi que représentent les migrations, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UE. L'amélioration des procédures d'information permettra de mettre davantage l'accent sur les résultats concrets qui seront obtenus grâce au financement de l'UE.

Le commissaire Günther H. Oettinger, chargé du budget et des ressources humaines, a déclaré à ce propos: «Avec ce budget, nous voulons trouver le juste équilibre entre le respect de nos engagements antérieurs concernant les grands programmes de l'UE et la capacité à faire face à de nouveaux défis, tout en renforçant la valeur ajoutée de l'UE. Nous nous efforçons de faire en sorte que davantage de jeunes Européens puissent trouver un emploi et que davantage d'investissements majeurs soient effectués sur le terrain. Obtenir des résultats tangibles et avoir une réelle incidence sur le quotidien des Européens restent le moteur de toutes les actions de l'Union

Le budget proposé s'inscrit dans les limites fixées par le Parlement européen et les États membres dans le cadre financier pluriannuel, en partant toutefois de l'hypothèse que la révision à mi-parcours déjà convenue de ce cadre sera formellement adoptée par le Conseil peu de temps après les élections qui se tiendront le 8 juin au Royaume-Uni. Dans le cas contraire, certaines des dépenses supplémentaires proposées, comme les 700 millions d'euros restants en faveur de l'initiative pour l'emploi des jeunes au cours de la période 2018-2020, seraient menacées, et il sera probablement nécessaire que la Commission utilise le budget de la rubrique «Agriculture» pour allouer des fonds supplémentaires à la sécurité et à la migration.

Ce projet de budget va maintenant être débattu conjointement par le Parlement européen et les États membres de l'UE.

Stimuler l'emploi et l'investissement

Le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI), qui est au cœur du plan Juncker, est soutenu par une garantie du budget de l'UE, complétée par une dotation provenant des capitaux propres de la Banque européenne d'investissement. Il a pour but de soutenir l'emploi et de dynamiser la croissance grâce à une utilisation plus intelligente des ressources financières existantes et nouvelles afin de tirer parti de l'investissement privé. Il devrait déjà mobiliser 194 milliards d'euros d'investissements à ce jour. En 2018, la Commission propose d'allouer une contribution supplémentaire de 2 milliards d'euros au fonds de garantie de l'EFSI.

Les Fonds structurels et d'investissement demeurent les principaux instruments d'investissement de l'Union européenne qui soutiennent les PME et les actions menées principalement dans les domaines de la recherche et de l'innovation, des transports, de l'environnement et du développement rural. Au titre du budget de l'UE, 55,4 milliards d'euros seront attribués aux Fonds structurels et d'investissement en faveur des régions et des États membres et environ 59,6 milliards d'euros aux agriculteurs et au développement rural.

Après un démarrage lent au cours des premières années, les programmes structurels et d'investissement de l'UE pour la période 2014-2020 devraient atteindre leur vitesse de croisière en 2018, conformément aux engagements convenus par les États membres et le Parlement européen. Ceci explique l'augmentation de 8,1 % du total des crédits de paiement par rapport au budget 2017.

La promotion du développement durable orientera également les actions couvertes par le budget de l'UE en dehors de l'Union, lesquelles seront considérablement renforcées en ce qui concerne les pays voisins. Le nouveau Fonds européen pour le développement durable devrait donc mobiliser des fonds supplémentaires, notamment auprès du secteur privé.

Offrir de meilleures perspectives aux jeunes

Le programme «Erasmus+» vise à atteindre les objectifs stratégiques fixés par l'Union dans les domaines de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport en améliorant les aptitudes et les compétences des étudiants, en favorisant des améliorations qualitatives dans les établissements/institutions œuvrant dans les secteurs de l'enseignement, de la formation ou de la jeunesse et en promouvant l'élaboration des politiques. Le projet de budget 2018 prévoit 2,3 milliards d'euros à cette fin, ce qui représente une hausse de 9,5 % par rapport au budget 2017.

Fin 2016, 1,6 million de jeunes environ avaient bénéficié d'actions relevant de l'initiative pour l'emploi des jeunes. Cette initiative a contribué à réduire le taux de chômage des jeunes dans la plupart des États membres. Toutefois, étant donné que les taux de chômage restent toujours supérieurs aux niveaux antérieurs à la crise financière, il est nécessaire de continuer, au niveau de l'UE, à déployer des efforts et à apporter une aide. À cette fin, une enveloppe supplémentaire de 1,2 milliard d'euros devrait être allouée à l'initiative pour la période 2017-2020, dont 233 millions d'euros sont inclus dans le projet de budget 2018 et 500 millions d'euros dans un budget rectificatif pour 2017, qui est également proposé aujourd'hui.

Le corps européen de solidarité est une autre possibilité offerte aux jeunes; il leur propose des offres de bénévolat, de stage et d'emploi de 2 à 12 mois, favorisant ainsi la solidarité au sein de la société partout en Europe. La Commission a proposé aujourd'hui de doter le corps européen de solidarité d'un budget propre et d'une base légale afin de permettre à 100 000 Européens d'y participer d'ici à 2020. Les actions liées au corps européen de solidarité pour la période 2018-2020 s'élèveront à un montant total de 342 millions d'euros, dont 89 millions d'euros en 2018.

Relever efficacement les défis géopolitiques

Étant donné que la migration et la sécurité restent des priorités absolues, la Commission envisage de continuer à financer un large éventail d'actions qui y sont liées au sein de l'Union européenne, telles que la fourniture d'aide humanitaire, le renforcement de la gestion des frontières extérieures, le soutien des États membres les plus durement touchés, et bien d'autres encore. Le financement de 4,1 milliards d'euros prévu dans le projet de budget pour 2018 dans les domaines de la migration et de la sécurité porte l'enveloppe globale allouée par l'UE à la migration et à la sécurité à un montant sans précédent de 22 milliards d'euros pour la période 2015-2018. Le projet de budget 2018 reflète le fait que la majeure partie de ce financement était concentrée en début de période.

Des fonds supplémentaires seront également disponibles pour combattre à l'extérieur les causes premières de la migration, notamment en octroyant une assistance aux pays tiers confrontés à d'importants flux migratoires, comme le Liban et la Jordanie. Le projet de budget comprend aussi les engagements pris pour cette région lors de la conférence de Bruxelles sur l'aide à apporter pour l'avenir de la Syrie organisée en avril 2017, qui s'élèvent au total à 560 millions d'euros.

Dans le domaine de la sécurité, le financement de l'UE se concentrera sur les mesures préventives de sécurité, notamment dans le domaine de la grande criminalité organisée, y compris le renforcement de la coordination et de la coopération entre les services répressifs nationaux, l'amélioration de la sécurité des frontières extérieures de l'Union européenne et le soutien des États membres pour lutter contre le terrorisme et la cybercriminalité.

En outre, la Commission a lancé en 2017 une action dite préparatoire pour les travaux de recherche en matière de défense financés par l'Union. Un montant total de 90 millions d'euros est prévu dans le budget pour la période 2017-2019 afin de financer la recherche collaborative dans les technologies et les produits innovants dans le domaine de la défense.

Contexte

Pour chaque programme à financer, le projet de budget de l'UE prévoit deux types de montants, à savoir des engagements et des paiements. Les «engagements» sont les ressources qui peuvent être convenues par voie contractuelle au cours d'une année donnée, tandis que les «paiements» correspondent aux montants effectivement versés. Dans le projet de budget pour 2018, les engagements s'élèvent à 161 milliards d'euros (soit une augmentation de 1,4 % par rapport à 2017) et les paiements à 145 milliards d'euros (soit une hausse de 8,1 % par rapport à 2017, en raison des programmes structurels et d'investissement de l'UE pour la période 2014-2020 qui atteindront leur vitesse de croisière en 2018, après un démarrage lent au cours des premières années).

Pour de plus amples informations:

- Projet de budget de l'UE pour 2018 – Questions et réponses

- Budget de l'UE axé sur les résultats

- Résultats de l'UE (collecte en ligne de projets financés par l'UE)

- Communiqué de presse sur le corps européen de solidarité

IP/17/1429

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar