Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Initiative pour la jeunesse: la Commission présente une stratégie en faveur d'un enseignement de grande qualité, inclusif et tourné vers l'avenir

Bruxelles, le 30 mai 2017

La Commission a adopté aujourd'hui de nouvelles initiatives concernant l'enseignement scolaire et l'enseignement supérieur, y compris une proposition relative au suivi des diplômés pour aider les États membres à recueillir des informations sur ce que font ceux-ci après leurs études.

L'objectif global de ces initiatives est d'aider les États membres, au moyen d'une série de mesures concrètes, à offrir un enseignement inclusif et de grande qualité à l'ensemble des jeunes, afin qu'ils acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires pour participer pleinement à la société, soient en mesure de saisir les nouvelles possibilités et de relever les nouveaux défis engendrés, par exemple, par la mondialisation et les évolutions technologiques et puissent adapter leurs études aux besoins du marché du travail.

M. Jyrki Katainen, vice-président chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, s'est exprimé en ces termes: «Le capital humain est le seul avantage concurrentiel durable de l'Europe. Un enseignement de grande qualité accessible à tous est essentiel pour l'avenir de l'Europe et constitue l'épine dorsale de sociétés ouvertes et florissantes. Il est indispensable pour aider les jeunes à affronter la vie avec force. Le train de mesures adopté ce jour est axé sur les jeunes d'Europe et sur la modernisation de l'enseignement. Il couvre l'ensemble du spectre éducatif, de l'éducation et de l'accueil de la petite enfance à l'enseignement supérieur et l'enseignement et la formation professionnels en passant par l'enseignement scolaire, jetant les bases d'un apprentissage continu tout au long de la vie.»

M. Tibor Navracsics, commissaire européen chargé de l'éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, a quant à lui déclaré: «Un enseignement de qualité pose les bases de l'épanouissement personnel et de la citoyenneté active. Il est le point de départ de la réussite d'une carrière professionnelle et la meilleure protection contre le chômage et la pauvreté. Toutefois, pour que les citoyens et les sociétés récoltent ces avantages, nous avons besoin de systèmes éducatifs de grande qualité dans toute l'UE. Les initiatives qui ont été présentées aujourd'hui et le soutien actuellement apporté par l'UE aideront les États membres et les prestataires de services éducatifs à prendre les mesures nécessaires pour améliorer les possibilités qui s'offrent à l'ensemble des jeunes en Europe et contribuer ainsi à des sociétés équitables et résilientes.»

Les jeunes ont besoin d'un large éventail de compétences pour pouvoir réussir dans la vie, trouver des emplois épanouissants et devenir des citoyens engagés, indépendamment de leur milieu d'origine. L'éducation joue un rôle essentiel pour leur donner le meilleur départ possible, mais des mesures doivent être prises pour améliorer la qualité et l'efficacité des systèmes éducatifs en Europe, de sorte qu'ils puissent rester en phase avec l'évolution de la société et atteindre l'ensemble des jeunes et des enfants. Les décisions dans le domaine de l'éducation sont prises à l'échelon national et régional, mais l'UE soutient les États membres dans le plein respect du principe de subsidiarité.

En ce qui concerne les écoles, les données fournies par les États membres montrent qu'il existe trois domaines dans lesquels une action est nécessaire et dans lesquels un soutien de l'UE peut contribuer à relever d'importants défis:

  • améliorer la qualité des écoles et l'inclusion au sein de celles-ci;
  • soutenir l'excellence des enseignants et des chefs d'établissements;
  • améliorer la gouvernance des systèmes d'enseignement scolaire.

La Commission propose de compléter les mesures prises par les États membres dans ces trois domaines en favorisant l'apprentissage mutuel, en renforçant la base factuelle sur ce qui fonctionne dans l'enseignement et en soutenant les réformes nationales des États membres qui le souhaitent. Le soutien apporté par la Commission consiste, entre autres, à stimuler le développement des compétences et l'apprentissage interculturel au moyen des partenariats scolaires, de la mobilité et du jumelage électronique dans le cadre d'Erasmus+, à renforcer les activités d'apprentissage par les pairs consacrées aux carrières et au développement professionnels des enseignants et des chefs d'établissements, et à mettre en place un nouveau mécanisme d'appui afin d'aider les États membres qui le demandent à concevoir et à mettre en œuvre des réformes éducatives.

La nouvelle stratégie en faveur de l'enseignement supérieur s'appuie sur le programme de modernisation de 2011. Dans la communication qu'elle a adoptée aujourd'hui, la Commission dévoile ses priorités pour quatre domaines essentiels:

  • garantir que les diplômés quittent l'enseignement supérieur munis des compétences dont eux-mêmes et l'économie moderne ont besoin;
  • construire des systèmes d'enseignement supérieur inclusifs;
  • veiller à ce que les établissements d'enseignement supérieur contribuent à l'innovation dans le reste de l'économie;
  • aider les établissements d'enseignement supérieur et les pouvoirs publics à tirer le meilleur parti des ressources humaines et financières disponibles.

Enfin, pour que l'enseignement supérieur puisse contribuer à stimuler la croissance et la création d'emplois, les universités doivent adapter leurs programmes aux besoins actuels et prévus de l'économie et de la société et les futurs étudiants doivent disposer d'informations solides et actuelles qui les aideront dans le choix de leurs études. C'est la raison pour laquelle la Commission présente en parallèle une proposition de recommandation du Conseil sur le suivi des diplômés, dans le cadre de la nouvelle stratégie en matière de compétences pour l'Europe. Ce suivi concernera non seulement les diplômés de l'enseignement supérieur, mais aussi ceux des programmes d'enseignement et de formation professionnels. Le but est d'encourager et d'aider les autorités des États membres à améliorer la qualité et la disponibilité des informations sur la façon dont la carrière de ces diplômés évolue ou dont ces derniers poursuivent leurs études par la suite.

Aujourd'hui également, la Commission a proposé un budget pour les trois prochaines années et une base juridique propre pour le corps européen de solidarité.

Contexte

Les initiatives présentées aujourd'hui concrétisent les engagements pris dans le cadre de l'initiative «Investir dans la jeunesse de l'Europe» adoptée le 7 décembre 2016, en particulier de la stratégie visant à améliorer et moderniser l'enseignement, dans laquelle la Commission a annoncé une série d'actions pour aider les États membres à offrir un enseignement de grande qualité à l'ensemble des jeunes. Elle prévoit une série de mesures destinées à aider les États membres et les établissements à dispenser un enseignement de grande qualité à tous les jeunes, conformément au premier principe clé du socle européen des droits sociaux selon lequel toute personne a droit à une éducation, une formation et un apprentissage tout au long de la vie inclusifs et de qualité.

Les actions prévues sont également conformes aux ambitions définies dans la déclaration de Rome du 25 mars 2017, dans laquelle les dirigeants de l'UE se sont engagés à œuvrer à «une Union où les jeunes bénéficient du meilleur niveau d'éducation et de formation et peuvent étudier et trouver un emploi sur tout le continent», ainsi qu'au document de réflexion sur la maîtrise de la mondialisation et au document de réflexion sur la dimension sociale de l'Europe respectivement adoptés par la Commission le 10 mai et le 26 avril 2017, qui rappellent tous deux le rôle central joué par l'éducation et la formation pour déterminer la compétitivité et l'avenir des économies et des sociétés européennes.https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/reflection-paper-social-dimension-europe_fr.pdf

La dernière enquête du programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) met en évidence des lacunes dans le développement des compétences au niveau de l'enseignement scolaire. Les écoles pourraient également jouer un rôle plus important dans la promotion de l'équité sociale et mieux réagir aux progrès technologiques et numériques rapides qui ont un effet profond sur nos économies et nos sociétés. Outre ces rôles, les établissements d'enseignement supérieur peuvent contribuer à stimuler l'économie des régions dans lesquelles ils sont situés et sont un facteur essentiel d'innovation.

Pour en savoir plus

MEMO/17/1402 - Questions et réponses

Fiche d'information sur le développement des écoles

Fiche d'information sur la modernisation de l'enseignement supérieur

Pour de plus amples informations sur la communication et les documents de travail des services

Politique scolaire: http://ec.europa.eu/education/policy/school_fr

Politique de l'enseignement supérieur: http://ec.europa.eu/education/policy/higher-education_fr

IP/17/1401

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar