Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

La Commission lance une réflexion sur la maîtrise de la mondialisation

Bruxelles, le 10 mai 2017

Après son livre blanc sur l'avenir de l'Europe, présenté le 1 er mars, la Commission publie aujourd'hui son document de réflexion sur la maîtrise de la mondialisation.

Sur la base d'une appréciation juste des avantages et des inconvénients de la mondialisation, le document publié ce jour vise à lancer un débat sur la manière dont l'UE et ses États membres peuvent façonner la mondialisation de façon à anticiper l'avenir et à améliorer les conditions de vie des Européens.

M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission, a déclaré: «La mondialisation est bonne pour l'économie européenne dans son ensemble, mais cela ne signifie pas grand-chose pour nos concitoyens si les avantages ne sont pas répartis équitablement et plus uniformément. L'Europe doit contribuer à la réécriture du corpus de règles au niveau mondial de telle manière que le commerce libre devienne un commerce équitable. Et aussi de telle manière que la mondialisation devienne durable et profite à tous les Européens. Dans le même temps, nous devons axer nos politiques sur la fourniture à nos concitoyens de l'enseignement et des compétences dont ils ont besoin pour rester en phase avec l'évolution de nos économies. Une meilleure redistribution contribuera à garantir la cohésion sociale et la solidarité sur laquelle notre Union est fondée.»

M. Jyrki Katainen, vice-président de la Commission chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, s'est quant à lui exprimé en ces termes: «La mondialisation est une force formidable qui procure des avantages à l'Europe et au reste du monde, mais est également porteuse de nombreux défis. Pour préserver les avantages de l'ouverture, mais aussi remédier à ses inconvénients, l'Europe doit promouvoir un ordre mondial plus fort et basé sur des règles, agir résolument contre les pratiques déloyales et rendre nos sociétés plus résilientes et nos économies plus compétitives face à un environnement en mutation rapide.»

Le document de réflexion examine avec honnêteté ce que la mondialisation a apporté à l'UE. Le fait est que, même si l'UE a grandement bénéficié de la mondialisation, celle-ci est également porteuse de nombreux défis. Dans le monde entier, la mondialisation a permis à des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté et a aidé les pays pauvres à combler leur retard. Pour l'UE, le commerce mondial a stimulé sa croissance économique, chaque milliard d'euros d'exportations supplémentaires contribuant à la création ou au maintien de 14 000 emplois. Des importations moins onéreuses bénéficient également aux ménages plus pauvres en particulier. Ces avantages ne sont toutefois pas automatiques ni uniformément répartis entre nos concitoyens. L'Europe pâtit également du fait que les autres pays ne partagent pas tous les mêmes normes dans des domaines tels que l'emploi, l'environnement ou la sécurité, ce qui signifie que les entreprises européennes sont moins à même de rivaliser sur les seuls prix avec leurs homologues étrangers; cette situation peut conduire à des fermetures d'usines, à des pertes d'emplois ou à une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail.

Toutefois, la solution ne réside ni dans le protectionnisme ni dans la politique du laisser-faire. Comme le démontre clairement le document de réflexion, la mondialisation peut être bénéfique si elle est bien maîtrisée. L'UE doit veiller à une meilleure répartition des avantages de la mondialisation en travaillant de concert avec les États membres et les régions, ainsi qu'avec ses partenaires internationaux et d'autres parties prenantes. Nous devrions saisir l'occasion de façonner la mondialisation selon nos valeurs et nos intérêts.

Le document de réflexion présenté aujourd'hui ouvre un débat essentiel sur la manière dont l'UE peut maîtriser au mieux la mondialisation et répondre aux opportunités et aux défis dont celle-ci est porteuse:

  • sur le plan extérieur, le document met l'accent sur la nécessité de façonner un ordre mondial véritablement durable, reposant sur des règles communes et un programme commun. L'UE a toujours été en faveur d'un corpus solide et efficace de règles mondiales au niveau «multilatéral» et elle devrait continuer à l'élaborer de manière à relever les nouveaux défis et à garantir son application effective. Par exemple, l'UE pourrait préconiser de nouvelles règles destinées à créer des conditions de concurrence équitables en luttant contre des pratiques nuisibles et déloyales comme la fraude fiscale, les subventions publiques préjudiciables ou le dumping social. La mise en place d'instruments de défense commerciale efficaces et d'un tribunal multilatéral des investissements pourrait également aider l'UE à agir avec détermination contre les pays ou les entreprises qui s'adonnent à des pratiques déloyales;
  • sur le plan intérieur, le document propose des outils permettant de protéger nos concitoyens et de renforcer leur autonomie grâce à des politiques sociales rigoureuses et à la fourniture du nécessaire soutien en matière d'éducation et de formation tout au long de leur vie. Des politiques fiscales progressives, des investissements dans l'innovation et des politiques de protection sociale fortes pourraient tous contribuer à une redistribution plus équitable des richesses. Dans l'intervalle, le recours aux fonds structurels européens pour assister les régions vulnérables et au Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (voir la fiche d'information sur le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation) pour aider les travailleurs licenciés à trouver un autre emploi peut contribuer à atténuer les incidences négatives.

Contexte

Près d'un tiers de nos recettes provient des échanges avec le reste du monde. Avec la croissance des marchés étrangers, les exportations européennes ont également progressé, ce qui a permis de mieux rémunérer les emplois. Les pays peuvent produire davantage avec moins, en se spécialisant dans les secteurs dans lesquels ils sont les plus performants, ce qui stimule le pouvoir d'achat des consommateurs. Les gens voyagent, travaillent, s'éduquent et vivent librement dans différents pays. Ils interagissent sur la toile, où ils partagent leurs idées, leurs cultures et leurs expériences. Les étudiants ont accès en ligne à des cours d'universités prestigieuses du monde entier. La concurrence internationale et la coopération scientifique ont accéléré l'innovation. La mondialisation a également sorti des centaines de millions de personnes de la pauvreté et aidé les pays pauvres à combler leur retard.

Elle n'en est pas moins porteuse de défis. De nombreux Européens craignent que la mondialisation ne conduise à l'inégalité, à des pertes d'emplois, à l'injustice sociale ou à une baisse des normes en matière d'environnement, de santé ou de protection de la vie privée. Il se sentent aussi parfois menacés dans leur identité, leurs traditions et leur mode de vie. Ces craintes doivent être reconnues et prises en compte.

Maîtriser la mondialisation, façonner le monde en mieux, promouvoir des normes élevées et des valeurs en dehors de l'Europe, protéger nos concitoyens contre les pratiques déloyales et rendre nos sociétés résilientes et nos économies plus compétitives, tous ces éléments sont des priorités essentielles pour la Commission actuelle.

Le document de réflexion sur la maîtrise de la mondialisation s'inscrit dans le prolongement du livre blanc sur l'avenir de l'Europe présenté le 1er mars, qui expose les principaux défis et opportunités pour l'Europe au cours de la prochaine décennie. Le livre blanc a marqué le coup d'envoi d'un processus dans le cadre duquel les 27 États membres de l'UE décideront de l'avenir de leur Union. Pour encourager ce débat, la Commission européenne, en collaboration avec le Parlement européen et les États membres intéressés, accueillera une série de «Débats sur l'avenir de l'Europe» dans des villes et des régions aux quatre coins de l'Europe.

Le document sur la maîtrise de la mondialisation sera suivi d'une série de documents de réflexion portant sur:

  • l'approfondissement de l'Union économique et monétaire, sur la base du rapport des cinq présidents de juin 2015;
  • l'avenir de la défense de l'Europe;
  • l'avenir des finances de l'UE.

Pour en savoir plus

Document de réflexion sur la maîtrise de la mondialisation

Fiche d'information: Fonds européen d'ajustement à la mondialisation – Dix ans de solidarité européenne

Suivez le premier vice-président Timmermans sur Facebook et Twitter

Suivez le vice-président Katainen sur Facebook et Twitter

IP/17/1230

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar