Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Concentrations: la Commission ouvre une enquête approfondie sur l'acquisition, par Halliburton, du fournisseur de services pétroliers Baker Hughes

Bruxelles, le 12 janvier 2016

La Commission a ouvert une enquête approfondie afin de déterminer si le projet d'acquisition du fournisseur de services pétroliers Baker Hughes par son rival Halliburton entraverait l'exercice d'une concurrence effective en violation du règlement de l'UE sur les concentrations.

Les deux entreprises ont leur siège aux États-Unis.

Mme Margrethe Vestager, commissaire pour la politique de concurrence, a déclaré ce qui suit: «La Commission doit examiner attentivement ce projet de rachat afin de veiller à ce qu'il ne débouche pas sur un rétrécissement du choix ni sur une hausse des prix des services d'exploration et de production pétrolières et gazières au sein de l'UE. Une exploration et une production efficaces des ressources pétrolières et gazières dans l'UE constituent l'une des pierres angulaires de notre stratégie européenne en matière de sécurité de l'approvisionnement».

L'acquisition rassemblerait les deuxième et troisième plus grands fournisseurs de services pétroliers au monde, éliminant ainsi l'un des trois principaux concurrents opérant à l'heure actuelle au niveau mondial (à savoir Halliburton, Baker Hughes et Schlumberger, numéro un du marché). L'ouverture d'une enquête approfondie ne préjuge pas de l'issue de la procédure. La Commission dispose à présent d’un délai de 90 jours ouvrables (jusqu’au jeudi 26 mai 2016) pour arrêter une décision finale.

Halliburton et Baker Hughes proposent une vaste palette d'outils et de services en matière de forage et d'évaluation, ainsi que de parachèvement et de mise en production de puits pétroliers et gaziers. Ces deux secteurs comprennent une large gamme de lignes de produits et de services spécifiques, à savoir:

  • Forage et exploration: produits et services se rapportant au forage de puits et à l'évaluation de la formation. Cette catégorie comprend au moins huit lignes de produits et de services distinctes;
  • Parachèvement et production: produits et services permettant de préparer la mise en production du puits, d'en maximiser le rendement et de maintenir son intégrité tout au long de son cycle de vie. Cette catégorie comprend au moins vingt lignes de produits et de services.

Les marchés des services pétroliers se caractérisent par d'importantes barrières technologiques et financières à l'entrée, la conséquence étant que le marché ne compte que quatre concurrents opérant au niveau mondial, qui possèdent de vastes portefeuilles d'activités: Halliburton, Baker Hughes, Schlumberger et, dans une moindre mesure, Weatherford.

L'enquête préliminaire de la Commission a soulevé de sérieux problèmes de concurrence potentiels en ce qui concerne plus de trente lignes de produits et de services, tant en mer qu'à terre. L'enquête a en particulier révélé que Halliburton et Baker Hughes semblent être de proches concurrents, tant sur le plan des marchés que de l'innovation.

Concurrence du point de vue des appels d'offres

La concurrence exercée par de plus petits fournisseurs est restreinte dans le cadre des procédures d'appels d'offres, en raison de la qualité des produits et services et de la réputation de Halliburton et de Baker Hughes, en particulier pour les projets en mer. La Commission estime à titre préliminaire que les conditions de concurrence diffèrent selon que les appels d'offres se rapportent à des projets en mer ou à des projets sur terre, en raison de la plus grande complexité, de l'environnement plus difficile et des frais de fonctionnement plus élevés qu'impliquent les opérations en mer.

Il est également ressorti de l'enquête qu'à l'heure actuelle, seuls trois fournisseurs sont en mesure de fournir des services intégrés couvrant de multiples lignes de produits et de services, à savoir Halliburton, Baker Hughes et Schlumberger. La capacité à proposer de telles solutions intégrées représente un atout concurrentiel majeur, notamment pour des raisons d'économies. Aussi l'opération réduirait-elle le nombre de prestataires de services intégrés de trois à deux, avec à la clé un moindre choix et, le cas échéant, une hausse des prix pour les consommateurs. Les barrières à l'entrée sont particulièrement élevées en ce qui concerne les services intégrés dès lors qu'un nouveau fournisseur devrait s'implanter (ou s'étendre) dans un grand nombre de lignes de produits et de services avant de pouvoir rivaliser avec ses concurrents et décrocher des marchés.

Concurrence du point de vue de l'innovation

La Commission craint qu'une diminution du nombre de concurrents ne vienne affaiblir les incitations à l'innovation, en particulier du fait que Halliburton et Baker Hughes se livrent actuellement une concurrence acharnée en matière de développement de nouveaux produits.

La Commission va à présent examiner de manière approfondie le projet d’acquisition afin de déterminer si ses craintes initiales sont fondées.

Compte tenu de la portée mondiale des activités des entreprises, la Commission coopère étroitement avec plusieurs autorités de concurrence, dont le ministère américain de la justice.

L’opération a été notifiée à la Commission le 27 novembre 2015.

Des informations plus détaillées seront disponibles sur le site web de la DG Concurrence, dans le registre public des affaires de concurrence de la Commission, sous le numéro M.7477.

 

Informations sur les entreprises et les produits

Tant Halliburton que Baker Hughes sont des entreprises américaines cotées en Bourse, dont le siège social se situe à Houston.


Règles et procédures en matière de contrôle des concentrations

La Commission a pour mission d'apprécier les fusions et les acquisitions entre entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse certains seuils (voir l’article 1er du règlement sur les concentrations) et d'empêcher les concentrations qui entraveraient de manière significative l’exercice d’une concurrence effective dans l’EEE ou une partie substantielle de celui-ci.

La grande majorité des concentrations notifiées ne posent pas de problème de concurrence et sont autorisées après un examen de routine. À compter de la date de notification d’une opération, la Commission dispose en général d’un délai de 25 jours ouvrables pour décider d’autoriser cette opération (phase I) ou d’ouvrir une enquête approfondie (phase II).

Outre celle portant sur la présente opération, cinq autres enquêtes de phase II sont actuellement en cours:

IP/16/48

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar