Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Forum de l'UE sur l'internet: un grand pas en avant dans la lutte pour l'enrayement des contenus à caractère terroriste sur l'internet

Bruxelles, le 8 décembre 2016

.

Lors de la deuxième réunion à haut niveau du Forum de l'UE sur l'internet convoquée aujourd'hui à Bruxelles par le commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, M. Dimitris Avramopoulos, et le commissaire pour l'union de la sécurité, Sir Julian King, les principales entreprises de l'internet ont présenté une initiative de leur secteur qui marque une avancée importante dans la lutte pour endiguer la diffusion en ligne des contenus à caractère terroriste. Dans le cadre de l'initiative sectorielle sur le partage d'empreintes numériques («hash-sharing»)*, les entreprises participantes peuvent utiliser les «empreintes numériques» pour détecter des images ou vidéos à caractère terroriste, les analyser au regard des politiques et définitions qu'elles ont adoptées et, le cas échéant, les supprimer.

Les entreprises de l'internet se sont également engagées à soutenir le nouveau programme d'autonomisation de la société civile, lancé aujourd'hui par la Commission européenne. Doté d'une enveloppe financière de 10 millions d'euros attribuée par la Commission, ce programme aidera la société civile à accroître, sur le réseau mondial, le volume de contre-discours efficaces.

M. Dimitris Avramopoulos, commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, a déclaré à ce propos: «La protection de nos concitoyens contre les contenus à caractère terroriste sur l'internet a franchi un nouveau cap important lors de cette deuxième réunion à haut niveau du forum de l'UE sur l'internet. Cet outil de communication, d'apprentissage et d'interaction qu'est l'internet est aussi quotidiennement utilisé de manière abusive par ceux qui prônent la radicalisation et veulent diffuser les atrocités qu'ils commettent. Nous pouvons mettre un terme à cette dérive. Depuis l'année dernière, nous obtenons des résultats tangibles en matière de suppression des contenus à caractère terroriste du cyberespace. Nous franchissons aujourd'hui une nouvelle étape en lançant, en collaboration avec le secteur de l'internet, un nouveau projet de partage d'empreintes numériques afin que les contenus à caractère terroriste supprimés restent définitivement hors ligne. Les actions du secteur de l'internet sont indispensables à la lutte que nous menons conjointement contre le terrorisme, laquelle débute de plus en plus souvent sur l'internet et dépasse les frontières nationales. Je remercie les entreprises du secteur de leur contribution, de leur engagement et de leur confiance en notre action commune contre le terrorisme.»

Sir Julian King, commissaire pour l'union de la sécurité, a quant à lui déclaré: «Manipulation psychologique, recrutement, préparation d'attentats, appel au passage à l'acte ou glorification d'actes terroristes: les exemples d'utilisation abusive de l'internet par des groupes terroristes au cours des douze derniers mois ne manquent pas. C'est pourquoi nous devons impérativement nous employer à réduire l'accessibilité aux contenus à caractère terroriste sur le web, en faisant en sorte qu'ils ne réapparaissent pas sur d'autres plates-formes, et à donner aux partenaires de la société civile les moyens d'élaborer des contre-discours positifs capables de dissuader tous ceux qui seraient tentés par l'extrémisme violent. Le problème est d'autant plus complexe que les méthodes et les techniques de propagande des terroristes évoluent constamment. Les pouvoirs et organismes publics doivent travailler en parfait accord avec le secteur privé. La réunion d'aujourd'hui – et en particulier le lancement du programme d'autonomisation de la société civile de l'UE et l'annonce du nouveau projet de partage d'empreintes numériques – montre que des progrès ont été réalisés. Cependant, d'autres tâches nous attendent encore: il nous faudra redoubler d'efforts dans les mois et les années à venir.»

Mme Monika Bickert, responsable de la politique de produit à l'échelle mondiale de Facebook, a déclaré: «Facebook met tout en œuvre pour garantir la sécurité de ses utilisateurs. Cela signifie que nous appliquons le principe de tolérance zéro aux terroristes, à la propagande terroriste et à l'apologie du terrorisme, et que nous traquons sans relâche les contenus à caractère terroriste et les supprimons de notre plate-forme dès que nous en avons connaissance. Nous nous réjouissons de collaborer avec d'autres entreprises du secteur de l'internet, car cette collaboration nous aidera tous à détecter les contenus susceptibles d'enfreindre nos politiques et à lutter contre la diffusion des contenus à caractère terroriste sur le web.»

Mme Juniper Downs, responsable de la politique publique de Youtube a déclaré: «Face aux contenus à caractère terroriste, Youtube s'efforce d'agir vite en veillant au respect de ses politiques et en investissant dans de nouvelles solutions telles que la banque sectorielle de données d'empreintes numériques. Nous soutenons et encourageons la coopération entre plates-formes technologiques afin de renforcer notre réponse collective à la diffusion des contenus à caractère terroriste sur le Net.»

Mme Sinead McSweeney, vice-présidente chargée de la politique publique de Twitter pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique, a déclaré: «Depuis la mi-2015, Twitter a suspendu plus de 360 000 comptes pour violation de sa politique en matière de menaces violentes et de promotion du terrorisme. Une grande partie de ces comptes ont été supprimés par des moyens techniques, dont nos propres outils de lutte contre les courriels indésirables. À l'avenir, nous partagerons manuellement et régulièrement les empreintes numériques d'images avec nos homologues du secteur afin d'enrayer la diffusion des contenus à caractère terroriste sur l'internet. Chaque plate-forme étant différente, il est impossible d'élaborer une stratégie unique dans ce domaine. Nous avons donc adopté un modèle novateur en élaborant un ensemble hybride d'outils techniques et d'outils de signalement qui fonctionnent avant tout pour Twitter. Les résultats sont là: le nombre des contenus à caractère terroriste sur notre plate-forme a diminué. Nous nous réjouissons à l'idée de poursuivre sur la lancée de ces bons résultats en 2017, en collaboration avec nos homologues.»

M. John Frank, vice-président aux affaires européennes de Microsoft, a déclaré: «Le terrorisme est l'un des problèmes les plus urgents de notre époque. Nous entendons participer à la lutte contre toute utilisation des outils technologiques qui viserait à en faire la promotion ou à recruter des partisans pour en servir les causes.»

Contexte

Depuis le lancement du forum de l'UE sur l'internet en décembre dernier, l'utilisation abusive de l'internet par des groupes terroristes internationaux a reculé. Des contenus à caractère terroriste continuent néanmoins de circuler dans le cyberespace, quoiqu'en moins grand nombre.

Relever ce défi tout en protégeant les valeurs fondamentales de la liberté d'expression demeure l'une des priorités de la stratégie de l'UE en matière de lutte contre le terrorisme. La Commission européenne, les ministres de l'intérieur et le secteur de l'internet sont unis pour s'attaquer à ce défi complexe et protéger les citoyens de l'Union.

Le forum de l'UE sur l'internet vise deux grands objectifs: réduire l'accessibilité aux contenus à caractère terroriste sur le web et donner aux partenaires de la société civile les moyens d'accroître, sur l'internet, le volume de contre-discours efficaces. Ces deux objectifs ont servi de base à des discussions concernant l'ensemble des réalisations des 12 derniers mois et l'identification de nouveaux domaines de coopération.

Une étude, commandée par la Commission européenne et réalisée par VOX-POL, sur la manière dont l'utilisation de l'internet par les terroristes a évolué depuis le lancement, l'an dernier, du forum de l'UE sur l'internet sera présentée. Ses résultats seront publiés en ligne, à cette adresse.

En ce qui concerne la réduction de l'accessibilité aux contenus à caractère terroriste sur le web, le Forum a pris connaissance du rôle essentiel que l'unité de l'UE chargée du signalement des contenus sur Internet, créée au sein d'Europol il y a 18 mois, a joué dans le signalement aux entreprises de ce type de contenu en ligne (près de 20 000 contenus signalés à plus de 50 plates-formes). En outre, Europol a combiné son savoir-faire en matière de sécurité et de cyberespace afin de fournir un appui opérationnel d'urgence capital et des analyses aux États membres à la suite des attaques perpétrées récemment.

Les entreprises de l'internet ont mis au point un mécanisme destiné à améliorer leur coopération dans la lutte contre la propagation des images et vidéos à caractère terroriste sur le réseau mondial. La Commission considère que cette initiative – la collaboration des entreprises du secteur en vue de protéger leurs utilisateurs de ces contenus – est une avancée majeure.

Consciente du rôle fondamental que les partenaires de la société civile peuvent jouer dans la lutte contre l'extrémisme violent sur l'internet, la Commission lancera le programme d'autonomisation de la société civile, dont le budget de 10 millions d'euros aidera des personnes disposant d'une autorité reconnue pour être écoutées à concevoir des campagnes efficaces en ligne. Les entreprises de l'internet appuient les efforts déployés par la Commission dans ce domaine important.

Reconnaissant que l'exploitation de l'internet par les groupes extrémistes violents pour servir leurs objectifs était devenue plus difficile, les représentants du secteur et les États membres se sont néanmoins engagés à renforcer tous leurs efforts de lutte contre cette menace en 2017.

Le forum de l'UE sur l'internet consacré au terrorisme s'est tenu un jour seulement après un débat à haut niveau sur le racisme et la xénophobie, au cours duquel des entreprises ont fait état des progrès accomplis dans le cadre du code de conduite sur les discours de haine, insistant sur la nécessité d'adopter une approche concertée en matière de lutte contre les discours de haine en ligne.

* Élaboré par le secteur de l'internet pour créer une banque de données commune destinée à faciliter la détection des contenus à caractère terroriste potentiel dans les médias sociaux et à prévenir leur réapparition sur d'autres plates-formes.

Pour en savoir plus, voir:

Communiqué de presse: Forum de l'UE sur l'internet: réunir les gouvernements, EUROPOL et les entreprises du secteur de l'internet pour lutter contre les contenus à caractère terroriste et les discours de haine en ligne

IP/16/4328

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar