Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

2.06 milliards d'euros pour soutenir la République centrafricaine lors de la conférence de Bruxelles

Bruxelles, le 17 novembre 2016

La communauté internationale s'est rassemblée aujourd'hui pour manifester le renouvellement de son engagement et de son soutien envers le plan d'action national global pour le relèvement et la consolidation de la paix mis en place par les autorités centrafricaines.

Les engagements financiers ont été pris aujourd'hui lors de la conférence internationale de Bruxelles pour la République centrafricaine (RCA) organisée par l'Union européenne et le gouvernement centrafricain. La Commission européenne s'est à elle seule engagée à verser 409 millions d'euros ($450 millions) pour la période 2016-2020, tandis que les États-Membres se sont engagés à verser la somme complémentaire de 298 millions d'euros ($328 millions). Combinés aux contributions des autres partenaires, un montant total de 2.06 milliards d'euros ($2.28 milliards) a été promis dans le but soutenir les efforts que fournit la RCA pour parvenir à la paix, à la sécurité et à la réconciliation, ainsi que pour encourager le développement et la reprise économique, tout en continuant à fournir une aide humanitaire.

Cette conférence a rassemblé des délégations de plus de 80 pays, organisations et agences internationales.

La Haute Représentante/Vice-présidente Federica Mogherini, qui a coprésidé la conférence avec le Professeur Faustin-Archange Touadéra, président de la République centrafricaine, a déclaré: «La RCA a parcouru un long chemin au cours des trois dernières années. En dépit des nombreux obstacles, ses citoyens ont montré leur volonté de surmonter la crise et de repartir de zéro. L'Union européenne est à leurs côtés pour aider le pays à trouver la voie de la croissance durable, des réformes structurelles et de la réconciliation nationale. Notre stratégie globale est fortement mise en pratique dans ce cadre: nous avons mobilisé tous nos outils, qui vont de l'aide au développement et de l'aide humanitaire à notre mission militaire en soutien à la réforme du secteur de la sécurité, en passant par notre mission électorale. L'engagement qu'a pris l'UE aujourd'hui appuiera les mesures du programme de réformes ambitieux que suit le gouvernement centrafricain pour offrir à son peuple la paix, la sécurité et la prospérité économique qu'il mérite.»

Neven Mimica, Commissaire pour la coopération internationale et le développement, a quant à lui affirmé: «L'engagement pris aujourd'hui pour un montant de 2.06 milliards d'euros démontre que nous continuons à soutenir la RCA. Au cours des cinq derniers mois, nous avons travaillé en étroite collaboration pour définir les besoins de la RCA et pour aider le gouvernement à élaborer son plan d'action national pour le relèvement et la consolidation de la paix. Je suis convaincu que ce plan permettra à la République centrafricaine de passer de la gestion de crise à une approche de développement durable sur le long terme en faveur du peuple centrafricain. Aucun retour en arrière n'est possible dans un pays qui a déjà enduré autant de souffrance et de tourments.»

Le président Touadéra a déclaré: «La conférence de Bruxelles était l'occasion d'atteindre trois objectifs majeurs: présenter, au nom de nos citoyens, notre plan national de relèvement et de consolidation de la paix; mettre en place une plateforme pour que nos partenaires internationaux démontrent la continuité de leur engagement en annonçant des contributions financières spécifiques et considérables; et enfin, maintenir la RCA au cœur des priorités de la communauté internationale, pour donner l'élan nécessaire à la mise en œuvre de notre stratégie pour la paix et la croissance, qui sera étayée par les réformes nécessaires au cours des mois et des années à venir. Au nom du peuple centrafricain, je tiens à exprimer ma gratitude pour le soutien indéfectible qui a été affiché aujourd'hui envers notre vision et notre stratégie.»

Kristalina Georgieva, Vice-présidente de la Commission européenne, et Christos Stylianides, Commissaire chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, comptaient également parmi les participants.

Une grande partie des engagements de l'UE, ainsi que plusieurs contributions apportées par la communauté internationale aujourd'hui, transiteront par le fonds fiduciaire Bêkou, créé il y a deux ans par l'UE et certains États membres. Ce fonds a profondément changé les choses en permettant à plus d'un million de personnes de bénéficier de consultations médicales, de vaccinations, de formations à l'entreprenariat destinées aux femmes et de possibilités d'emplois.

Contexte:

Le plan national de la RCA pour agir sur le relèvement et la consolidation de la paix

Le plan national de la RCA a été présenté et examiné lors de la conférence de Bruxelles. Il vise à encourager plusieurs réformes décisives en faveur de la paix, de la sécurité ou de la reprise économique, dont les objectifs vont de l'amélioration des infrastructures du pays à la fourniture de services essentiels dans les domaines de la santé, de l'assainissement et de l'éducation. Le programme comprendra également une stratégie de désarmement, de démobilisation, de réintégration et de rapatriement, une réforme des secteurs de la sécurité et de la justice, ainsi qu'une stratégie visant à faciliter le retour des populations déplacées.

Le plan se fonde sur une évaluation conjointe demandant le soutien de l'UE, de la Banque mondiale et des Nations unies. Pour un pays encore fragile dont les besoins humanitaires sont persistants et impérieux, les coûts de la reconstruction ont été chiffrés à environ 1,5 milliard de dollars des États-Unis sur les trois prochaines années et à 3 milliards de dollars des États-Unis sur les cinq prochaines.

La participation de la communauté internationale

Les Nations unies et la Banque mondiale étaient représentées, respectivement, par le vice-secrétaire général Jan Eliasson et le vice-président Jan Walliser.L'Union africaine était représentée par le commissaire pour la paix et la sécurité, Smail Chergui.Le président Touadéra était accompagné du président de l'Assemblée nationale, Karim Meckassoua et d'une délégation des ministres principaux, dont le ministre de l'économie et du plan. À ses côtés se trouvaient également une délégation de députés (dont certains issus de l'opposition), ainsi que des représentants de la société civile et des responsables religieux.

Les autorités centrafricaines ont également eu la possibilité de dialoguer avec la société civile, des ONG internationales et le secteur privé lors d'un atelier.

Pour en savoir plus:

Fiche d'information - L'approche globale de l'Union européenne à l'égard de la République centrafricaine

Les commentaires de la Haute Représentante/Vice-présidente Federica Mogherini sont publiés ici

 

IP/16/3804

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar