Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Accélération des échanges en cinq ans d’accord de libre-échange UE-Corée

Bruxelles, le 1er juillet 2016

Il y a cinq ans aujourd’hui, l’accord de libre-échange (ALE) entre l’Union européenne et la Corée du Sud était mis en place, contribuant à transformer un déficit commercial en excédent commercial.

Les exportations de l’UE vers la Corée du Sud ont augmenté de 55 % depuis l’entrée en vigueur de l’accord commercial entre les deux partenaires, en 2011, et les entreprises européennes ont économisé 2,8 milliards d’euros grâce à la suppression ou à la réduction des droits de douane. Les échanges bilatéraux de marchandises entre l’UE et la Corée du Sud n’ont cessé de croître depuis 2011 et ont atteint un niveau record de plus de 90 milliards d’euros en 2015.

Ce sont là quelques-uns des résultats qui figurent dans un rapport détaillé de la Commission européenne publié aujourd’hui, à l’occasion des cinq ans de l’accord commercial avec la Corée du Sud, et témoignant d’une accélération significative des échanges grâce à l’accord.

À ce sujet, la commissaire européenne chargée du commerce, Cecilia Malmström, a déclaré: «Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Les effets produits par notre accord avec la Corée devraient contribuer à convaincre les sceptiques des grands avantages que tire l’Europe d’un accroissement du libre-échange. Lorsque nos entreprises peuvent exporter plus facilement ou que les économies réalisées grâce à la suppression des droits de douane peuvent être réinvesties dans le développement des entreprises, la croissance européenne est stimulée, ce qui permet le maintien et la création d’emplois. Cet anniversaire nous donne de nombreuses raisons de retrousser nos manches et de conclure tous les autres accords commerciaux de l’UE qui sont encore à l’étude.»

La Corée du Sud figure désormais parmi les dix principaux marchés d’exportation de l’UE. Outre les exportations plus traditionnelles de machines, d’équipements de transport et de produits chimiques, l’accord a ouvert de nouvelles perspectives d’exportation à de nombreuses petites entreprises européennes dans des secteurs aussi variés que l’industrie alimentaire et des boissons, la céramique, l’emballage, les équipements sportifs et la reliure (pour découvrir des exemples concrets, consultez notre page sur les avantages du commerce). Le déficit commercial que l’UE a enregistré par le passé avec la Corée du Sud s’est transformé en excédent commercial.

Les exportations de produits de l’UE auparavant soumises à des droits de douane particulièrement élevés (par exemple en ce qui concerne certains produits agricoles) bénéficient à présent de droits réduits, et elles ont augmenté de plus de 70 %. Certains secteurs ont connu une progression encore plus forte. Par exemple, les ventes de voitures de l’UE en Corée du Sud ont triplé en cinq ans. En outre, les entreprises de l’UE ont réussi à augmenter de 11 % la valeur de leurs prestations de services en Corée du Sud et à accroître les investissements bilatéraux de 35 %.

Les craintes exprimées par des parties prenantes européennes avant l’approbation de l’ALE ne se sont donc pas concrétisées. Pour autant, la Commission continue de surveiller l’évolution de la situation dans des secteurs potentiellement sensibles (tels que le textile, l’automobile et les produits électroniques) et, de concert avec la société civile, elle accorde une attention particulière à l’effet du commerce sur le développement durable. Dans ce contexte, l’UE et la Corée coopèrent aussi sur les questions environnementales et les droits des travailleurs.

L’accord permet également aux autorités de l’UE de poursuivre l’amélioration des conditions des échanges pour les entreprises européennes en soulevant d’éventuels problèmes au sein de plusieurs comités de mise en œuvre créés dans le cadre de l’ALE. La Commission a convenu avec la Corée du Sud d’étudier la possibilité de modifier l’accord existant afin qu’il réponde encore mieux aux attentes des parties prenantes de part et d’autre, par exemple pour que les entreprises européennes puissent exporter via leurs plateformes logistiques asiatiques tout en bénéficiant de l’ALE.

Malheureusement, plus de 35 % des entreprises européennes exportant vers la Corée ne demandent pas à bénéficier du traitement privilégié (réduction des droits de douane et autres avantages) auquel elles ont droit. Les États membres de l’UE ont donc un rôle à jouer pour faire connaître aux entreprises les avantages qu’offrent les accords commerciaux de l’UE déjà en vigueur.

Contexte

La Corée du Sud est le neuvième marché d’exportation de l’UE et représente un partenaire important de celle-ci au sein des chaînes de valeur mondiales. L’accord en vigueur depuis juillet 2011 est le premier accord global conclu par l’UE avec un partenaire asiatique, et il constitue l’accord commercial le plus ambitieux mis en œuvre par l’UE à ce jour.

Il a entraîné des changements importants, tels que la suppression, par les deux parties, des droits à l’importation sur la grande majorité des produits échangés entre les deux partenaires, ainsi qu’une réduction des barrières administratives au commerce, et une ouverture mutuelle en matière de prestations de services, de marchés publics et d’investissements. L’accord comprend également des garanties en ce qui concerne la politique de concurrence, la transparence des régimes réglementaires et la protection des droits de propriété intellectuelle.

Depuis l’accord avec la Corée du Sud, l’UE a négocié plusieurs autres accords qui sont déjà en application, notamment avec la Colombie et le Pérou, des pays d’Amérique centrale et l’Ukraine. Les accords avec la Géorgie et la Moldavie – deux accords globaux qui font partie d’accords d’association plus larges – entreront officiellement en vigueur aujourd’hui, après avoir été ratifiés par tous les États membres de l’UE.

L’UE devrait également bénéficier d’autres accords encore à valider, dont un accord commercial global avec le Canada et des accords avec Singapour et le Viêt Nam.

La nouvelle stratégie de politique commerciale de l’UE présentée à l’automne 2015, intitulée «Le commerce pour tous», fait état du projet de conclure dans l’avenir des accords commerciaux avec des partenaires stratégiques de l’Union, qui contribueront à renforcer encore la croissance économique en Europe.

Pour en savoir plus

Rapport annuel sur la mise en œuvre de l’ALE UE-Corée du Sud

Site web sur les avantages du commerce

Relations commerciales entre l’UE et la Corée

«Le commerce pour tous» - Stratégie commerciale de l’UE de 2015

IP/16/2356

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar