Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

L'Union européenne affiche ses ambitions avec la Chine

Bruxelles, le 22 juin 2016

La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la Commission européenne ont adopté aujourd'hui une communication conjointe intitulée «Éléments pour une nouvelle stratégie de l'UE à l'égard de la Chine», définissant la relation de l'Union européenne avec la Chine pour les cinq années à venir.

La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la Commission européenne ont adopté aujourd'hui une communication conjointe intitulée «Éléments pour une nouvelle stratégie de l'UE à l'égard de la Chine», définissant la relation de l'Union européenne avec la Chine pour les cinq années à venir.

La haute représentante et vice-présidente de la Commission, Mme Federica Mogherini, a déclaré à ce sujet: «L'Union européenne et la Chine coopèrent déjà dans un grand nombre de domaines: nous collaborons ensemble sur les grands dossiers internationaux et politiques de notre époque, tels que l'Iran, la Syrie, l'Afghanistan, la migration et le changement climatique. Mais nous pouvons et devons en faire davantage pour relier l'Union européenne et la Chine. Nos citoyens, nos industries et nos organisations tireront tous profit d'une relation UE-Chine plus étroite, de meilleure qualité et mieux définie qui soit fondée sur une responsabilité partagée. La communication conjointe que nous avons adoptée aujourd'hui permettra, j'en suis sûre, d'exploiter pleinement le potentiel évident de notre relation.»

La communication conjointe recense des opportunités considérables dans le contexte de la relation que l'UE entretient avec la Chine, notamment dans le but de créer des emplois et de la croissance en Europe et d'encourager vigoureusement une ouverture accrue du marché chinois aux entreprises européennes, contribuant ainsi à la première priorité fixée par la Commission du Président Juncker.

Ces opportunités comprennent la conclusion d'un accord ambitieux et global en matière d'investissement, une contribution de la Chine au plan d'investissement pour l'Europe (*), des activités conjointes dans le domaine de la recherche et de l'innovation, ainsi qu'une connexion du continent eurasien au moyen d'un réseau physique et numérique permettant des échanges commerciaux, des investissements et des contacts entre les personnes.

À plus long terme, des ambitions plus fortes, englobant notamment un accord de libre-échange approfondi et complet, pourront être envisagées dès qu'un accord ambitieux en matière d'investissement aura été conclu par les deux parties et que des réformes garantissant des règles du jeu équitables pour les entreprises nationales et les entreprises étrangères auront été mises en œuvre. À cet égard, la Chine doit procéder à des réductions significatives, inscrites dans le temps et vérifiables de ses surcapacités industrielles, notamment dans le secteur sidérurgique, afin de prévenir les conséquences négatives d'une concurrence déloyale. Il est essentiel dans ce contexte que l'UE renforce encore l'efficacité de ses instruments de défense commerciale, notamment en adoptant sans tarder la proposition de modernisation de ces instruments présentée par la Commission en avril 2013. L'UE continuera de soutenir le programme de réformes économiques et sociales de la Chine dans le cadre de ses nombreux dialogues avec le pays, de sorte que celui-ci puisse tirer pleinement parti de réformes axées sur le marché, consistant notamment à éliminer les distorsions économiques induites par l'État et à réformer les entreprises publiques.

La communication conjointe met également l'accent sur les opportunités de coopération et de partenariat renforcés entre l'UE et la Chine dans les domaines de la politique étrangère et de la sécurité. S'appuyant sur l'expérience positive des pourparlers avec l'Iran dans le dossier nucléaire, l'Union européenne et la Chine devraient collaborer plus étroitement au règlement des conflits internationaux et au traitement des dossiers prioritaires en matière de politique étrangère, tant au niveau bilatéral que dans des contextes multilatéraux tels que le système des Nations unies et le G20. Les questions de dimension mondiale telles que la migration, l'aide internationale au développement, l'environnement et la lutte contre le changement climatique ne pourront être réglées que dans le cadre d'une action mondiale, et c'est la raison pour laquelle une relation de collaboration entre l'UE et la Chine est si importante.

La relation de l'UE avec la Chine restera fondée sur des principes, empreinte de réalisme et de pragmatisme, et fidèle aux intérêts et aux valeurs de l'UE, parmi lesquels l'adhésion aux règles et normes internationales et le respect des droits de l'homme. L'UE devrait continuer d'agir en bloc cohérent avec cohésion et efficacité afin de réaliser des objectifs ambitieux pour le compte des citoyens européens.

La communication conjointe va à présent être soumise au Conseil et au Parlement européen.

 

Contexte

Dix années se sont écoulées depuis l'adoption de la dernière communication de la Commission européenne concernant la Chine en 2006. Depuis, l'UE et la Chine ont considérablement évolué. La Chine a renforcé sa présence dans toutes régions du monde, sur le plan tant économique que politique. Cette nouvelle réalité impose à l'Union de définir un nouveau discours qui reconnaît la nécessité de prendre en compte ces évolutions. La nouvelle stratégie de l'UE vise donc à promouvoir ses intérêts et à mettre en exergue ses valeurs dans le cadre de sa relation avec la Chine au cours des cinq années à venir.

 

(*) Mis à jour: 22/6/2016 à 14h24 

 

 

IP/16/2259

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar