Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Une nouvelle stratégie pour placer la culture au cœur des relations internationales de l’UE

Bruxelles, le 8 juin 2016

La stratégie adoptée aujourd’hui s’inscrit dans le droit fil de la priorité que la Commission s’est fixée, consistant à rendre l’Union européenne plus forte sur la scène internationale. La culture peut jouer un rôle décisif dans le renforcement des partenariats internationaux.

La «stratégie de l'UE dans le domaine des relations culturelles internationales» présentée par la Commission européenne et la haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité vise à encourager la coopération culturelle entre l’UE et ses pays partenaires et à promouvoir un ordre mondial fondé sur la paix, l’état de droit, la liberté d’expression, la compréhension mutuelle et le respect des valeurs fondamentales.

Mme Federica Mogherini, haute représentante de l'Union et vice-présidente de la Commission, a fait la déclaration suivante: «La culture doit faire partie intégrante de notre politique étrangère. Elle est un outil puissant pour jeter des ponts entre les personnes, notamment les jeunes, et renforcer la compréhension mutuelle. Elle peut également être un moteur de développement économique et social. Comme nous sommes confrontés à des défis communs, elle peut aider l'ensemble d'entre nous, en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, à faire bloc pour lutter contre la radicalisation et à construire une alliance des civilisations contre ceux qui tentent de nous diviser. Telle est la raison pour laquelle la diplomatie culturelle doit être au cœur de notre relation avec le monde d’aujourd’hui.»

M. Tibor Navracsics, commissaire européen pour l’éducation, la culture, la jeunesse et le sport, s'est quant à lui exprimé en ces termes: «La culture est le trésor caché de notre politique étrangère. Elle contribue à promouvoir le dialogue et la compréhension mutuelle. Aussi est-elle essentielle pour établir des relations à long terme avec les pays du monde entier: elle a un grand rôle à jouer, s'agissant de rendre l'Union plus forte sur la scène internationale

M. Neven Mimica, commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, et M. Johannes Hahn, commissaire européen pour la politique européenne de voisinage et les négociations d’élargissement, ont salué l'élaboration de cette stratégie, qui s'inscrit dans le prolongement du programme de développement durable à l’horizon 2030. Ce programme adopté depuis peu reconnaît la citoyenneté mondiale, la diversité culturelle et le dialogue interculturel comme des principes transversaux du développement durable et des politiques de l'UE en matière de voisinage et d'élargissement.

La culture peut jouer un rôle important dans la politique étrangère de l’Union européenne. La coopération culturelle permet de battre en brèche les stéréotypes et les préjugés en cultivant le dialogue, l'ouverture d'esprit, la dignité et le respect mutuel. Le dialogue interculturel peut contribuer à prévenir les conflits et à favoriser la réconciliation dans et entre les pays. La culture peut nous aider à répondre à des défis mondiaux tels que l’intégration des réfugiés, la lutte contre la radicalisation violente et la protection du patrimoine culturel mondial. Elle peut également être un outil pour la concrétisation d'avantages économiques et sociaux importants tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’UE.

La communication présentée aujourd’hui propose un cadre stratégique destiné à mettre en place des relations culturelles internationales plus étroites et plus efficaces ainsi qu’un nouveau modèle de coopération avec les États membres, les instituts culturels nationaux, les opérateurs privés et publics de l’UE et de ses pays partenaires, en ouvrant de nouvelles perspectives, en créant des synergies et en optimisant les avantages socio-économiques.

La culture devient de plus en plus un vecteur de croissance économique, non seulement dans ses formes traditionnelles, mais plus particulièrement par l'intermédiaire des industries de la culture et de la création, des PME et du tourisme. Cela renforce le point de vue selon lequel les synergies avec d’autres domaines sont essentielles et selon lequel il convient d'accroître la participation des secteurs public et privé ainsi que de la société civile.

La culture joue également un rôle de premier plan au niveau local. Obtenir une même participation des citoyens, des acteurs étatiques et des opérateurs culturels est une ressource importante pour renforcer les municipalités et les communes et pour créer des débouchés commerciaux.

C'est en cela que cette communication cadre avec la neuvième priorité définie par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans ses orientations politiques de 2014, et reflète l'ambition de la prochaine stratégie globale de l’UE dont l'élaboration a été confiée à la haute représentante. La Commission a également annoncé qu’elle proposerait au Parlement européen et au Conseil de l’Union européenne d’organiser une Année européenne du patrimoine culturel en 2018.

Contexte

La culture dans les relations extérieures de l'UE est l’un des trois piliers de l’agenda européen de la culture (2007). La mise au point d'une approche stratégique dans ce domaine est l’une des priorités des plans de travail du Conseil en faveur de la culture depuis 2011. Un grand pas en avant a été fait avec l’action préparatoire «La culture dans les relations extérieures de l’UE» (2013-2014) engagée à l'initiative du Parlement européen. Celle-ci a mis en évidence le potentiel considérable de la culture dans les relations extérieures de l’Europe et a souligné que l’Union européenne et ses États membres avaient beaucoup à gagner à mieux organiser leur diplomatie culturelle.

Dans les secteurs de la culture et de la création, l’UE a déjà financé un grand nombre de projets, tels que des réseaux de pôles créatifs ou le programme ACP Cultures+ en faveur des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et les programmes visant à soutenir la gouvernance culturelle et à promouvoir le dialogue interculturel. Le programme «Europe créative» est également ouvert aux pays du voisinage et aux pays de l'élargissement. Les délégations de l’UE organisent régulièrement des activités de diplomatie culturelle, et l’UE a inscrit depuis longtemps la culture et le patrimoine au menu de ses actions en matière de coopération au développement (restauration des manuscrits de Tombouctou au Mali, par exemple). Le soutien apporté par l’UE à la Fondation Anna Lindh en faveur des pays du sud de la Méditerranée constitue un autre bon exemple de la manière dont la culture influera sur la politique étrangère de l’UE. Le programme «Young Arab Voices» (désormais élargi à la région euro-méditerranéenne), par exemple, permet de renforcer le dialogue entre les jeunes dirigeants et les représentants de la société civile et de diffuser des contre-discours pour lutter contre l’extrémisme et la radicalisation violente. On peut également citer l’aide de l’UE – mise en œuvre par l’Unesco – pour protéger le patrimoine culturel en Syrie. Elle consiste à aider les acteurs locaux à suivre l’état du patrimoine ainsi qu'à préserver ce dernier et à combattre le trafic illicite. Le programme culturel du partenariat oriental soutient quant à lui la contribution des secteurs de la culture et de la création à un développement durable sur les plans humanitaire, économique et social. Parallèlement, le projet «Community-Led Urban Strategies in Historic Towns» vise à stimuler le développement économique et social par la valorisation du patrimoine culturel dans neuf villes historiques de l’Arménie, la Biélorussie, la Géorgie, la Moldavie et l’Ukraine.

Par ailleurs, le programme «Horizon 2020» soutient la recherche dans le domaine de la diplomatie culturelle ainsi que des activités relatives au patrimoine culturel, dans le cadre de projets interdisciplinaires et plurinationaux. Des programmes destinés à soutenir les pays partenaires dans différentes régions sont en cours d'élaboration. Ils visent plus particulièrement à encourager les industries de la culture et de la création et à promouvoir le dialogue interculturel.

Pour aider l’UE à mettre en œuvre la stratégie et créer des synergies entre toutes les parties prenantes de l’Union (délégations de l’UE, fondations et instituts culturels nationaux, entreprises privées et publiques, sociétés civiles), une plateforme de diplomatie culturelle, axée sur des pays stratégiques, a été mise en place en février 2016. Gérée par un groupement d’instituts culturels des États membres et d’autres partenaires, la plateforme fournira des conseils sur la politique à mener, facilitera le réseautage, mettra en œuvre des activités avec les parties prenantes du secteur culturel et élaborera des programmes de formation en matière d'encadrement culturel.

Pour en savoir plus

Communication relative aux relations culturelles internationales

Questions et réponses sur la communication relative aux relations culturelles internationales

Discours de la haute représentante/vice-présidente, Mme Federica Mogherini, à l'occasion du Forum européen de la culture

IP/16/2074

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar