Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Adoption d'une nouvelle politique de l'Union intégrée pour l'Arctique

Bruxelles, le 27 avril 2016

La haute représentante et la Commission européenne mettent en place une réponse intégrée aux défis de l'Arctique

La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et la Commission européenne ont adopté ce jour une proposition qui servira de base aux actions de l'Union européenne (UE) dans la région de l'Arctique. L'UE intensifiera ses activités et son engagement présents dans la région au moyen de 39 actions axées sur le changement climatique, la protection de l'environnement, le développement durable et la coopération internationale. Ces domaines prioritaires reflètent l'importance particulière accordée à la recherche, à la science et à l'innovation.

Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, s'est exprimée en ces termes: «La sûreté, la viabilité et la prospérité de l'Arctique ne sont pas seulement dans l'intérêt de ses 4 millions d'habitants, de notre Union européenne et du monde entier. Cette région revêt pour nous tous une importance cruciale à la fois sur le plan environnemental, social et économique. Les mesures qui ont été adoptées aujourd'hui soulignent notre engagement vis-à-vis de cette région et des peuples qui y vivent, et notre détermination à ce que l'Arctique reste un modèle de coopération internationale constructive. Car l'Arctique joue aussi un rôle essentiel dans la sécurité régionale et mondiale, et constitue une composante stratégique de notre politique extérieure.»

M. Karmenu Vella, commissaire européen chargé de l'environnement, des affaires maritimes et de la pêche, a quant à lui déclaré: «Nous agissons sur l'Arctique et l'Arctique agit sur nous. Les conditions météorologiques mondiales, les écosystèmes et la biodiversité locale subissent tous l'influence de l'Arctique. Alors que la tendance au développement humain est inévitable, il nous appartient de faire en sorte que celui-ci prenne une forme durable. Cela doit se faire dans le plein respect des modes de vie des habitants de la région, en protégeant sa ressource la plus précieuse, à savoir l’environnement.»

La communication conjointe tient compte de la législation européenne existante, notamment en ce qui concerne l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ainsi que des activités et projets de l'Union, en cours et à venir. Elle prolonge et complète aussi les politiques des États membres de l'Union sur l'Arctique[1]. Les actions proposées doivent à présent être examinées par les États membres au sein du Conseil et par le Parlement européen.                                                 

Contexte

En 2014, le Conseil et le Parlement européen ont demandé à la Commission et à la haute représentante d'élaborer un cadre plus cohérent pour l'action et les programmes de financement de l'UE dans l'Arctique. La nouvelle politique de l'Union intégrée pour l'Arctique est une réponse à cette demande et vise à renforcer la présence de l'UE dans la région, en s'appuyant sur un certain nombre d'activités et de décisions européennes qui touchent déjà l'Arctique et s'inscrivent dans le droit fil de la communication de 2008, ainsi que de la mise à jour et de l'inventaire des activités intervenus en 2012.

La région de l'Arctique comprend la partie centrale de l'océan Arctique, des mers régionales (mer de Barents, mer de Kara, mer des Tchouktches) et des territoires appartenant au Canada, au Royaume du Danemark, à la Finlande, à l'Islande, à la Norvège, à la Fédération de Russie, à la Suède et aux États-Unis. Trois États membres de l'UE sont donc également des États arctiques, tandis que l'Islande et la Norvège sont membres de l'Espace économique européen.

Depuis quelques années, l'Arctique joue un rôle de plus en plus important dans le changement climatique et cette évolution entraîne des répercussions majeures, cette région agissant comme un régulateur du climat mondial, et notamment des conditions météorologiques en Europe. Au cours des dernières décennies, l'Arctique s'est réchauffé à un rythme presque deux fois supérieur à la moyenne mondiale. Des scientifiques ont montré que cette région contribuait elle-même au changement climatique, en raison de la libération progressive de méthane au fur et à mesure du réchauffement de l'Arctique. Les changements climatiques dans l'Arctique entraînent de plus un accroissement de l'activité économique dans la région. Plusieurs institutions et instances internationales ont été créées pour faciliter la coopération au niveau mondial sur la gestion concertée de la région arctique.

Pour de plus amples informations:

Communication conjointe

http://ec.europa.eu/maritimeaffairs/policy/sea_basins/arctic_ocean/index_en.htm

MÉMO: Une politique de l'Union intégrée pour l'Arctique – Foire aux questions

Lien vers la vidéo

 

[1] Le Royaume du Danemark, la Finlande, l'Allemagne, l'Italie, la Pologne, la Suède et le Royaume-Uni se sont dotés de cadres d'action sur l'Arctique. L'Espagne, la France et les Pays-Bas publient en 2016 des documents d’orientation concernant l'Arctique ou la région polaire.

IP/16/1539

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar