Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

L’ensemble des 118 programmes de développement rural sont adoptés

Bruxelles, le 11 décembre 2015

Dotés d’un budget de 99,6 milliards d’euros pour la période 2014-2020, l’ensemble des 118 programmes de développement rural de l’Union sont désormais prêts à être mis en œuvre.

L’adoption, aujourd’hui, du programme de développement rural (PDR) de la Grèce marque la fin du processus d’adoption des 118 programmes pour la période 2014-2020. Dotés d’une enveloppe de 99,6 milliards d’euros provenant du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader), à laquelle s’ajoute un cofinancement de 60,6 milliards d’euros provenant de fonds publics nationaux et régionaux ou d’investissements privés, les PDR aideront les zones et communautés rurales européennes à faire face aux défis économiques, environnementaux et sociaux actuels, et à tirer parti des possibilités qui s’offrent à elles.

Célébrant cette étape majeure, le commissaire Phil Hogan a déclaré ce qui suit: «Les programmes de développement rural concernent l’emploi, la croissance, l’investissement et la compétitivité dans l’Europe rurale. Ils ont pour objectif de donner aux zones et communautés rurales les moyens de relever les défis et de saisir les possibilités, de nature très variée - économique, sociale ou environnementale -, qui les attendent au XXIe siècle. Avec des investissements intelligents et stratégiques, les PDR favoriseront le renouvellement des générations et créeront les conditions propices à une économie, une société et un environnement dynamiques en milieu rural. À l’heure où la COP21 bat son plein à Paris, l’accent est inévitablement mis sur le défi majeur que constitue le changement climatique, et les programmes de développement rural ont un rôle important à jouer pour contribuer à relever ce défi.»

Les régions à prédominance rurale représentent 52 % du territoire de l’Union et abritent une population de 112,1 millions de personnes. Ces régions se distinguent fortement les unes des autres, et les défis auxquels elles font face sont le reflet de situations très diverses. C’est pourquoi la Commission laisse une marge de manœuvre assez large aux États membres, pour que le soutien soit étroitement adapté aux besoins particuliers de chaque région ou pays et mette davantage l’accent sur la subsidiarité. Ainsi, les États membres peuvent concevoir leurs propres programmes nationaux ou régionaux, tenant compte de ces particularités et fondés sur au moins quatre des six priorités communes: connaissance et innovation, compétitivité, amélioration de l’organisation de la chaîne alimentaire, préservation des écosystèmes, utilisation efficace des ressources et inclusion sociale. Ces priorités montrent également la mesure dans laquelle les fonds alloués au titre du PDR ont une incidence positive sur l’ensemble de la société, et pas uniquement sur le secteur agricole et les autres communautés rurales.

Ainsi, les autorités polonaises ont décidé de réserver un tiers du financement au titre de leur PDR pour renforcer la viabilité et la compétitivité des exploitations agricoles; le programme fournira des aides à l’investissement à environ 200 000 exploitations agricoles et plus de 1 800 groupements de producteurs, avec pour objectif la création de milliers d’emplois. L’aide à l’installation des jeunes agriculteurs est prévue dans un grand nombre de programmes régionaux, tels que ceux des régions françaises de Picardie et de Basse-Normandie.

L’action pour le climat figure parmi les priorités les plus fréquentes dans les PDR nationaux et régionaux.

Par exemple, l’Autriche a alloué 71 % de son soutien pour améliorer la gestion des ressources naturelles et encourager des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement, avec l’objectif de parvenir à ce que 83 % des terres agricoles soient gérées dans le cadre de contrats visant à renforcer la biodiversité et 75 % dans le cadre de contrats visant à améliorer la qualité de l’eau.

De même, la priorité centrale du PDR de l’Irlande est de restaurer, de préserver et de renforcer les écosystèmes liés à l’agriculture et à la sylviculture. Les trois quarts du financement total pour l’Irlande sont consacrés à cette priorité.

La connexion des zones rurales et l’amélioration des infrastructures constituent une condition sine qua non pour la compétitivité. En Italie, le PDR de la Calabre contribuera à l’inclusion sociale et au développement économique dans les zones rurales en offrant à environ 48 % de la population rurale une infrastructure à haut débit améliorée.

Certains des grands résultats escomptés pour la période 2014-2020 sont présentés dans une fiche d’information (en anglais). La mise en œuvre et l’incidence des programmes de développement rural font l’objet d’un suivi et d’une évaluation détaillée, dont les conclusions sont disponibles dans les rapports publiés sur le site internet de la Commission.

 

Contexte

Le soutien au développement rural est le 2e pilier de la politique agricole commune. Il met à la disposition des États membres une enveloppe financière de l’Union qui est gérée au niveau national ou régional, au titre de programmes pluriannuels faisant l’objet d’un cofinancement. Au total, 118 programmes, pour une valeur de 99,6 milliards d’euros, sont prévus pour l’ensemble des 28 États membres (ce montant est supérieur aux 95,6 milliards d’euros annoncés il y a un an, en raison de transferts depuis le 1er pilier). Le nouveau règlement sur le développement rural [règlement (UE) n° 1305/2013), qui couvre la période 2014-2020, porte sur six priorités économiques, environnementales et sociales. Les programmes contiennent des objectifs clairs, précisant les résultats à atteindre. En outre, et afin de mieux coordonner les actions et d’optimiser les synergies avec les autres Fonds structurels et d’investissement européens (Fonds ESI), un accord de partenariat a été conclu avec chaque État membre. Ces accords mettent en lumière la stratégie générale pour les investissements structurels financés par l’Union. Avec un budget de 454 milliards d’euros pour la période 2014-2020, les Fonds ESI constituent le principal instrument de la politique d’investissement de l’Union.

 

Liens

Fiche d’information sur certains des résultats attendus des programmes de la période 2014-2020 (en anglais).

Aperçu des 118 programmes de développement rural pour la période 2014-2020 (en anglais).

Pour en savoir plus sur la politique de développement rural de l’Union.

IP/15/6283

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar