Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Progrès réalisés à la suite du sommet sur la route des Balkans occidentaux: vidéoconférence organisée entre les points de contact

Bruxelles, le 29 octobre 2015

Progrès réalisés à la suite du sommet sur la route des Balkans occidentaux: vidéoconférence organisée entre les points de contact

Le 29 octobre, les points de contact désignés après le sommet consacré à la route des Balkans occidentaux (voir annexe) ont tenu une première vidéoconférence. L’objectif de cette vidéoconférence était de donner suite à l’accord obtenu lundi aux premières heures, qui figure dans la déclaration des dirigeants présents. De hauts fonctionnaires et des cadres des pays et organismes représentés au sommet des dirigeants ont fourni des informations actualisées sur les mesures prises au cours des trois jours qui ont suivi ce sommet:

  • le gouvernement grec a présenté un plan pour la mise à disposition de 50 000 places d’accueil en Grèce avant la fin de l’année, dont 20 000 grâce à des dispositifs faisant appel à des familles d’accueil et à des aides au logement en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) (point 5 de la déclaration des dirigeants);
  • d’autres pays ont fait état des capacités d’accueil qu'ils peuvent immédiatement offrir en vue d’atteindre les 50 000 places d’accueil supplémentaires le long de la route des Balkans occidentaux d’ici la fin de l’année (point 6 de la déclaration des dirigeants):
  • l’Autriche s'est engagée à offrir 5 000 places,
  • la Serbie, 3 000,
  • la Croatie, 2 000,
  • la Slovénie, 2 000.

Le total des places promises s'établit donc à 12 000 jusqu’à présent.

  • Les responsables slovènes ont informé le groupe du déploiement de 400 policiers en Slovénie (point 13 de la déclaration des dirigeants). À ce jour, les pays se sont engagés à fournir un total de 183 policiers, 13 étant déjà déployés dans le pays et 30 en cours de déploiement.
  • Les points de contact ont convenu d'une méthode pour la coordination quotidienne des flux d’informations, la Commission et l’agence Frontex devant centraliser les données communiquées par les points de contact dans un tableau qui indiquera en particulier le volume des flux migratoires, les points d’entrée et les points de sortie attendus (point 1 de la déclaration des dirigeants). Ces informations seront échangées à partir de demain matin.
  • Frontex a informé le groupe que des lettres ont été envoyées ce jour aux points de contact Frontex nationaux en Grèce, Bulgarie, Hongrie et Croatie, ainsi qu'aux ministres de l'intérieur croate et grec, afin qu'ils donnent suite à l'engagement pris d'intensifier l'opération Poséidon, de renforcer l'appui de Frontex aux frontières entre la Bulgarie et la Turquie et entre la Croatie et la Serbie, et de soutenir les opérations d'enregistrement en Grèce aux frontières terrestres extérieures (point 13 de la déclaration des dirigeants). Ces lettres expliquent comment Frontex envisage de fournir cet appui et demandent un retour d’information et l’accord des autorités nationales.
  • Les points de contact sont convenus de présenter leurs évaluations des besoins dans les meilleurs délais, afin que la Commission puisse compiler ces informations pour le 4 novembre (point 1 de la déclaration des dirigeants).
  • La Commission a informé le groupe de la tenue, hier, d'une vidéoconférence avec des institutions financières internationales (Banque européenne d’investissement, Banque de développement du Conseil de l’Europe, Banque mondiale, Fonds monétaire international) pour examiner les moyens de soutenir le développement des structures d'accueil le long de la route des Balkans occidentaux (point 7 de la déclaration des dirigeants). Lors du sommet, les dirigeants ont estimé que la Banque de développement du Conseil de l’Europe était la mieux placée pour contribuer car elle peut intervenir tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Union européenne, elle peut accorder des subventions plutôt que des prêts et elle dispose d'un fonds spécial pour les migrants et les réfugiés. La Commission entend désormais organiser dans les pays concernés des missions conjointes avec la Banque de développement du Conseil de l’Europe, afin de concrétiser cette aide. Elle continuera à collaborer avec les autres institutions en vue de l'octroi de soutiens financiers à moyen et à long terme.

De plus, la Commission a - dès aujourd'hui vu l’urgence de la situation - déclenché la phase suivante de son mécanisme de coordination interne (le système général d’alerte rapide, ARGUS) qui fonctionne depuis plusieurs semaines, ce qui lui permet de réagir rapidement et de manière coordonnée en recourant à des processus décisionnels accélérés. Par conséquent, des réunions rassemblant tous les acteurs concernés au sein de la Commission se tiendront désormais tous les jours, y compris pendant les week-ends et les jours fériés. 

Le groupe a également discuté des actions de communication destinées à faire en sorte que les demandeurs d’asile soient suffisamment informés sur les procédures mises en place, les moyens mis à leur disposition, les règles en vigueur pour l’enregistrement et l’identification, ainsi que les possibilités qui s’offrent à eux dans le cadre du programme de relocalisation de l’UE. Cette démarche vise clairement à dissuader les demandeurs d’asile de se déplacer illégalement en Europe, s'exposant ainsi à des dommages physiques et à des passeurs sans scrupules.

Le groupe se réunira à nouveau pour des vidéoconférences hebdomadaires et poursuivra dans l’intervalle ses contacts bilatéraux pour assurer une parfaite communication, coordination et coopération, afin de gérer les flux migratoires et de garantir un traitement respectueux de la dignité humaine aux demandeurs d’asile en Europe. La prochaine vidéoconférence aura lieu le mercredi 4 novembre.

Contexte

Le 21 octobre, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a convoqué des dirigeants à un sommet consacré aux flux de réfugiés empruntant la route des Balkans occidentaux, afin d'examiner la situation d'urgence touchant cette région.  

Lors de ce sommet, les 12 dirigeants présents – dont le président de la Commission – ont décidé de désigner des points de contact dans les 24 heures pour permettre des échanges journaliers et une coordination quotidienne, afin que la circulation des personnes sur la route des Balkans occidentaux se déroule de manière progressive, contrôlée et ordonnée, et de surveiller la mise en œuvre du plan en 17 points adopté le 21 octobre.

Ont participé à ce sommet les chefs d'État ou de gouvernement des pays suivants: Albanie, Allemagne, ancienne République yougoslave de Macédoine, Autriche, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Roumanie, Serbie et Slovénie. Le président du Parlement européen, le président du Conseil européen, la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union européenne, la future présidence néerlandaise du Conseil de l'Union européenne et le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés étaient également présents. Le Bureau européen d'appui en matière d'asile (EASO) et l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne (Frontex) y étaient aussi représentés.

Plus d'informations

Page web consacrée au sommet sur la route des Balkans occidentaux

Déclaration des dirigeants

Communiqué de presse sur les premiers progrès accomplis après le sommet

Tous les documents destinés à la presse sur l'agenda européen en matière de migration


Annexe: points de contact nationaux — Route des Balkans occidentaux

Pays / Organisation:

Point de contact national

Fonction

COMMISSION

M. Richard SZOSTAK

Conseiller diplomatique, cabinet du Président

CONSEIL EUROPÉEN

Mme Christine ROGER

Conseiller au cabinet du Président

PRÉSIDENCE DU CONSEIL DE L'UE

M. Pascal SCHUMACHER

Conseiller, Représentation permanente du Luxembourg auprès de l'UE

FUTURE PRÉSIDENCE DU CONSEIL DE L'UE

M. Alexander SOREL

Conseiller, Représentation permanente des Pays-Bas auprès de l'UE

ALBANIE

M. Sander LLESHI

Conseiller pour la sécurité au sein du cabinet du Premier ministre

AUTRICHE

M. Raphael STERNFELD

Conseiller pour les affaires internationales, chancellerie fédérale

BULGARIE

Mme Petya PARVANOVA

Conseillère auprès du vice-Premier ministre et ministre de l’intérieur

ALLEMAGNE

M. Uwe CORSEPIUS

Conseiller pour la politique européenne, chancellerie fédérale

ANCIENNE RÉPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACÉDOINE

Mme Anastasija ILIESKA

Secrétaire d’État, ministère de l’intérieur de la République de Macédoine

GRÈCE

Mme Eleni TAKOU

Conseillère politique principale du ministre chargé de la migration

CROATIE

Mme Maja BOGDAN

Vice-sherpa auprès du gouvernement de la République de Croatie

HONGRIE

M. Tibor LAKATOS

Colonel de police, directeur du centre d'opérations du ministère de l’intérieur

ROUMANIE

M. Leonard ORBAN

Sherpa pour les affaires européennes auprès du Président

SERBIE

M. Aleksandar VULIN

Ministre des affaires sociales, coordinateur pour les questions migratoires au sein du gouvernement

SLOVÉNIE

M. Igor MALLY

Sherpa pour les affaires européennes auprès du gouvernement de la République de Slovénie

 

IP/15/5952


Side Bar