Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Crise des réfugiés syriens: le Fonds d'affectation spéciale de l’UE lance des programmes d'aide d'urgence d'un montant de 40 millions d'euros pour secourir jusqu'à 400 000 personnes au Liban, en Turquie, en Jordanie et en Iraq

Bruxelles, 29 mai 2015

Le conseil d'administration du nouveau Fonds régional d'affectation spéciale de l'UE en réaction à la crise syrienne s'est réuni pour la première fois aujourd'hui et a adopté des programmes européens d'aide d'urgence pour un montant de 40 millions d'euros. Ces programmes permettront de venir en aide à 400 000 réfugiés syriens et membres des communautés d'accueil dans le besoin au Liban, en Turquie, en Jordanie et en Iraq. Ciblant tout particulièrement les enfants et les jeunes, ils seront principalement axés sur l'éducation, les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire.

Le Fonds d'affectation spéciale apporte une réponse régionale aux aspects régionaux de cette crise, permettant ainsi à l’UE et à ses États membres d'intervenir conjointement et de réagir avec souplesse et rapidité à l'évolution des besoins.

Mme Federica Mogherini, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, s'est exprimée en ces termes: «Alors que l'UE continue de soutenir tous les efforts déployés en faveur d'une transition politique sans exclusive conduite par les Syriens, elle reste, avec ses États membres, le premier bailleur de fonds à l'appui de l'action menée par la communauté internationale pour faire face à la crise syrienne. Le Fonds d'affectation spéciale est une nouvelle preuve de sa détermination à aider les victimes de la crise, d’une ampleur sans précédent, qui frappe la Syrie et les pays voisins. Notre objectif est de contribuer à une baisse stratégique de la violence en Syrie et, de manière plus générale, d'aider à renforcer la résilience dans la région, afin d’alléger les souffrances de la population et de jeter les bases d’un processus politique inclusif et durable».

M. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, a déclaré quant à lui: «Aider le Liban, la Jordanie et la Turquie, et à travers eux, les près de quatre millions de réfugiés qu'ils ont accueillis sur leur territoire, est le meilleur moyen de mettre fin au désespoir et aux trafics illicites et de donner corps à l'espoir et à la résilience. Force nous a été de le constater ces derniers mois, le conflit a des conséquences directes sur la sécurité de l’UE du fait, notamment, des combattants étrangers, du terrorisme, de l’immigration illégale et de la polarisation entre les communautés religieuses. La majorité des réfugiés sont des enfants et des jeunes sans grandes perspectives d'avenir qui risquent de constituer des proies faciles pour la radicalisation si nous ne nous mobilisons pas davantage. Le Fonds d'affectation spéciale de l'UE est une manière innovante de mettre nos ressources en commun dans un mécanisme souple et unique, bénéficiant d'une forte visibilité européenne, pour faire face ensemble à cette crise sans précédent qui touche notre voisinage méridional».

M. Gerd Müller, ministre allemand de la coopération économique et du développement a, pour sa part, déclaré: «J'espère que la contribution allemande incitera d'autres États membres et des pays tiers à apporter eux aussi une contribution au Fonds d'affectation spéciale de l'UE. Je suis convaincu que ce nouvel instrument nous permettra de répondre de manière souple et rapide aux besoins des populations de la région en crise en Syrie et en Iraq et d'apporter une aide européenne flexible et bien coordonnée.»

Les fonds proviennent du budget de l’UE et de l'Italie, tandis que l’Allemagne a promis une contribution supplémentaire de 5 millions d’euros, sous réserve de l'approbation de son parlement. D’autres contributions substantielles au Fonds d'affectation spéciale de l’UE provenant du budget de l’UE et des États membres sont attendues avant la fin de l’année, lorsqu'une deuxième série de programmes d'aide pourra être adoptée. Les trois programmes d'aide lancés aujourd’hui apportent une assistance ciblée aux réfugiés syriens et aux membres des communautés d'accueil les plus touchés dans la région:

  • Premièrement, 17,5 millions d'euros seront utilisés pour offrir à plus de 200 000 enfants syriens réfugiés en Turquie un enseignement supplémentaire en langue arabe en double rotation et des cours d'apprentissage des compétences nécessaires dans la vie courante, ainsi que pour leur fournir du matériel pédagogique et des fournitures scolaires et leur apporter un soutien psychosocial. Il sera tout particulièrement veillé à offrir aux enfants et aux adolescents syriens, notamment aux filles, des espaces sûrs au sein des communautés d'accueil afin de parer aux risques de violences sexuelles et à caractère sexiste. De plus, 3 700 enseignants volontaires syriens bénéficieront d'une formation et de mesures les incitant à améliorer la qualité de l'enseignement en langue arabe et plus de 31 000 réfugiés syriens vulnérables recevront des bons alimentaires mensuels;
  • Deuxièmement, un nouveau mécanisme régional en faveur de l’enseignement supérieur sera mis en place pour remédier au fait que près de la moitié des étudiants syriens ont été contraints d'abandonner leurs études universitaires depuis le début de la crise des réfugiés. Au Liban, en Jordanie, en Turquie, en Iraq et en Syrie, ce programme de 12 millions d’euros permettra d’atteindre et d’aider jusqu’à 20 000 jeunes d’origine syrienne grâce à une combinaison de bourses d'études à temps plein et d'inscriptions à temps plein à des cours de l'enseignement supérieur de type court dispensés en classe, en ligne ou selon une formule mixte. Le Fonds d'affectation spéciale de l'UE permettra donc de multiplier par quatre le nombre d'étudiants syriens qui bénéficient d'une aide de la communauté internationale pour poursuivre leurs études (ils sont 7 000 actuellement) et contribuera ainsi à lutter contre la radicalisation et la fuite des cerveaux provoquées par la guerre en Syrie.
  • Troisièmement, un programme doté d'un budget de 10 millions d’euros contribuera au maintien des moyens de subsistance en offrant de nouvelles perspectives économiques à court, moyen et long terme aux réfugiés syriens et aux communautés d’accueil au Liban, en Jordanie, en Iraq et en Turquie. Son but est d'atteindre jusqu'à 190 000 personnes dans 90 communautés défavorisées les plus touchées par l’afflux de réfugiés. Le programme aidera en particulier les jeunes et les femmes en leur offrant, ainsi qu'aux communautés qui les accueillent, de nouvelles possibilités d'exercer des activités productives sur les plans social et économique. Au moins 15 000 jeunes désœuvrés et désenchantés bénéficieront directement de ce programme sous la forme d'un travail, d'une formation ou d'un engagement communautaire de courte durée.

Contexte

Depuis le début du conflit en Syrie, plus de 11,5 millions de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer, près de 4 millions d'entre elles ayant trouvé refuge dans les pays voisins. Rien que sur le territoire syrien, plus de 12 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence, soit une augmentation de 30 % en l'espace d'un an. L’UE et ses États membres ont mobilisé à ce jour 3,5 milliards d’euros pour faire face à la crise.

L'UE augmenté de façon substantielle son aide financière en réaction à la crise syrienne à l'occasion de la troisième conférence internationale des donateurs pour la Syrie qui s'est tenue le 15 mars dernier au Koweït. La Commission européenne et les États membres se sont engagés à verser près de 1,1 milliard d’euros, doublant ainsi la promesse de contribution globale de l’UE annoncée lors de la conférence de 2014. Sur cette somme, une enveloppe de 500 millions d’euros, affectée à des mesures d’aide humanitaire, de redressement rapide et d'aide à la stabilisation à plus long terme, provient du budget de l'UE, ce qui triple quasiment la contribution de l’année dernière. Les États membres de l’UE ont également revu à la hausse leurs promesses d'aide par rapport à 2014.

Le Fonds d'affectation spéciale de l'UE est ouvert à tous les États membres de l’UE ainsi qu'à d'autres donateurs, tant publics que privés. Il permettra de renforcer les effets de l'aide financière et des moyens d'action mis en œuvre par l'Europe pour faire face à la crise en répondant aux besoins de plus en plus colossaux en matière de résilience et de stabilisation dans les pays voisins de la Syrie, notamment au Liban, en Jordanie, en Turquie et en Iraq, ainsi qu'au fil du temps, sur le territoire syrien. Ce Fonds peut également être adapté aux besoins de reconstruction en Syrie dans un futur scénario d'après-conflit et devenir ainsi un instrument de financement de l’effort de reconstruction à venir. Le nom arabe du Fonds d'affectation spéciale est «Madad» qui, en gros, signifie «apporter de l'aide conjointement».

Cette initiative devrait être considérée comme faisant partie intégrante des efforts déployés par l’UE pour collaborer avec les pays tiers afin de définir une approche globale permettant de mieux gérer les migrations dans tous leurs aspects, décrits dans l'Agenda européen en matière de migration, publié le 13 mai 2015.

Pour en savoir plus sur le Fonds régional d’affectation spéciale de l'UE en réaction à la crise syrienne: http://ec.europa.eu/enlargement/neighbourhood/countries/syria/madad/index_en.htm

Discours prononcé par M. Hahn à l'occasion de la première réunion du comité d'administration du Fonds régional d'affectation spéciale de l'UE en réaction à la crise syriennehttp://ec.europa.eu/avservices/video/player.cfm?&ref=I103842&sitelang=fr

IP/15/5074

Personnes de contact pour la presse

Renseignements au public:


Side Bar