Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE PL

Commission européenne - Communiqué de presse

Plan d’investissement pour l’Europe: la Pologne contribuera à hauteur de 8 milliards d’euros

Bruxelles, 21 avril 2015

La Pologne a annoncé aujourd’hui qu’elle qu’il contribuerait à hauteur de 8 milliards d’euros à des projets financés par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), qui constitue l’élément central du plan d’investissement pour l’Europe de 315 milliards d’euros. Le versement de sa contribution passera par sa banque nationale de développement, Bank Gospodarstwa Krajowego (BGK) et une autre institution publique Polish Investments for Development (PIR). Après l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie et le Luxembourg la Pologne est le sixième pays à contribuer au plan avant même que le Fonds européen pour les investissements stratégiques n’ait été officiellement institué.

M. Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne chargé de l’emploi, de la croissance, de l’investissement et de la compétitivité, a déclaré: "Je suis très heureux d'apprendre la bonne nouvelle du ministre des Finances Mateusz Szczurek en personne que la Pologne contribuera au plan d'investissement. Ce sera le sixième pays qui y contribuera. La Banque Gospodarstwa Krajowego (BGK) de la Pologne a déjà un vaste engagement dans les plates-formes d'investissement de l'UE. Je suis très heureux de cette annonce très opportune."

Contexte

Le 10 mars, les ministres des finances de l’Union européenne ont approuvé la proposition de la Commission relative à un règlement sur le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS). Suite à un vote sur le règlement par les comités responsables au Parlement européen le 20 avril, les négociations entre les co-législateurs peuvent maintenant entrer dans la phase finale, en vue de trouver un accord sur le texte juridique en juin. D'ici à l’été, les PME et certains projets d’infrastructure pourront déjà bénéficier d’un préfinancement de la BEI, comme cela a été annoncé le 17 février. L'objectif est que le nouveau fonds sera pleinement opérationnel d'ici septembre au plus tard.

Les banques nationales de développement ont un rôle essentiel à jouer pour que l’Europe renoue avec l’investissement. Elles disposent de l’expertise requise pour exécuter le plan d’investissement et elles garantissent une utilisation optimale des ressources publiques. Le Luxembourg est désormais le cinquième pays à annoncer une contribution au plan d’investissement par l’intermédiaire de sa banque nationale de développement: en février, l’Allemagne a déclaré qu’elle y apporterait une contribution de 8 milliards d’euros par l’intermédiaire de la KfW; toujours en février, l’Espagne a annoncé une contribution de 1,5 milliard d’euros par l’intermédiaire de l’Instituto de Crédito Oficial (ICO); en mars, la France a fait savoir qu’elle s’engageait à hauteur de 8 milliards d’euros par l’intermédiaire de la Caisse des Dépôts (CDC) et de Bpifrance (BPI), et l’Italie a annoncé qu’elle contribuerait à hauteur de 8 milliards d’euros par l’intermédiaire de la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), et en avril, le Luxembourg a annoncé qu’il contribuerait à hauteur de 80 millions d’euros par sa banque nationale de développement, la Société nationale de crédit et d’investissement (SNCI).

La crise économique ayant entraîné une forte réduction de l’investissement dans toute l’Europe, il est nécessaire de déployer un effort collectif, coordonné au niveau européen, pour inverser cette tendance à la baisse et placer l’Europe sur la voie de la reprise économique. Les ressources existantes sont suffisantes, et il importe de les mobiliser dans l’ensemble de l’UE pour soutenir l’investissement. Par contre, il n’y a pas de réponse unique ou simple, pas de bouton «croissance» sur lequel il suffirait d’appuyer, pas de panacée. La Commission privilégie une approche fondée sur trois piliers: les réformes structurelles, pour engager l’Europe sur une nouvelle voie de croissance;la responsabilité budgétaire, pour rétablir la solidité des finances publiques et renforcer la stabilité financière; et l’investissement, pour donner un coup de fouet à la croissance et maintenir celle-ci dans la durée. Le plan d’investissement pour l’Europe se trouve au cœur de cette stratégie.

Pour de plus amples informations:

Site web

LinkedIn

Twitter

@jyrkikatainen

 

IP/15/4818

Renseignements au public:


Side Bar