Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

En 2015, l'UE débloquera encore 156 millions d'euros d'aide humanitaire pour répondre aux besoins croissants de la région du Sahel

Bruxelles, 16 février 2015

En 2015, l'Union européenne fournira 156 millions d'euros d'aide humanitaire à la région du Sahel, où près de 20 millions d'êtres humains ignorent d'où viendra leur prochain repas et où plus de cinq millions d'enfants souffrent de malnutrition aiguë. Le Royaume-Uni contribue à hauteur de 45 millions d'euros à ce financement de l'Union européenne en faveur du Sahel, qui doit permettre de relever les défis humanitaires dans la région.

Cette nouvelle aide a été annoncée par M. Christos Stylianides, commissaire européen chargé de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, qui est actuellement au Sénégal et sur le point de se rendre au Mali.

«Le Sahel est la région la plus pauvre du monde. Elle doit rester notre priorité essentielle. Nous devons empêcher que la malnutrition aiguë et l'insécurité alimentaire ne deviennent la norme en Afrique de l'Ouest», a-t-il déclaré. «La priorité absolue est de sauver des vies. Parallèlement, nous devons nous attaquer aux causes sous-jacentes de la malnutrition et investir dans des politiques de développement durable afin d'atteindre l'objectif «Zéro faim» d'ici 20 ans. Le renforcement de la résilience des communautés locales aux chocs futurs demeure une priorité centrale».

L'aide humanitaire de l'UE au Sahel concernera cette année plusieurs priorités:

  • 32 millions d'euros permettront d'aider les victimes de la malnutrition et de la crise de sécurité au Mali;
  • 8 millions d'euros aideront à contenir la crise alimentaire et la crise de sécurité au Nigeria;
  • 35 millions d'euros seront octroyés au Tchad pour combattre la malnutrition et assister les réfugiés en provenance de la République centrafricaine, qui sont toujours plus nombreux;
  • 4,4 millions d'euros permettront de venir en aide aux personnes sous-alimentées et aux réfugiés centrafricains au Cameroun;
  • 20,6 millions d'euros permettront de soutenir des partenaires qui travaillent au niveau de la région de l'Afrique de l'Ouest dans leur lutte contre l'insécurité alimentaire et la malnutrition.
  • Le reste des fonds (56 millions d'euros) ira à la lutte contre la malnutrition et à l'aide alimentaire dans les autres pays du Sahel (Sénégal, Mauritanie, Burkina, Niger, Gambie)

 

Contexte

L'année qui commence sera particulièrement difficile pour nombre d'habitants de la région du Sahel. La sécheresse qui a sévi au second semestre 2014 et mis les récoltes en péril pourrait rendre les prix alimentaires plus volatils et accroître encore la difficulté qu'ont les plus pauvres à acheter de quoi manger. Cette situation est rendue encore plus compliquée par les conflits au nord du Mali et au Nigeria, ainsi que par la menace d'épidémies, comme Ebola, la rougeole et le choléra.

La région du Sahel peine à se remettre de quatre crises alimentaires et nutritionnelles consécutives (2005, 2008, 2010 et 2012). Les besoins humanitaires grandissants appellent à la fois une aide d'urgence massive et des mesures visant à lutter contre les racines de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition et à renforcer la résilience des plus démunis. L'Union européenne a joué un rôle déterminant dans la création de l'Alliance globale pour l’initiative résilience (AGIR), qui vise à renforcer la résilience en Afrique de l'Ouest et qui s'est fixé l'objectif «Zéro faim» d'ici à 2032.

Depuis début 2014, la Commission européenne a mobilisé plus de 350 millions d'euros pour venir en aide aux victimes de la crise au Sahel. La Commission et les États membres de l'UE coordonnent, qui plus est, leurs actions en matière de sécurité et de développement au Sahel au moyen d'un nouveau plan d'action, qui devrait être présenté d'ici à la fin du mois de mars 2015. Ce plan d'action renforcera les efforts consentis par l'UE pour promouvoir la bonne gouvernance, les droits de l'homme et la démocratie, ainsi que l'éducation, et pour prévenir toute radicalisation, gérer les questions relatives aux frontières et aux migrations et soutenir les initiatives en faveur de l'émancipation des jeunes.

IP/15/4430

Personnes de contact pour la presse

Renseignements au public:


Side Bar