Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Évolution de l’emploi et de la situation sociale: le rapport annuel souligne les principaux facteurs de résistance à la crise

Bruxelles, 15 janvier 2015

Les pays alliant des emplois de qualité à une protection sociale efficace et à un fort investissement dans le capital humain ont mieux résisté à la crise économique. C’est là une des principales conclusions du rapport 2014 sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe, consacré aux séquelles de la récession, qui préconise de soutenir la productivité en investissant dans l’acquisition et la préservation par les travailleurs des compétences recherchées, et souligne qu’il est crucial de retrouver la convergence entre les États membres.

Le rapport tire les leçons de la récession et constate que ses effets sur l’emploi et les revenus sont moindres dans les pays disposant d’un marché du travail plus ouvert et moins segmenté et ayant davantage investi dans l’éducation et la formation tout au long de la vie. Dans ces pays, les allocations de chômage bénéficient en général à la plupart des chômeurs, sont liées à des mesures d’activation et tiennent compte des cycles économiques.

La commissaire à l’emploi, aux affaires sociales, aux compétences et à la mobilité des travailleurs, Mme Marianne Thyssen, a déclaré à ce propos: «La création d’emplois est notre mission la plus urgente et les séquelles de la crise ne nous facilitent pas la tâche. Selon le rapport, des réformes structurelles et des mesures de soutien à la consommation et à la demande sont nécessaires. Nous devons investir davantage dans le capital que représentent nos concitoyens, afin de toujours mieux les former, les préparer et les faire entrer sur le marché du travail. L’offensive d’investissement de la Commission Juncker permettra de véritables avancées dans ces domaines cruciaux».

Selon le rapport, un certain nombre d’États membres évoluent progressivement vers un modèle d’investissement social qui privilégie un épanouissement professionnel tout au long de la vie et la participation du plus grand nombre au marché du travail. Les réformes qui ont eu pour but d’attirer davantage de femmes et de travailleurs âgés sur le marché du travail ont contribué à maintenir les taux d’activité européens. Cela confirme la nécessité de poursuivre les réformes du marché du travail et la modernisation de la protection sociale.

De meilleures compétences mais aussi davantage d’emplois de qualité

Le vieillissement et le déclin de la population de l’UE nous imposent d’investir dans le capital humain pour soutenir la productivité et assurer à l’avenir une croissance inclusive et créatrice d’emplois. Le rapport souligne que l’efficacité de cet investissement ne dépend pas seulement de la pertinence des compétences concernées, mais aussi de l’existence d’un cadre qui permette aux personnes ainsi éduquées et formées d’entretenir, de mettre à jour et d’utiliser ces compétences au cours de leur vie professionnelle. Il faut déployer pour ce faire des dispositifs qui empêchent la dilapidation de ce capital humain, liée à l’inactivité des personnes concernées ou à la sous-utilisation de leur potentiel.

En outre, pour se traduire par des gains de productivité de la main-d’œuvre, l’accroissement de l’offre de capital humain qualifié doit aller de pair avec un accroissement de l’offre d’emplois de qualité. Dans sa partie prospective, le rapport indique que les changements liés au progrès technologique, à la mondialisation, à l’évolution démographique et à la transition écologique de l’économie devraient certes être propices à la création d’emplois de qualité, mais peuvent aussi accélérer l’obsolescence de compétences ou d’emplois et creuser les écarts entre les salaires. Ce risque doit donc être contré par des politiques pro-actives en faveur de la formation tout au long de la vie, de l’aide à la recherche d’emploi et du dialogue social qui soient capables d’anticiper et de mettre en œuvre les innovations.

Rétablir la convergence

Enfin, le rapport souligne l’importance d’un retour à la convergence socio-économique après ces années de crise, en particulier dans le sud et la périphérie de l’UE-15. La divergence qui a fait suite à la crise n’est pas seulement due à la gravité du choc économique dans les pays les plus touchés, mais aussi à des déséquilibres structurels qu’ils connaissaient déjà auparavant (faible productivité, manque d’investissements dans le capital humain, secteur bancaire fragile et bulles immobilières), ainsi qu’à leurs systèmes de protection sociale. Le rapport apporte une contribution aux débats en cours sur les meilleurs moyens de rétablir la convergence, d’approfondir l’union économique et monétaire et de renforcer sa dimension sociale.

Le rapport sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe

La Commission livre ici la quatrième édition de son rapport annuel sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe, dans lequel elle fait le point sur les tendances en la matière, pour envisager des options stratégiques permettant de répondre aux défis à venir. Par ailleurs, elle répond ainsi à l’obligation que lui impose le traité de faire rapport sur la situation sociale dans l’Union.

Le rapport présente le travail d’analyse approfondi des services de la Commission, fondé sur les données et la littérature les plus récentes à sa disposition, et ses principales conclusions étayent les initiatives de la Commission dans le domaine de l’emploi et de la politique sociale.

Pour de plus amples informations

 

IP/15/3321

Personnes de contact pour la presse

Tove ERNST (+32 2 298 67 64)
Christian WIGAND (+ 32 2 296 22 53)

Renseignements au public:

Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel

Side Bar