Navigation path

Left navigation

Additional tools

L’UE et l’UNICEF renforcent leur partenariat pour améliorer la santé des enfants et des mères et pour sauver plus d’enfants

European Commission - IP/14/99   04/02/2014

Other available languages: EN DE ES LV

Commission européenne

Communiqué de presse

New York, 4 février 2014

L’UE et l’UNICEF renforcent leur partenariat pour améliorer la santé des enfants et des mères et pour sauver plus d’enfants

La question d’une aide humanitaire d’urgence pour la République centrafricaine a également été discutée lors de la réunion du Conseil d’administration de l’UNICEF

L’Union européenne a annoncé aujourd’hui l’octroi de 320 millions d’euros (431 millions de dollars É.-U.) par l’intermédiaire de l’UNICEF pour améliorer la santé et l’alimentation des enfants et des femmes dans quinze pays en développement et pour permettre d’accélérer les progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Cette aide financière servira essentiellement à lutter contre la sous-nutrition et les maladies infectieuses qui comptent parmi les causes premières de la mortalité de l’enfant. Des programmes s’échelonnant sur plusieurs années porteront sur l’amélioration de l’accès à l’eau salubre et aux installations sanitaires ainsi que sur la qualité des prestations médicales, sur les soins de santé et sur une nutrition adéquate.

Le montant de cette aide représente une augmentation de 350 % des fonds de développement octroyés depuis 2008 par l’Union européenne à l’UNICEF.

« L’annonce faite aujourd’hui montre toute la différence que cela peut faire quand nous travaillons ensemble et notre partenariat avec l’UNICEF nous aidera à toucher encore davantage de personnes parmi toutes celles qui ont le plus besoin de notre aide, » a déclaré M. Andris Piebalgs, le Commissaire européen au développement, devant le Conseil d’administration de l’UNICEF à New York. « Beaucoup reste encore à faire d’ici la date-butoir de 2015 pour la réalisations des OMD et ces projets nous permettront de nous appuyer sur ce qui a été accompli jusqu’à présent. »

Bien que les taux de mortalité de l’enfant aient décliné, passant d’environ 12,6 millions en 1990 à environ 6,6 millions en 2012, près de 18 000 enfants continuent à mourir chaque jour de maladies évitables. Au rythme actuel, la communauté internationale ne parviendra pas à réaliser avant 2028 l’Objectif 4 du Millénaire pour le développement qui consiste à réduire des deux tiers la mortalité chez les enfants de moins de cinq ans.

Les 320 millions d’euros en accords de financement – signés en 2013 avec quinze bureaux de pays de l’UNICEF – relèvent de l’initiative OMD de l’UE et du dixième Fonds européen de développement, qui a pour but d’accélérer les progrès vers les objectifs dont la réalisation a pris le plus de retard. L’UNICEF et l’UE, en coopération avec les pays partenaires et les organisations de la société civile, développeront des opérations pour réduire la mortalité de l’enfant et améliorer la santé des mères et les soins prénatals.

Demande énorme non satisfaite en République centrafricaine

Lors de la réunion du Conseil d’administration, Andris Piebalgs, le Commissaire européen, et Anthony Lake, le Directeur général de l’UNICEF, ont également évoqué la crise en République centrafricaine où Anthony Lake a passé quatre jours en janvier.

« Les enfants de République centrafricaine ont désespérément besoin de protection et de soutien. Ils sont victimes d’agressions et se font tuer au milieu d’une violence aveugle qui sévit entre les communautés et ils ne disposent de quasiment aucune protection, a dit Anthony Lake. Dans l’intérêt des enfants, dans l’intérêt de tout le pays, nous devons tous, de toute urgence, redoubler d’efforts. »

La semaine dernière, l’UE a promis une enveloppe de 25 millions d’euros (33,7 millions de dollars É.-U.) pour l’opération menée par l’Union africaine (la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine ou MISCA) lors d’une conférence de donateurs en Éthiopie. Le travail de la MISCA est essentiel pour créer les conditions nécessaires à l’acheminement de l’aide humanitaire et à une réforme du secteur de la sécurité.

Depuis le début de la crise en République centrafricaine, l’UE a promis environ 200 millions d’euros (269,6 millions de dollars É.-U.) en vue, en autres, d’un soutien à une intervention immédiate de secours, de projets de développement à long terme, d’efforts de stabilisation de la situation et d’un soutien au processus électoral, ce qui montre clairement que l’UE s’engage à aider la population de la République centrafricaine.

Note

Tous les pays recevant ces fonds se trouvent en Afrique à l’exception du Timor-Leste. Ces pays sont le Burundi, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, la Guinée-Bissau, Madagascar, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, le Nigéria, la République démocratique du Congo, la Sierra-Leone, la Somalie, la Zambie et le Zimbabwe. 

Les photos concernant cette réunion sont disponibles à l’adresse :

http://weshare.unicef.org/mediaresources

MEMO/14/73: Factsheet on EU – UNICEF COOPERATION

Contacts :

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Maria Sanchez Aponte (+32 2 298 10 35)

Kate Donovan, UNICEF New York; (+1 718 362 0606)

Marixie Mercado, UNICEF Geneva (+1 917 588 9596)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website