Navigation path

Left navigation

Additional tools

«Manger sain pour se sentir bien»: la Commission propose de combiner et de renforcer les programmes existants de distribution de lait et de fruits dans les écoles

European Commission - IP/14/94   30/01/2014

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 30 janvier 2014

«Manger sain pour se sentir bien»: la Commission propose de combiner et de renforcer les programmes existants de distribution de lait et de fruits dans les écoles

La Commission européenne a publié aujourd'hui une proposition regroupant dans un cadre commun deux programmes à destination des écoles, actuellement séparés, à savoir le programme en faveur de la consommation de fruits à l'école et le programme en faveur de la consommation de lait à l'école. Dans le contexte actuel d'une baisse de la consommation de ces produits chez les enfants, l’objectif est de lutter plus efficacement contre une mauvaise alimentation, de renforcer les aspects éducatifs des programmes et de contribuer à la lutte contre l’obésité. Sous le slogan «Manger sain pour se sentir bien», ce programme renforcé, conçu sur le modèle «de la ferme à l’école», mettra l’accent sur des mesures éducatives visant à sensibiliser davantage les enfants aux habitudes alimentaires saines, à la large gamme de produits agricoles disponibles, ainsi qu'aux questions relatives à la durabilité, à l'environnement et aux déchets alimentaires.

M. Dacian Cioloș, membre de la Commission chargé de l'agriculture et du développement rural, s'est exprimé ce jour en ces termes: «Avec les changements que nous proposons aujourd'hui, nous voulons nous appuyer sur les programmes existants pour renverser la tendance à la baisse de la consommation et sensibiliser les enfants aux bienfaits de ces produits. Il s’agit d’une mesure essentielle pour induire des changements profonds dans les habitudes alimentaires des enfants et attirer l'attention sur certains défis importants auxquels la société est confrontée. J’espère en outre que cette nouvelle approche constituera une occasion idéale de renforcer les liens entre la communauté agricole et les enfants, leurs parents et enseignants, en particulier dans les zones urbaines».

Le nouveau programme fonctionnera dans un cadre juridique et financier commun, ce qui devrait ainsi améliorer et simplifier les exigences administratives dans le cadre des deux programmes existants. Ce cadre unique réduira la charge administrative et organisationnelle pour les autorités nationales, les écoles et les fournisseurs, et rendra le système plus efficace. La participation au programme sera facultative pour les États membres, qui auront également la possibilité de choisir les produits qu’ils souhaitent distribuer.

Comme déjà programmé dans le cadre de l'accord de l'année dernière sur les dépenses futures de l'Union européenne, le nouveau programme, une fois adopté, sera doté d'un budget de 230 millions € par année scolaire (150 millions € pour les fruits et légumes et 80 millions € pour le lait). À titre de comparaison, le budget 2014 est de 197 millions € (respectivement 122 millions € et 75 millions €). La proposition, qui sera maintenant présentée au Parlement européen et au Conseil, s’appuie sur les conclusions des rapports d’évaluation et de la consultation publique menée en 2013 dans le cadre de la procédure d’analyse d’impact.

Contexte

Le programme en faveur de la consommation de lait dans les écoles a été instauré en 1977 et le programme en faveur de la consommation de fruits à l’école, en 2009. Les deux programmes profitent chaque année à près de 30 millions d’enfants (plus de 20 millions en ce qui concerne le programme «lait à l'école» et 8,5 millions en ce qui concerne le programme de distribution de fruits à l'école). Étant donné la tendance à la baisse à moyen terme de la consommation de fruits et légumes et de lait et les nouveaux défis à relever en matière d’alimentation, ces programmes apparaissent encore plus nécessaires aujourd’hui. Dans la plupart des pays, la consommation de fruits et de légumes diminue chez les enfants et reste inférieure à l’apport journalier recommandé. La consommation de lait de consommation recule également, et les enfants tendent à privilégier de plus en plus les produits très élaborés. La surcharge pondérale et l’obésité sont de véritables problèmes: en 2010, l’OMS a estimé qu'environ un enfant sur trois âgé de 6 à 9 ans dans l'Union européenne est en surpoids ou obèse. Cette tendance s'accentue rapidement: les estimations pour 2008 étaient d'un enfant sur quatre.

Informations complémentaires

MEMO/14/69

Programme en faveur de la consommation de fruits à l’école

Programme en faveur de la consommation de lait à l'école

Personnes de contact:

Roger Waite (+32 2 296 14 04)

Fanny Dabertrand (+32 2 299 06 25)

Pour le public: Europe Direct par téléphone au 00 800 6 7 8 9 10 11 ou par courriel à l'adresse:


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website