Navigation path

Left navigation

Additional tools

Emploi: la Commission propose une aide du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation de 570 945 euros pour les anciens travailleurs du constructeur automobile Ford et ses fournisseurs en Belgique

European Commission - IP/14/942   22/08/2014

Other available languages: EN DE NL

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 22 août 2014

Emploi: la Commission propose une aide du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation de 570 945 euros pour les anciens travailleurs du constructeur automobile Ford et ses fournisseurs en Belgique

La Commission européenne a proposé de mobiliser le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) et de proposer à la Belgique 570 945 euros afin d’aider 479 travailleurs licenciés à Genk par Ford et ses fournisseurs à trouver un nouvel emploi. La proposition va maintenant être soumise à l’approbation du Parlement européen et du Conseil des ministres de l’Union européenne.

Le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, M. László Andor, a déclaré à ce sujet: «La production automobile en Europe a chuté de façon spectaculaire pendant la crise de la zone euro, en raison principalement d’un recul de la demande. Dans le même temps, l’industrie automobile procède actuellement à des mutations structurelles pour faire face à la mondialisation. Pour de nombreux travailleurs de ce secteur, la situation est très difficile; il est donc important de faire jouer la solidarité européenne afin de les accompagner dans cette transition difficile. L’aide de 570 945 euros que nous proposons permettrait aux travailleurs licenciés d’adapter leurs compétences et de retrouver un emploi.»

La Belgique a demandé le soutien du FEM pour 512 travailleurs licenciés par l’entreprise Ford-Werke GmbH (Ford Genk) et dix de ses fournisseurs. Ces licenciements résultent d’un déclin rapide de la part de marché de l’Union européenne dans la production mondiale de voitures particulières.

Les mesures cofinancées par le FEM aideraient les 479 travailleurs qui ont le plus de mal à retrouver un emploi en leur offrant une aide à la recherche d’emploi, des conseils actifs axés sur l’emploi et un large éventail de formations professionnelles ou de recyclages.

Le coût total du train de mesures est estimé à 1,14 million d’euros, dont la moitié serait prise en charge par le FEM.

Contexte

Cette demande est fondée sur le fait que la part de marché de l’Union européenne dans la production mondiale de voitures particulières a baissé au cours des dernières années, dans un secteur où la tendance générale est à la hausse.

Selon les données mentionnées par les autorités belges, la production de voitures particulières dans l’UE-27 entre 2007 et 2012 est passée de 17,10 à 14,61 millions d’unités (- 14,6 %; — 3,1 % de croissance annuelle), alors que, pendant la même période, la production de voitures au niveau mondial a augmenté, pour passer de 53,05 à 63,07 millions d’unités (+ 18,9 %; + 3,5 % de croissance annuelle). Cette évolution s’est traduite par une réduction de la part de marché de l’UE-27 dans la production de voitures particulières au niveau mondial, mesurée en termes de volume, pour passer de 32,2 % à 23,2 % (- 28,2 %; — 6,4 % de croissance annuelle). Par comparaison, durant la même période, la part de marché de la Chine est passée de 12,0 % à 24,6 % (+ 104,6 %; + 15,4 % de croissance annuelle), alors que les parts de marché des autres principaux producteurs ont diminué (Japon: - 27,7 % / - 6,3 % de croissance annuelle; Corée du Sud: - 5,9 % / - 1,2 % de croissance annuelle; États-Unis: - 12,0 % / - 2,5 % de croissance annuelle) mais, d’une manière générale, dans une mesure moindre que pour l’UE-27.

Les licenciements chez Ford Genk et ses fournisseurs concernent principalement la province du Limbourg, en Région flamande, dans le nord-est de la Belgique. La province du Limbourg est un ancien bassin minier, où l’emploi est fortement tributaire de l’industrie traditionnelle.

Ford Genk est l’employeur le plus important de la province du Limbourg, puisque l’entreprise emploie 1,7 % du nombre total de salariés. L’entreprise représente également 10 % du chiffre d’affaires total des 500 plus grandes entreprises dans le Limbourg.

Par rapport à la moyenne flamande, la province du Limbourg est caractérisée par un niveau de chômage élevé, des niveaux de qualifications et de compétences inférieurs et une offre moins développée de services d’éducation. En outre, les entreprises installées dans la province du Limbourg sont généralement moins innovantes et présentent un niveau d’internationalisation inférieur à la moyenne flamande (en termes de part des exportations et de niveau d’investissements étrangers entrants), et la création de nouvelles entreprises est relativement limitée également.

La province de Limbourg a déjà bénéficié du soutien du FEM pour d’autres licenciements collectifs (IP/09/1293).

L’ouverture des échanges commerciaux avec le reste du monde a des effets globalement positifs sur la croissance et l’emploi, mais elle peut aussi entraîner des licenciements, en particulier dans des secteurs vulnérables et au détriment de travailleurs peu qualifiés. C’est pourquoi le président de la Commission, M. Barroso, a proposé la création d’un fonds destiné à aider ceux qui doivent s’adapter aux conséquences de la mondialisation. Depuis sa création en 2007, le FEM a reçu 128 demandes d’intervention. Quelque 523 millions d’euros d’aide ont été demandés pour plus de 111 000 travailleurs. Les demandes d’intervention pour aider les travailleurs émanent d’un nombre croissant de secteurs et d’États membres. Rien qu’en 2013, le FEM est intervenu à hauteur de plus de 53,5 millions d’euros.

Le règlement régissant le FEM a été révisé en juin 2009 dans le but de renforcer son rôle en tant qu’instrument d’intervention rapide dans l’arsenal déployé par l’Europe face à la crise financière et économique. La version modifiée du règlement relatif au FEM est entrée en vigueur le 2 juillet 2009 et le critère de crise a été appliqué à toutes les demandes reçues entre le 1er mai 2009 et le 30 décembre 2011.

Compte tenu de ces expériences et de la valeur ajoutée apportée par le FEM aux travailleurs assistés et aux régions concernées, le Fonds a été maintenu pour la période 2014-2020 en tant qu’instrument de solidarité au sein de l’Union et son mode de fonctionnement a été perfectionné. Son champ d’application a été élargi de manière à couvrir à nouveau les travailleurs licenciés en raison de la crise économique ainsi que les travailleurs à durée déterminée, les indépendants et, par voie de dérogation jusqu’à fin 2017, les jeunes sans emploi, éducation ou formation dans les régions où le chômage des jeunes est élevé.

Informations complémentaires

Site web du FEM

Reportages vidéo:
«L’Europe agit contre la crise: le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation réformé»

Relever le défi de la mondialisation – Le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation

Recevez gratuitement par courriel la lettre d’information sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion de la Commission européenne.

Site web de M. Andor

Suivez László Andor sur Twitter

Contacts:

Jonathan Todd (+32 2 299 41 07)

Cécile Dubois (+32 2 295 18 83)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website