Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE IT

Commission européenne

communiqué de presse

Bruxelles, le 13 août 2014

L’esprit au-delà de la matière: des chercheurs de l'UE utilisent les impulsions cérébrales pour permettre aux patients de se mouvoir

Découvrir la vidéo

Prendre un verre en main, envoyer un courriel, autant de gestes du quotidien qui sont impossibles pour des personnes atteintes de handicaps physiques graves, même si leur cerveau veut et peut commander ces gestes. Les projets tels que TOBI (outils d’interaction cerveau-ordinateur), financés par l'UE, reposent sur des technologies qui pourraient améliorer sensiblement la qualité de vie des personnes comme Francesco, âgé de 20 ans, ou Jean-Luc, âgé de 53 ans. L'interaction cerveau-ordinateur (BCI) leur a permis de reprendre le contrôle de leurs membres paralysés, de surfer sur le web et d'effectuer des promenades «virtuelles» en utilisant leur seule pensée.

«la participation à ce projet m’a montré que je peux encore être utile à la société», a écrit Jean-Luc Geiser, âgé de 53 ans, victime d’un accident cérébral qui l'a laissé complètement paralysé et incapable de s’exprimer. Grâce à TOBI, Jean-Luc est parvenu à communiquer en tapant des messages électroniques au moyen d'un curseur d'ordinateur commandé par ses ondes cérébrales. Francesco Lollini, 20 ans, était également heureux de participer à ce projet: «J'aime beaucoup ce genre de test car j'adore les films de science-fiction», a-t-il déclaré.

Contrairement à des expériences semblables généralement réalisées avec des patients valides ou des implants posés dans le cerveau, TOBI a innové en développant des prototypes non invasifs directement testés par et avec des utilisateurs potentiels.

«De nombreuses personnes souffrant d'un handicap physique à des niveaux divers ne peuvent contrôler leur corps alors que leur niveau cognitif est suffisamment élevé», a déclaré le coordinateur de projet José del R. Millán, professeur à l’École polytechnique fédérale de Lausanne.

Impulsions cérébrales dans la pratique

TOBI a fait intervenir au moins trois types de dialogue cerveau-ordinateur, de sorte que des patients paralysés sont parvenus à communiquer et même à bouger.

Le premier type d'interaction consistait à transmettre des signaux émis par le cerveau à un curseur d'ordinateur via des électrodes fixées sur un casque placé sur la tête. Par le simple fait de réfléchir à ce qu'ils voulaient taper, les patients ont pu commander à distance le curseur de l’ordinateur et surfer sur le web ou rédiger des messages électroniques et des textes.

Dans la deuxième expérience, les patients ont utilisé les signaux émis par leur cerveau pour commander un petit robot équipé de capteurs audio et vidéo et d'un détecteur d'obstacles. Ils ont ainsi pu utiliser le robot pour effectuer une promenade «virtuelle» dans l’hôpital ou même retrouver leurs proches à différents endroits.

D'autres patients ont pu retrouver le contrôle de leurs membres paralysés uniquement par la pensée: il leur a suffi de s'imaginer en train d'effectuer un mouvement donné pour qu'un logiciel informatique spécifique détecte leur intention et en assure la réalisation. Dans certains cas, une rééducation et un entraînement intensifs ont aidé les patients à conserver le contrôle du mouvement même après le retrait du dispositif électronique.

Les utilisateurs ont été intégrés dans l’équipe de recherche. «Nous avons tenu compte des réactions de tous les patients afin de corriger des erreurs de conception et d'apporter immédiatement les modifications. Nous avons également tenu compte des réactions des utilisateurs professionnels qui ont travaillé avec les patients en milieu hospitalier», a déclaré le professeur Millán.

Une lueur d’espoir

Le projet a pris fin l’an dernier et les différents prototypes continuent d'être affinés. Certains équipements sont disponibles pour les patients dans les cliniques et les hôpitaux partenaires de TOBI.

«D'une manière générale, c'est la preuve du degré de développement et des possibilités de la technologie d’interaction cerveau-ordinateur», a déclaré le professeur Millán.

Des projets tels que TOBI représentent un réel espoir pour les personnes handicapées. «Cela devrait être leur avenir, cela devrait leur donner une chance de s'accomplir», a expliqué Mme Claudia Menarini, la mère de Francesco.

@NeelieKroesEU, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré à ce sujet: «L'UE contribue à ce que les innovations représentent une chance, et non un obstacle, pour les personnes handicapées. Les technologies peuvent conduire à une plus grande autonomie et à une meilleure inclusion sociale.»

En savoir plus sur le projet TOBI (également disponible en anglais, allemand, italien, polonais et espagnol).

Contexte

13 partenaires autrichiens, allemands, italiens, helvétiques et britanniques ont participé au projet TOBI. L'UE a investi 9 millions d'euros dans ce projet au titre du septième programme-cadre de l'UE pour la recherche et le développement technologique.#FP7 (2007-2013). Avec ses 80 milliards d’euros de financement disponibles pour les 7 prochaines années (2014-2020), le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'Union «Horizon 2020» #H2020 devrait être porteur de bien d'autres avancées.

Personnes de contact:

Email: comm-kroes@ec.europa.eu Tél: +32.229.57361

Ryan Heath (+32 2 296 17 16) Twitter: @RyanHeathEU

Siobhan Bright (32 2 295 73 61)

Pour le public: Europe Direct par téléphone 00 800 6 7 8 9 10 11 ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website