Navigation path

Left navigation

Additional tools

L'UE se donne de nouveaux moyens pour combattre la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants

European Commission - IP/14/914   08/08/2014

Other available languages: EN DE ES

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 8 août 2014

L'UE se donne de nouveaux moyens pour combattre la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants

La Commission européenne apportera un soutien financier supplémentaire au projet de communication aéroportuaire (AIRCOP) visant à démanteler les réseaux illégaux de distribution de stupéfiants et d'autres produits illicites. Pour ce faire, elle compte aider les aéroports participants à mener des actions de lutte contre la drogue davantage fondées sur le renseignement, mieux connectées entre elles et réalisées de façon plus intelligente et plus efficace. L'objectif de ce projet est de renforcer les capacités de détection, d'interception et de renseignement de plusieurs pays d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes.

M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, a déclaré à ce sujet: «La criminalité organisée, le trafic de stupéfiants et les dommages qu'ils causent sont un problème mondial qui appelle une réaction forte et coordonnée. Face au succès remporté par les efforts coordonnés des différents services répressifs, les organisations criminelles contre-attaquent en usant de nouvelles méthodes de contrebande. Il importe, par conséquent, de poursuivre nos efforts collectifs en matière de lutte contre le trafic de drogue et de protection des populations, tant dans l'Union européenne que dans les pays de production et de transfert de produits illicites

Le programme AIRCOP a mis sur pied des équipes spéciales conjointes chargées des interceptions dans les aéroports internationaux participants et a établi des connexions internationales avec des bases de données de services répressifs et divers réseaux de communication afin de promouvoir l'échange de renseignements entre services aux niveaux national et international. Il s'agit notamment d'encourager la transmission en temps réel d'informations ayant trait à l'interception de cargaisons illicites, ainsi que de suivre une approche fondée sur le renseignement pour lutter contre le trafic de stupéfiants. Ce projet organise également des formations nationales et régionales, ainsi que des opérations conjointes.

À ce jour, grâce au projet AIRCOP, plus de 355 kg de cocaïne ont été saisis, de même que 127 kg de méthamphétamines, 1 120 kg de cannabis, près de 4 kg d'héroïne, près de 1 400 kg de médicaments de contrefaçon et 450 kg d'ivoire; 112 personnes ont été interpellées.

Le trafic de drogue est l'une de principales sources de revenus de la criminalité organisée. Outre le danger qu'il représente en termes de santé publique, ce trafic constitue aussi une grave menace pour la paix et la stabilité et est un frein au développement économique et social, tout en favorisant la criminalité et l'insécurité.

Tout au long de la «route de la cocaïne», depuis les pays andins jusqu'en Europe, en passant par l'Amérique centrale, les Caraïbes, l'Afrique de l'Ouest, du Sud et du Nord, le commerce de stupéfiants alimente et soutient la criminalité organisée sous toutes ses formes, ce qui a pour effets d'exacerber la violence jusqu'à l'extrême, de renforcer l'instabilité et d'entretenir la faiblesse chronique des institutions étatiques.

Lancé en 2010, le projet AIRCOP a bénéficié jusqu'ici d'environ 8 millions d'euros de fonds de la Commission européenne. L'enveloppe de 3 millions d'euros récemment annoncée servira à la troisième phase du projet, qui durera jusqu'à la fin de 2016.

Le programme est mis en œuvre par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l'Organisation mondiale des douanes (OMD) et l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol).

Les pays participant actuellement sont:

  • En Afrique: le Bénin, le Cameroun, le Cap-Vert, le Ghana, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Togo et le Sénégal

  • En Amérique latine et dans les Caraïbes: la République dominicaine et le Panama.

Contexte

Depuis 2009, dans le cadre de l'instrument contribuant à la stabilité et à la paix (connu précédemment sous le nom d'instrument de stabilité), l'Union européenne a engagé près de 35 millions d'euros dans plus de 38 pays situés le long de la route de la cocaïne, au titre du programme phare consacré à cette route, sous la forme d'actions destinées à lutter à la fois contre la criminalité organisée et le trafic de drogues.

Le programme «route de la cocaïne» a été le premier du genre à avoir une vision stratégique du flux des trafics de stupéfiants, à fournir un appui et des conseils techniques, à contribuer au renforcement des capacités et à encourager la coordination entre les États situés tout au long du parcours.

Ce programme est au cœur des stratégies de politique extérieure, de sécurité et de développement de l'Union européenne. En soutenant les capacités des pays partenaires, il réalise des actions dans trois grands domaines, à savoir l'interception des flux illégaux de drogue, la lutte contre le blanchiment d'argent et le renforcement de l'échange d'informations. Ce faisant, il relève les défis aux multiples facettes posés par la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants au moyen d'un certain nombre de projets complémentaires.

D'autres volets du programme «route de la cocaïne», tel le projet AMERIPOL-UE, ont également donné de bons résultats en matière d'interception des flux illégaux.

Ce projet, qui s'attache à renforcer les capacités de coopération en matière judiciaire et répressive pour lutter contre la criminalité organisée transnationale, tout en soutenant la communauté policière AMERIPOL en Amérique latine, a engrangé d'impressionnants résultats depuis son lancement, en 2010. Ainsi, la coopération entre les agences répressives équatoriennes et colombiennes sous l'égide du projet a contribué à la saisie de 11 tonnes de coca en 2012. Une autre opération AMERIPOL-UE associant le Venezuela, l'Espagne, le Brésil et l'Argentine a donné lieu à 13 arrestations et à la saisie de 11 voitures de luxe, de six yachts et d'argent liquide provenant du trafic de drogue.

Pour en savoir plus

Site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm

Site web de la DG Développement et coopération – EuropeAid – instrument contribuant à la stabilité et à la paix (ancien instrument de stabilité):

http://ec.europa.eu/europeaid/how/finance/ifs_fr.htm

Contacts :

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Maria Sanchez Aponte (+32 2 298 10 35)

For the public: Europe Direct by phone 00 800 6 7 8 9 10 11 or by e-mail


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website