Navigation path

Left navigation

Additional tools

CEPOL: la Commission propose d’améliorer la formation dispensée aux agents des services répressifs de l’UE

European Commission - IP/14/841   16/07/2014

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 16 juillet 2014

CEPOL: la Commission propose d’améliorer la formation dispensée aux agents des services répressifs de l’UE

Aujourd’hui, la Commission européenne a proposé de renforcer le rôle du CEPOL en tant qu’agence européenne chargée de la formation des services répressifs, en mettant à sa disposition des outils de meilleure qualité et plus efficaces pour former les agents des services répressifs de l’UE.

Au cours de la dernière décennie, les réseaux de criminalité organisée se sont complexifiés, diversifiés et internationalisés comme jamais auparavant. La lutte contre la criminalité transnationale passe donc nécessairement par une coopération transfrontière entre la police, les douanes, les gardes-frontières et les autres services concernés. Or toutes ces autorités ne pourront coopérer efficacement qu'à la condition de recevoir une formation adéquate et de travailler dans un climat de confiance mutuelle suffisamment forte. La proposition de la Commission vise à donner au CEPOL les moyens d'adapter ses formations à cet environnement en évolution constante, par exemple des outils et actions de formation dans des domaines tels que la lutte contre la cybercriminalité, le trafic de drogue et la traite des êtres humains.

«La formation des agents des services répressifs revêt une importance cruciale pour la coopération opérationnelle et le développement d’un climat de confiance mutuelle. Notre proposition donnera au nouveau CEPOL les moyens de mieux soutenir le personnel de la police et des autres services répressifs dans ses tâches quotidiennes, et de l'aider à améliorer ses compétences et à être plus efficace sur le terrain», a déclaré Mme Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures.

Concrètement, la proposition de règlement de la Commission prévoit les mesures suivantes:

  • élargir le mandat du CEPOL afin qu’il puisse soutenir, élaborer, mettre en œuvre et coordonner des activités de formation à l'intention des agents de tous rangs issus des services répressifs, ainsi que des agents des douanes et d'autres services chargés de lutter contre la criminalité transnationale;

  • davantage axer les travaux du CEPOL sur les formes de criminalité qui sont les plus préjudiciables aux citoyens et qui requièrent le plus une coopération transfrontière (dans le respect des priorités fixées, au niveau de l'UE, en matière de coopération opérationnelle entre les services répressifs);

  • actualiser et préciser les objectifs du CEPOL, afin de favoriser le développement d'une coopération régionale et bilatérale entre les États membres; et

  • charger le CEPOL d'élaborer et d'actualiser régulièrement des outils et méthodes d’apprentissage afin de permettre aux agents des services répressifs de consolider leurs compétences dans une perspective d’éducation et de formation tout au long de la vie.

Contexte

La proposition de règlement portant création d’une agence de l’Union européenne pour la formation des services répressifs, présentée ce jour, confère au CEPOL le mandat légal approprié et le dote des ressources nécessaires pour mettre en œuvre le programme européen de formation des services répressifs que la Commission a proposé en mars 2013.

Cette proposition est conforme à la décision prise récemment par le Parlement européen et le Conseil de déplacer les bureaux du CEPOL à Budapest. Le site de Bramshill (Royaume-Uni), siège actuel du CEPOL, devrait être fermé en septembre 2014.

Prochaines étapes: Une fois adopté par le Parlement européen et le Conseil, le nouveau règlement abrogera et remplacera la décision 2005/681/JAI du Conseil qui a institué le CEPOL en tant qu’agence de l’UE.

Le Royaume-Uni et l'Irlande peuvent participer à l'adoption et à l'application du règlement proposé en informant le Conseil par écrit de leur souhait dans ce sens (dans un délai de trois mois à compter de la présentation au Conseil de la proposition de règlement). Le Danemark ne participe pas aux mesures relevant de la troisième partie, titre V, du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), telles que le règlement proposé.

Liens utiles

Proposition de la Commission

Site web de Mme Cecilia Malmström

Suivez la commissaire Malmström sur Twitter

Site web de la DG Affaires intérieures

Suivez la DG Affaires intérieures sur Twitter

Personnes de contact:

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website