Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 26 juin 2014

Les stocks halieutiques de l'Atlantique du Nord-Est se reconstituent, tandis que ceux de la Méditerranée sont largement surexploités: la Commission présente des propositions concernant les possibilités de pêche pour 2015

Les stocks halieutiques du Nord et de l'Ouest de l'Europe se reconstituent, mais de graves problèmes de surpêche subsistent en mer Méditerranée. Tel est le principal message qu'a souhaité transmettre Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, dans le rapport de cette année sur l'état des stocks halieutiques et la préparation de la fixation des quotas de pêche pour l'année prochaine. Les parties intéressées peuvent dès à présent exprimer leur avis sur ce document par l'intermédiaire d'une consultation publique en ligne, avant que la Commission ne présente ses propositions pour les possibilités de pêche de 2015 à l'automne.

Pour la première fois, la Commission a pu tenir compte des avis scientifiques concernant l'état des stocks en mer Méditerranée et en mer Noire.

  • D'après les données sur les stocks halieutiques pour la Méditerranée, la situation est médiocre: au moins 96 % des stocks de poissons benthiques de la Méditerranée sont surexploités et, pour les stocks vivant en eaux médianes comme la sardine et l'anchois, ce chiffre est d'au moins 71 %. En mer Noire, tous les stocks de poissons benthiques et 33 % des stocks pélagiques sont surexploités.

  • Les nouvelles sont cependant meilleures dans d'autres régions, comme dans la zone de l'Atlantique du Nord-Est, y compris la mer Baltique et la mer du Nord, où la surpêche est passée de 86 % (30 stocks surexploités sur 35 stocks évalués) en 2009 à 41 % (19 stocks sur 46) en 2014.

Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritime et de la pêche, a déclaré à ce propos: «Je suis très inquiète de voir la situation se détériorer à ce point en mer Méditerranée. Les scientifiques ont évalué beaucoup plus de stocks halieutiques ces cinq dernières années, et leur verdict est sans appel: la mer Méditerranée est largement surexploitée. J'entrevois un combat de longue haleine et des efforts considérables.: Nous devons accumuler les données scientifiques et adopter des plans de pêche régionaux pour amener les activités de pêche à des niveaux durables. Si nous n'agissons pas maintenant, nous perdrons l'énorme potentiel que ces ressources représentent pour les générations futures. Nous devons saisir l'opportunité offerte par la nouvelle politique commune de la pêche, et j'aborderai cette question avec tous les ministres de la pêche des États membres de la Méditerranée».

En ce qui concerne la situation de la zone de l'Atlantique du Nord-Est, Mme Damanaki s'est exprimée en ces termes: «La bonne reconstitution des stocks halieutiques dans l'Atlantique du Nord-Est est pour moi la preuve que si les règles appropriées sont en place, il est possible de mettre un terme à la surpêche. Si l'on dispose de données scientifiques fiables, si les volumes de captures sont fixés au niveau adéquat et, surtout, si les pêcheurs s'associent aux efforts déployés pour protéger les stocks, je suis convaincue que la situation ne peut que s'améliorer à l'avenir. C'est sur ces principes que repose la réforme de la politique de la pêche.»

Contexte

Dans son document de consultation annuel, la Commission européenne expose son point de vue et ses intentions concernant la fixation des possibilités de pêche (niveaux des taux admissibles de captures - TAC, quotas et effort de pêche) pour 2015 et sollicite l'avis des États membres, du secteur de la pêche et des organisations non gouvernementales au sein des conseils consultatifs régionaux ainsi que des citoyens et des organisations intéressés par l'intermédiaire d'une consultation publique en ligne.

Sur cette base, la Commission présentera à l'automne des propositions fermes concernant les possibilités de pêche pour 2015.

Il s'agit du premier document de consultation sur les possibilités de pêche depuis l'entrée en vigueur de la réforme de la politique commune de la pêche le 1er janvier 2014. La Commission entend essentiellement éliminer progressivement, d'une part, la surpêche conformément à l'objectif de la nouvelle politique commune de la pêche et, d'autre part, la pratique consistant à rejeter à la mer les captures indésirées, et restituer le pouvoir décisionnel aux acteurs régionaux.

La Commission se fonde en grande partie sur les avis scientifiques formulés par le Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), par le Comité scientifique, technique et économique de la pêche (CSTEP) et d'autres organes indépendants.

Pour en savoir plus:

Questions et réponses sur les possibilités de pêche dans l'Union pour 2015: MEMO/14/442

La communication peut être consultée à l'adresse suivante: Lien

Contacts:

Helene Banner (+32 22952407)

Lone Mikkelsen (+32 22960567)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website