Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission annonce un afflux de nouveaux partenaires pour le projet phare sur le graphène

European Commission - IP/14/707   23/06/2014

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 23 juin 2014

La Commission annonce un afflux de nouveaux partenaires pour le projet phare sur le graphène

À l'occasion de la semaine du graphène, la Commission a la fierté d'annoncer aujourd'hui que le projet phare Graphène, l'une des plus grandes initiatives européennes de recherche, a doublé d'envergure. À l'issue d'un appel à propositions doté d'une enveloppe de 9 millions d'euros, 66 nouveaux partenaires ont été invités à rejoindre le consortium. Si la plupart sont des universités ou des instituts de recherche, les entreprises, principalement des PME, représentent une part croissante des participants, ce qui montre l’intérêt grandissant des acteurs économiques pour le graphène. Le partenariat, qui compte désormais plus de 140 organisations issues de 23 pays, est déterminé à faire sortir du laboratoire ce matériau révolutionnaire qu'est le graphène, ainsi que d'autres matériaux bidimensionnels, pour les faire entrer dans notre quotidien.

Mme Neelie Kroes (@ NeelieKroesEU), vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a salué cet élargissement du partenariat: «L’Europe est à la pointe de la révolution du graphène. Ce “matériau miracle” est susceptible d'améliorer considérablement notre vie quotidienne: il ouvre de nouveaux horizons pour les nouvelles technologies médicales, telles que les rétines artificielles, et pour le développement de moyens de transport plus durables, grâce à des batteries légères et hautement performantes. Il faut pleinement exploiter le potentiel du graphène!»

Hausse du nombre de PME et de partenaires italiens

Les 66 nouveaux partenaires sont issus de 19 pays, dont six pays nouveaux au sein du consortium: la Biélorussie, la Bulgarie, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie et Israël.

Avec 16 nouveaux partenaires, l'Italie est maintenant, avec l'Allemagne, l'un des deux pays qui comptent le plus grand nombre de partenaires dans le projet phare Graphène (23 chacun), suivis de l’Espagne (18), du Royaume-Uni (17) et de la France (13).

Ces 66 nouvelles recrues apporteront de nouvelles capacités scientifiques et technologiques au projet phare. Plus d'un tiers des nouveaux partenaires sont des entreprises, principalement des PME, ce qui montre l’intérêt grandissant des acteurs économiques pour le graphène. Les entreprises ne représentaient au départ que 20 % des partenaires du consortium.

De nombreux candidats prêts à se joindre à l’initiative

L'appel à propositions pour un budget de 9 millions d’euros, qui s'inscrit dans une phase de «montée en puissance» de 54 millions d’euros (2014-2015), a attiré au total 218 propositions, ce qui représente 738 organisations issues de 37 pays. Les propositions reçues ont été évaluées selon des critères de compétence scientifique et technologique, de mise en œuvre et d'impact (informations supplémentaires sur l’appel à propositions) et classées par un panel international d’experts reconnus, composé essentiellement d'éminents professeurs du monde entier. 21 propositions ont été sélectionnées en vue de bénéficier d’un financement.

M. Jari Kinaret, professeur de physique à l’université de technologie Chalmers, en Suède, et coordinateur du projet phare Graphène, a déclaré: «Le nombre de réponses a été impressionnant, signe que l'initiative phare est reconnue dans toute l'Europe, et qu'elle suscite la confiance. La concurrence a été extrêmement rude. Je remercie les candidats pour leur engagement, ainsi que nos quelque 60 examinateurs indépendants, qui nous ont aidés tout au long de ce processus. je suis impressionné par la qualité des propositions que nous avons reçues et je me réjouis de collaborer avec tous ces nouveaux partenaires en vue de réaliser les objectifs du projet phare Graphène.»

L’Europe en pole position

Le graphène a été fabriqué et testé en Europe, ce qui a valu en 2010 le prix Nobel de physique à Andre Geim et Konstantin Novoselov, de l’université de Manchester.

Grâce au projet phare Graphène, qui représente un investissement de 1 milliard d'euros, l'Europe pourra passer de la recherche scientifique de pointe à la fabrication de produits commercialisables. Cette initiative majeure place l’Europe en pole position dans la course mondiale au développement des technologies du graphène.

Le professeur Andrea Ferrari, directeur du Cambridge Graphene Centre et président du comité exécutif du projet phare Graphène, s'est exprimé en ces termes: «Ce sont de nouveaux renforts venant soutenir les efforts sans précédent que nous déployons pour faire passer le graphène, et les matériaux similaires, du laboratoire de recherche à la production industrielle en usine, afin que la position de leader mondial occupée par l’Europe dans le domaine scientifique du graphène se traduise par des technologies, par la création d’une nouvelle industrie reposant sur ce matériau, avec des retombées positives pour l’Europe en termes de création d’emplois et de compétitivité».

Contexte

Le projet phare Graphène (@GrapheneCA) représente un investissement européen de 1 milliard d'euros sur les 10 prochaines années. Il fait partie des projets phares en matière de technologies futures et émergentes (FET) (@FETFlagships) annoncés en janvier 2013 par la Commission européenne (communiqué de presse). L’objectif du programme «FET Flagships» est d'encourager les projets de recherche «visionnaires» susceptibles de permettre de grandes découvertes et de générer d'importantes retombées pour la société et l'industrie européennes. Les projets phares FET sont des initiatives très ambitieuses nécessitant une étroite collaboration avec les agences de financement nationales et régionales, l’industrie et des partenaires extérieurs à l’Union européenne.

La recherche sur les technologies de nouvelle génération est essentielle à la compétitivité de l’Europe. C'est pour cette raison que 2,7 milliards d'euros seront investis dans les technologies futures et émergentes (FET) dans le cadre du nouveau programme de recherche Horizon 2020 (#H2020) (2014-2020), soit un budget presque multiplié par trois par rapport au précédent programme de recherche (le 7e programme-cadre). Les actions FET s'inscrivent dans le cadre du pilier excellence scientifique du programme Horizon 2020.

Infographie: exploiter au maximum le potentiel du graphène, «matériau miracle»

Le dossier de presse, y compris les coordonnées des nouveaux partenaires, des listes complètes et des documents de référence contenant des citations supplémentaires sont disponibles ici.

Annexe: liste des nouveaux partenaires invités à rejoindre le projet phare Graphène

Autriche: Guger Technologies OG

Biélorussie: Institute for Nuclear Problems

Belgique: Université de Namur, Université libre de Bruxelles, Interuniversitair Micro-Electronica Centrum

Bulgarie: Bulgarian Academy of Sciences, Nano Tech Lab Ltd

République tchèque: J. Heyrovsky Institute of Physical Chemistry

Estonie: Tartu Ülikool

Finlande: University of Eastern Finland

France: Université Montpellier 2 Sciences et techniques, Laboratoire national de métrologie et d'essais, Horiba scientific, Pixium Vision, Université Pierre et Marie Curie, Polymem S.A, Atherm

Allemagne: Karlsruhe Institute of Technology, Technische Universität München, Bielefeld University, Ulm University, BASF, CNM Technologies GmbH, Fraunhofer-Gesellschaft zur Foerderung der angewandten Forschung e.V., Epcos AG, TU Dortmund, University of Augsburg

Grèce: University of Crete

Hongrie: Research Centre for Natural Sciences, Hungarian Academy of Sciences

Israël: Technion Israel Institute of Technology

Italie: University of Padova, Breton S.p.A., Università degli Studi di Roma Tor Vergata, Italcementi S.p.A., Alma Mater Studiorum-Università di Bologna, Selex ES, University of Pisa, Istituto Nazionale di Fisica Nucleare, University of Salerno, Consorzio Nazionale Interuniversitario per le Telecomunicazioni, Libre S.r.l., Grinp S.r.l., Dyesol Italia S.r.l., Centre Ricerche Fiat S.C.p.A, Nanesa S.r.l, Delta-Tech S.p.A

Pologne: Université de Varsovie

Espagne: Universidad de Zaragoza, Biomedical Research Networking Center in Bioengineering, Biomaterials and Nanomedicine, Consorci Institut d'Investigacions Biomèdiques August Pi i Sunyer, Tecnalia Research and Innovation, nVision Systems & Technologies S.L., Instituto de Tecnologias Quimicas Emergentes de la Rioja

Suède: Ericsson AB

Suisse: École Polytechnique Fédérale de Lausanne

Pays-Bas: Eindhoven University of Technology, DSM Ahead BV

Royaume-Uni: University College London, Imperial College London, Amalyst Ltd, G24 Power Ltd, The University of Nottingham, University of Sheffield, University of London, BAE Systems (Operations) Limited, University of Sunderland

Contacts

Courriel: comm-kroes@ec.europa.eu Tél.: +32.229.57361 Twitter: @RyanHeathEU


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website