Navigation path

Left navigation

Additional tools

Tous à bord pour une nouvelle macrorégion adriatico-ionienne: la Commission favorise le rapprochement de certains pays

European Commission - IP/14/690   18/06/2014

Other available languages: EN DE IT EL SL HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 18 juin 2014

Tous à bord pour une nouvelle macrorégion adriatico-ionienne: la Commission favorise le rapprochement de certains pays

Aujourd’hui, la Commission européenne a officiellement inauguré une nouvelle stratégie de l’UE pour la région de l’Adriatique et de la mer Ionienne, sous la forme d’une communication et d’un plan d’action, visant à aider ses 70 millions d’habitants à tirer parti des avantages d’une coopération plus étroite dans des domaines, tels que la promotion de l’économie maritime, la préservation de l’environnement marin, l'achèvement des réseaux de transport et d’énergie et la promotion du tourisme durable.

La stratégie sera par ailleurs une excellente occasion, pour les candidats potentiels et les pays candidats à l'adhésion à l'UE, de travailler aux côtés d'États membres de l'UE, contribuant notamment à l’intégration des Balkans occidentaux dans l’Union européenne.

Il s’agit de la première «stratégie macrorégionale» de l’UE avec un nombre aussi élevé de pays non-membres de l'UE (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Serbie) coopérant avec des États membres de l’UE (Croatie, Grèce, Italie et Slovénie). La stratégie porte principalement sur les possibilités offertes par l’économie maritime — «croissance bleue», transports terre-mer, connectivité en matière énergétique, protection de l’environnement et tourisme durable – secteurs qui sont appelés à jouer un rôle essentiel dans la création d’emplois et le renforcement de la croissance économique dans la région. Le point de départ de ce projet est la Stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne, adoptée par la Commission le 30 novembre 2012 et désormais intégrée dans la stratégie.

M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a déclaré à ce sujet: «Travailler ensemble pour relever des défis communs et encourager le partage des potentiels est chargé de bon sens. L’initiative pour la région de l’Adriatique et de la mer Ionienne sera la troisième stratégie macrorégionale de l’Europe. Les pays concernés devraient tirer les enseignements des stratégies de la mer Baltique et du Danube, à savoir l’importance, pour avoir un réel impact, de se concentrer sur un petit nombre de priorités en s'appuyant sur une volonté politique forte. Dans une région qui a connu l'un des plus importants conflits récents survenus en Europe, la stratégie adriatico-ionienne, favorisant la coopération entre des pays de l’UE et des pays tiers voisins, pourrait également jouer un rôle important pour aider à l’intégration des Balkans occidentaux dans l’Union européenne.»

Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré quant à elle: «Les défis maritimes auxquels nous sommes confrontés dans la région adriatique et ionienne ne sont pas propres à un seul pays: qu'il s’agisse de surpêche ou de pollution, de congestion du trafic, de liaisons de transport ou de tourisme saisonnier, la seule manière sensée d'y faire face est l'unité et la cohérence. Étant donné que nombre de ces domaines disposent d'un potentiel de croissance, le plan d’action pour la région adriaco-ionienne peut contribuer à pousser la région à sortir de la crise et à remettre son économie sur les rails.»

Chaque élément du plan d'action a été conçu grâce à l'action coordonnée d'un groupe de deux pays – constitué d'un État membre de l’UE et d'un pays non-membre de l’UE:

  • Grèce et Monténégro pour la «croissance bleue»,

  • Italie et Serbie pour l'«Interconnexion de la région» (réseaux de transport et d’énergie),

  • Slovénie et Bosnie-Herzégovine pour la «qualité de l’environnement»,

  • Croatie et Albanie pour le «tourisme durable».

En outre, le renforcement des capacités, de même que la recherche, l’innovation et les petites et moyennes entreprises ont le statut d'aspects transversaux. L’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci, ainsi que la gestion des risques de catastrophes sont des principes horizontaux communs à l’ensemble des quatre piliers.

Contexte

Le Conseil européen des 13 et 14 décembre 2012 a demandé à la Commission européenne de présenter une stratégie de l’Union pour la région adriatico-ionienne avant la fin de 2014, en s'appuyant sur les expériences des régions du Danube et de la mer Baltique. La stratégie récemment lancée tient compte des résultats de la consultation publique des parties intéressées menée en ligne entre septembre 2013 et janvier 2014, ainsi que des discussions de la dernière conférence des parties prenantes à Athènes les 6 et 7 février 2014. Elle est transmise au Conseil aujourd’hui et il est prévu que les dirigeants de l’UE adoptent la stratégie au sein du Conseil européen pendant le mandat de la présidence italienne, dans le courant de cette année.

Dans le rapport d’évaluation de 2013, la Commission insiste sur le fait que les nouvelles stratégies macrorégionales doivent se concentrer sur un nombre limité d’objectifs bien définis et que ces objectifs doivent être mis en œuvre au moyen d’un plan d’action clair.

Un rapport de 2014 sur la gouvernance des stratégies macrorégionales a émis des recommandations en vue de renforcer la volonté politique et l’appropriation des initiatives par les pays et les acteurs concernés.

La stratégie EUSAIR ne bénéficiera d’aucun financement supplémentaire de l’UE, mais elle devrait mobiliser et aligner les financements existants au niveau national et de l’UE, et attirer des investissements privés. En particulier, les fonds structurels et d’investissement européens («fonds ESI») ainsi que l’instrument d’aide de préadhésion (IAP) contribueront à la mise en œuvre de la stratégie.

Exemples de projets indicatifs qui seront développés au titre de chaque pilier:

1) Croissance bleue

2) Interconnexion de la région

  • Amélioration du système de suivi et d’information sur le trafic pour l’Adriatique (ADRIREP)

  • Amélioration de l’accessibilité des zones côtières et des îles voisines

  • Suppression des obstacles aux investissements transfrontaliers dans les réseaux d’énergie

3) Qualité de l’environnement

  • Échange de bonnes pratiques entre autorités de gestion grâce au réseau de zones protégées de la mer Adriatique - AdriaPAN

  • Développement de mesures de gestion présentant un bon rapport coût/efficacité et d'options stratégiques visant à maintenir les mers européennes propres, saines et productives, en s’appuyant sur le projet CleanSea

4) Tourisme durable

  • Facilitation de l’accès au financement pour les jeunes entreprises du tourisme

Pour plus d'informations:

Communication et plan d’action sur la stratégie de l’UE pour la région de la mer Adriatique et de la mer Ionienne

Vers une stratégie maritime pour la mer Adriatique et la mer Ionienne

Les stratégies macrorégionales de l’UE

Étude sur la coopération au sein du bassin de la mer Adriatique et de la mer Ionienne

Brochure sur la «croissance bleue» (données par pays et par bassin maritime)

Twitter @EU_Regional @JHahnEU - @MariaDamanakiEU

#EUSAIR

Contacts:

Shirin Wheeler (+32 (0)460 766 565) @shirinwheelerEU

Annemarie Huber (+32 (0)460 793 310)

Helene Banner (+32 2 295 24 07) @ecspokeshelene

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website