Navigation path

Left navigation

Additional tools

Sondage: un quart des Européens interrogés estiment que l'éducation et la formation ne sont pas à la hauteur

European Commission - IP/14/685   17/06/2014

Other available languages: EN DE IT EL PL

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 19 juin 2014

La Commission appelle instamment les États membres à améliorer la qualité des services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants et l'accès à ceux-ci

Seuls huit États européens (le Danemark, l'Allemagne, l'Estonie, Malte, la Slovénie, la Finlande, la Suède et la Norvège) garantissent un droit légal à l'éducation et à l'accueil des jeunes enfants tôt après la naissance, généralement à partir de la fin du congé de maternité ou parental rémunéré. Dans tous les autres pays, le délai entre la fin du congé de maternité/parental et le début du droit légal est de plus de deux ans (voir le graphique 1). Il s'agit là d'une des principales conclusions d'un rapport publié par la Commission européenne.

Ce rapport montre que la fourniture de services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants de qualité pâtit, dans de nombreux pays, d'un financement insuffisant, d'une pénurie de personnel, d'un personnel peu qualifié et de l'absence d'orientations pédagogiques données aux enseignants et autres intervenants. Il s'agit là d'un problème sérieux, car un enfant de moins de six ans sur quatre en Europe est menacé de pauvreté ou d'exclusion sociale et est susceptible de présenter des besoins spécifiques d'assistance éducative.

«Venir en aide aux jeunes enfants, en particulier aux plus vulnérables vivant dans la pauvreté, devrait être une obligation», a déclaré Mme Androulla Vassiliou, commissaire chargée de l'éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse. «Les services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants sont de plus en plus accessibles, mais de nombreux États membres de l'UE doivent faire de sérieux progrès. Une éducation et un accueil précoces de qualité constituent des fondements essentiels de l'accomplissement économique et social et de la mobilité des individus plus tard dans la vie

Autres conclusions du rapport Key Data on Early Childhood Education and Care in Europe 2014:

  • Le caractère abordable est l'élément essentiel pour garantir l'accès de tous les enfants à des services d'éducation et d'accueil. Les coûts varient fortement d'un pays d'Europe à un autre et des réductions sont souvent accordées aux familles à bas revenu et aux personnes en difficulté. Pour les enfants de moins de trois ans, les coûts sont les plus élevés en Irlande, au Luxembourg, au Royaume-Uni et en Suisse (pays dans lesquels les services privés dominent le secteur), tandis qu'ils sont les plus faibles dans les pays de l'est et du nord de l'Europe. Étant donné que, dans la plupart des pays d'Europe orientale, il n'existe pas de droit légal à une place en structure d'éducation ou d'accueil, la demande dépasse souvent l'offre. A contrario, l'accès à ces services est beaucoup plus facile dans les pays nordiques.

  • Les bonnes pratiques d'enseignement et d'apprentissage déterminent largement la qualité des services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants. Des orientations pédagogiques sont essentielles pour fixer des normes. Toutefois, dans environ la moitié des pays étudiés [BE(nl), BE(de), BG, CZ, CY, FR, IT, LU, AT, PL, PT, SK, UK (Pays de Galles et Irlande du Nord), LI et CH], ces orientations sont limitées à la fourniture de services d'éducation et d'accueil aux enfants de trois ans ou plus. Pour les enfants de moins de trois ans, l'accent est généralement mis sur l'accueil plutôt que sur la stimulation des progrès éducatifs.

  • Dans de nombreux pays, les qualifications exigées des personnes s'occupant des plus jeunes enfants sont souvent inférieures à celles exigées des personnes travaillant avec des enfants plus âgés, dont on exige au moins un diplôme de l'enseignement supérieur. Dans dix pays (BE, CZ, IT, CY, LU, PL, RO, UK, LI et CH), un diplôme du deuxième cycle de l’enseignement secondaire suffit pour pouvoir s'occuper des plus jeunes enfants. Dans deux pays (Irlande et Slovaquie), aucun niveau minimal de qualification n'est exigé pour s'occuper des plus jeunes enfants.

La collecte de ces informations est guidée par l'évolution de l'action menée au niveau européen dans le domaine de la petite enfance. La Commission européenne œuvre aux côtés des États membres pour élaborer une stratégie concernant la fourniture de services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants de qualité, assortie de recommandations fondées sur cinq grands piliers: l'accès, la gouvernance et le financement, l'évaluation et le suivi, le personnel et la formation.

La Commission présentera un document cadre, en même temps que le rapport Eurydice, lors d'une conférence qui se tient à Athènes aujourd'hui et au cours de laquelle les politiques dans le domaine de l'éducation et de l'accueil des jeunes enfants au niveau européen seront examinées par des décideurs politiques, des acteurs de premier plan, tels qu'Eurochild et l'association européenne des parents [European Parents Association (EPA)], et des organisations internationales.

Contexte

Le rapport Eurydice Key Data on Early Childhood Education and Care 2014 s'appuie sur des données statistiques provenant d'Eurostat et sur des informations systémiques pour décrire la structure, l'organisation et le financement des services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants en Europe. Il aborde les questions de l'accès à ces services, de la gouvernance, de l'assurance qualité, du caractère abordable, du professionnalisme des intervenants, de la gestion des structures, de l'implication parentale et des mesures destinées à aider les enfants défavorisés.

Le rapport couvre 32 pays européens: tous les États membres de l'UE, à l'exception des Pays-Bas, ainsi que l'Islande, la Turquie, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. Des fiches d'information nationales regroupées à la fin du rapport fournissent un aperçu des grandes caractéristiques du système d'éducation et d'accueil des jeunes enfants de chaque pays.

Réseau Eurydice

Toutes les publications Eurydice sont disponibles gratuitement sur le site web du réseau Eurydice ou en version imprimée, sur demande. Le réseau Eurydice vise à promouvoir la compréhension, la coopération, la confiance et la mobilité. Il est composé d'unités nationales situées dans les pays européens et est coordonné par l'Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture». Pour de plus amples informations sur le réseau Eurydice, voir http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/index_fr.php.

Pour en savoir plus

Commission européenne: Éducation et formation

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Suivez Mme Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU

Annexe:

Graphique 1: Droit légal à bénéficier de services d'éducation et d'accueil des jeunes enfants et/ou obligation de recourir à de tels services, âge minimum et nombre d'heures par semaine (2012/2013)

Source: Eurydice.

Explanatory note

Legal entitlement to ECEC refers to a statutory duty to secure publicly subsidised ECEC for all children living in a catchment area whose parents, regardless of their employment, socio-economic or family status, require a place for their child. Legal entitlement or compulsory ECEC that applies only to certain categories of learners (e.g. disadvantaged learners) is not considered.

Country specific notes

Bulgaria: Compulsory ECEC: 5-year-olds – 20 hours; 6-year-olds – 24 hours.

Germany: From August 2013, the legal entitlement to subsidised ECEC applies when a child is 12-months-old.

Croatia: From September 2014, one year of pre-school ECEC programme will be compulsory.

Malta: In April 2014, the entitlement to free ECEC was extended to all children of working/studying parents.

Hungary: compulsory ECEC 20 weekly hours.

Austria: Weekly hours of compulsory ECEC vary between Länder.

Poland: From September 2015, all 4 year olds will have a legal entitlement to ECEC.

Romania: From September 2014, all 5 year olds will have a legal entitlement to ECEC.

Finland: In November 2013, the government decided to introduce compulsory pre-primary education.

Sweden: 525 yearly hours were divided by a common length of school year (178 days) and then multiplied by 5 to reach a weekly figure.

United Kingdom: In England, Wales and Northern Ireland, in the most economically deprived areas, legal entitlement is extended to 2 year olds. In Scotland, the entitlement is extended for 2 year olds who are looked after or under a kinship care order. In England and Wales, children reach compulsory school age at the start of the school term following their fifth birthday. For autumn and spring born children, therefore, part of the reception year (classified as ISCED 0) is compulsory. In Scotland, 475 yearly hours were divided by 38 weeks, which is a common length of school year.

Switzerland: In 19 cantons (out of 26) pre-primary education is compulsory. Depending on the canton, compulsory pre-primary provision lasts one or two years. In those cantons where pre-primary education is not compulsory, children from the age of 4 or 5 are legally entitled to a publicly subsidised place.

Contacts:

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website