Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT PT FI EL HU LT

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 12 juin 2014

Traumatismes crâniens: l'UE finance un outil informatique permettant d'aider les patients

Émission Futuris sur Euronews – Témoignages de patients (vidéo)

(disponible également en français, allemand, grec, hongrois, italien, portugais et espagnol)

Chaque année dans l'UE, 1,6 million de personnes sont victimes de lésions cérébrales traumatiques. Parmi elles, 70 000 ne survivent pas et 100 000 autres en gardent une invalidité permanente. Un projet financé par l’UE et mené par des partenaires en Finlande, en France, en Lituanie et au Royaume-Uni a pour objectif de regrouper des données provenant de centaines de patients ayant subi un traumatisme cérébral et de les utiliser afin de développer un logiciel qui permettra d’améliorer le diagnostic et de prévoir le résultat des traitements.

Une lésion cérébrale traumatique survient lorsqu’un choc soudain endommage le cerveau. Il s’agit de la cause la plus répandue d’invalidité permanente chez les personnes de moins de 40 ans, et la fréquence de ce type de lésions n'a fait qu'augmenter ces dernières années, tant en Europe que dans le monde.

Un traitement adapté dans les premières heures qui suivent l’accident peut faire toute la différence, mais il peut s'avérer très difficile de poser un diagnostic en raison de la complexité du cerveau et du caractère unique de chaque lésion. Les chercheurs participant au projet TBICARE (@TBIcare) mettent actuellement au point un outil informatique qui combine diverses bases de données et la simulation de systèmes. Cet outil permettra aux médecins d’avoir accès aux données tirées des examens effectués sur les patients dès leur arrivée aux urgences et de prévoir le traitement le plus efficace pour chacun d'entre eux.

Le Dr Mark van Gils, coordonnateur scientifique du projet TBICARE, explique que, dans le cadre du projet, «les patients admis aux urgences sont soumis, dès leur arrivée, à de nombreux examens. L'équipe soignante vérifie généralement leur niveau de conscience et de réactivité, ainsi que, par exemple, le taux d’oxygène dans leur sang. Elle examine également le potentiel de mesures plus sophistiquées, comme, notamment, la recherche de protéines dans le sang indiquant différents types de dommages causés aux tissus cérébraux, et le recours à l'imagerie pour localiser d'éventuelles hémorragies internes. Nous voulons savoir quels sont les examens qui nous fournissent les meilleurs indicateurs de l'état du patient et de son évolution.»

Mme Neelie Kroes (@NeelieKroesEU), vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique, a déclaré à ce sujet: «Je suis fière de voir que les fonds de l'UE permettent d'aider des chercheurs à développer des outils numériques qui peuvent sauver des vies. Ce projet montre également que les données ont le pouvoir d'apporter des solutions dans des situations réelles.».

Le projet TBICARE a bénéficié d'un financement de l'UE de 3 millions d'euros. Il s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large (Virtual Physiological Human) dont l'objectif est d'utiliser les TIC pour aider les cliniciens à poser un diagnostic et à traiter les lésions de manière plus efficace. Les outils informatiques regroupent des données et des connaissances existantes mais parcellaires sur le corps humain et peuvent être utilisés pour la modélisation de résultats.

En savoir plus sur l'historique du projet TBICARE (disponible également en français, allemand, italien, polonais et espagnol).

Contacts

Adresse électronique: comm-kroes@ec.europa.eu Tél: +32 2 2957361 Twitter: @RyanHeathEU


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website