Navigation path

Left navigation

Additional tools

Le déficit d’information, frein à l’enseignement supérieur dans de nombreux pays de l’UE

European Commission - IP/14/592   22/05/2014

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 22 mai 2014

Le déficit d’information, frein à l’enseignement supérieur dans de nombreux pays de l’UE

Un nombre insuffisant de pays mettent à profit les informations qu’ils recueillent sur l’enseignement supérieur pour améliorer leurs universités et les possibilités qu’elles offrent aux étudiants. C’est ce qu’indique un rapport Eurydice publié aujourd’hui. Celui-ci, intitulé «Modernisation of Higher Education in Europe: access, retention and employability» (Modernisation de l’enseignement supérieur en Europe: accès, rétention et employabilité), examine ce que font les gouvernements et les établissements d’enseignement supérieur pour élargir l’accès à ce dernier, pour augmenter le nombre d’étudiants poursuivant les études supérieures jusqu’à leur terme (rétention) et pour conseiller les étudiants en ce qui concerne l’entrée sur le marché du travail (employabilité). Plus de 30 pays ont participé à l’enquête: tous les États membres de l’UE à l’exception du Luxembourg et des Pays-Bas, ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, le Monténégro, la Norvège et la Turquie.

«Il faut redoubler d’efforts pour remédier aux déficiences dans l’enseignement supérieur: nous voulons, par exemple, encourager à accroître la diversité dans la population estudiantine. Les universités doivent attirer davantage d’étudiants défavorisés, en particulier des personnes issues de milieux à faibles revenus, handicapées, immigrées ou d’ethnies différentes. En plus d’inciter à une plus grande diversité, les données pertinentes peuvent nous aider à mieux évaluer l’incidence de nos mesures prioritaires et à redresser la barre si nécessaire. Nous devons privilégier une utilisation plus proactive des informations et des commentaires afin d’éclairer la prise de décision», a déclaré Mme Androulla Vassiliou, commissaire chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse.

Il ressort du rapport que:

même si de nombreux pays recueillent des informations sur leurs populations d’étudiants, l’analyse des données n’est souvent pas liée à des objectifs concrets (par exemple, faire en sorte que les étudiants défavorisés puissent avoir accès à l’enseignement supérieur), et nombre de pays ne savent pas si leur population d’étudiants se diversifie (voir figure 1);

très peu de pays [BE(fl), IE, FR, LT, MT, FI et UK (Écosse)] se sont fixé pour objectif d’améliorer l’accès à l’enseignement supérieur des personnes issues de groupes sous-représentés ainsi que de milieux à faibles revenus;

environ la moitié des systèmes d’enseignement supérieur européens comportent des programmes «passerelles» pour les entrants qui ne viennent pas directement de l’enseignement secondaire (BE, CZ, DK, DE, IE, FR, AT, PL, PT, SI, SE, SK, UK, IS et HR) et attribuent des crédits d’enseignement qui reconnaissent la valeur des apprentissages antérieurs des étudiants (aussi en ES, IT, LI, FI et NO). Une division géographique apparaît nettement en ce qui concerne les mesures visant à élargir l’accès à l’enseignement supérieur, qui sont davantage présentes dans le Nord et l’Ouest de l’Europe;

un grand nombre de pays ne calculent pas systématiquement les taux d’achèvement et/ou d’abandon des études, notamment des pays qui disposent de politiques en matière de rétention et d’achèvement, mais qui manquent manifestement d’informations de base pour analyser leur incidence;

dans la plupart des pays, les établissements d’enseignement supérieur doivent soumettre des informations sur l’employabilité (par exemple, les taux d’emploi de leurs diplômés, la manière dont ils développent les aptitudes nécessaires à leurs diplômés pour trouver un emploi) à des fins d’assurance-qualité. Pourtant, les informations obtenues grâce au suivi des diplômés servent rarement à élaborer des politiques en matière d’enseignement supérieur;

le recours à l’assurance-qualité pour promouvoir les objectifs essentiels que sont l’accès élargi à l’enseignement supérieur et de meilleurs taux de rétention et d’achèvement peut aider à suivre l’évolution des étudiants et à déterminer la manière dont les établissements d’enseignement supérieur (par exemple, les universités ou les écoles supérieures) mettent ces informations à profit pour alimenter un cycle d’amélioration de la qualité.

Figure 1: Évolution de la diversité des étudiants de l’enseignement supérieur entre 2002-2003 et 2012-2013

Contexte

Le rapport intitulé «Modernisation of Higher Education in Europe: access, retention and employability» examine les mesures et les pratiques entourant trois stades de l’enseignement supérieur par lesquels passent les étudiants: l’accès, qui requiert une connaissance de l’offre d’enseignement supérieur, des critères d’admission et de la procédure d’admission; l’avancement dans le programme d’étude, y compris le soutien éventuellement apporté en cas de problèmes; et la transition entre les études supérieures et le marché du travail

Le projet pour la modernisation des systèmes d’enseignement supérieur de la Commission aborde les thèmes suivants: les parcours flexibles menant à l’enseignement supérieur; les moyens de garantir l’efficacité et l’efficience dans l’enseignement supérieur, et la nécessité de doter les étudiants de compétences utilisables afin qu’ils puissent aisément intégrer le marché du travail après avoir obtenu leur diplôme.

Eurydice

Le réseau Eurydice a pour mission de comprendre et d’expliquer l’organisation et le fonctionnement des différents systèmes d’éducation européens. Il fournit des descriptions des systèmes d’éducation nationaux, des études comparatives sur des thèmes précis, des indicateurs et des statistiques. Toutes ses publications sont disponibles gratuitement sur son site web ou en version imprimée, sur demande. Par ses travaux, Eurydice vise à promouvoir la compréhension, la coopération, la confiance et la mobilité aux niveaux européen et international. Le réseau est composé d’unités nationales situées dans les pays européens et il est coordonné par l’Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture». Pour de plus amples informations sur Eurydice, voir http://eacea.ec.europa.eu/education/eurydice/index_fr.php.

Pour de plus amples informations

Le rapport complet est disponible en anglais sur le site web d’Eurydice.

Commission européenne: Éducation et formation

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Suivez Mme Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU

Contacts:

Dennis Abbott (+32 2 2959258); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 22959667)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website