Navigation path

Left navigation

Additional tools

L'UE renforce le rôle du secteur privé dans la mise en place d'une croissance inclusive dans les pays en développement

European Commission - IP/14/551   13/05/2014

Other available languages: EN DE LV

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 13 mai 2014

L'UE renforce le rôle du secteur privé dans la mise en place d'une croissance inclusive dans les pays en développement

La Commission européenne a adopté aujourd'hui un nouveau document d’orientation - officiellement dénommé «communication» - définissant le rôle du secteur privé comme essentiel dans les efforts internationaux en matière de développement des pays partenaires.

Le secteur privé fournit environ 90 pour cent des emplois dans les pays en développement; il est donc un partenaire essentiel dans la lutte contre la pauvreté. Il est également nécessaire en tant qu’investisseur dans la production agricole durable si nous voulons relever le défi de nourrir 9 milliards de personnes d’ici 2050. Dans bon nombre de pays en développement, l'expansion du secteur privé, notamment des microentreprises et des petites et moyennes entreprises, est un puissant moteur de croissance économique et la principale source de création d'emplois.

La communication définit un nouveau cadre stratégique visant à garantir que les activités du secteur privé dans les pays en développement aient un impact positif sur la société, notamment les femmes, les jeunes et les pauvres.

M. Andris Piebalgs, commissaire chargé du développement, s'est exprimé en ces termes: «Le secteur privé a un rôle essentiel à jouer pour aider les individus à se sortir de la pauvreté, mais nous devons veiller à ce qu’il bénéficie à l’ensemble de la société, et non pas uniquement à quelques-uns. C’est pourquoi la nouvelle communication d'aujourd'hui est si importante - garantir aux entreprises un environnement propice permettant d’investir davantage, et de manière plus responsable, dans les pays en développement, pour permettre à tout un chacun de bénéficier des opportunités économiques que peut apporter le secteur privé.»

La nouvelle communication propose 12 actions concrètes visant, par exemple, à améliorer l’environnement réglementaire des entreprises dans les pays partenaires, à soutenir le développement des entreprises et à améliorer l’accès au financement en mettant l’accent sur les microentreprises, et les petites et moyennes entreprises dans les secteurs formel et informel, qui jouent un rôle particulièrement important dans la création d’emplois.

La communication définit également des actions dans d’autres domaines, tels que l’énergie durable, l’agriculture durable, les infrastructures et les secteurs verts, où l’engagement du secteur privé peut compléter efficacement et apporter une valeur ajoutée à l’aide au développement de l’UE, y compris par l’intermédiaire de mécanismes de cofinancement (combinaison de subventions et de prêts).

Les investissements responsables dans les pays en développement, le commerce durable et les investissements inclusifs dans les marchés à bas revenus sont également des priorités majeures pour maximiser les effets positifs du secteur privé sur le développement.

À l'heure actuelle, on estime que 60 à 80 pour cent des entreprises des économies en développement sont des entreprises informelles. Elles représentent un potentiel important de croissance et de création d’emplois, et le fait qu'elles opèrent en dehors du cadre légal ne doit pas les priver du soutien de l’aide au développement.

La communication propose également de renforcer le soutien de l’UE pour augmenter la productivité et améliorer les conditions de travail dans l’économie informelle et aider les pays à progresser vers une économie formelle, dans la mesure du possible. Cela pourrait se faire par la fourniture d'une formation et de l’expertise nécessaires pour soutenir les capacités des organisations de soutien informel, comme les associations de producteurs, ou en sécurisant l’environnement de travail et en facilitant l’accès aux marchés, aux financements, aux infrastructures et aux services sociaux.

Contexte

À la suite de la reconnaissance, dans le programme pour le changement de 2011 (son projet visant à réorienter sa politique de développement afin de donner la priorité aux pays et aux secteurs qui en ont le plus besoin), du secteur privé comme l’un des partenaires essentiels de la coopération européenne au développement, cette stratégie globale vise également, au-delà des interventions publiques dans le domaine du développement du secteur privé, à exploiter le potentiel d’une plus grande participation du secteur privé au développement, dans le cadre des stratégies commerciales de base des entreprises.

La Commission européenne a été un partenaire très actif dans le soutien apporté à la création d’un environnement propice aux entreprises et au développement des entreprises locales dans les pays partenaires. Au cours de la dernière décennie, la Commission a soutenu le développement du secteur privé à hauteur de 350 millions d’euros par an en moyenne.

En créant des mécanismes régionaux de cofinancement, la Commission s'est en outre lancée dans la mise au point de nouveaux outils pour la mise en œuvre des objectifs de développement du secteur privé. L’UE commence également à utiliser des instruments financiers innovants comme les garanties pour encourager les banques commerciales à prêter aux PME et le capital-risque pour investir dans des fonds qui accordent des prêts ou qui ou qui investissent dans des projets de PME liés à l'efficacité énergétique.

Pour plus d'informations:

Communication: A Stronger Role of the Private Sector in Achieving Inclusive and Sustainable Growth in Developing Countries:

http://ec.europa.eu/europeaid/what/economic-support/private-sector/documents/psd-communication-2014_en.pdf

New EU Communication on the Private Sector MEMO/14/345

Site web de la DG Développement et coopération – EuropeAid

www.ec.europa.eu/europeaid

Contacts:

Alexandre Polack (+32 2 299 06 77)

Maria Sanchez Aponte (+32 2 298 10 35)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website