Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 8 mai 2014

L’Union européenne voit une source de croissance durable dans l’innovation liée aux océans

Les mers et océans couvrent les deux tiers de notre planète. Si nous les gérons de manière responsable, nous pourrons en faire des sources de nourriture, de médicaments et d’énergie tout en protégeant les écosystèmes pour les générations à venir. Pour ce faire, nous devons toutefois en savoir plus à leur sujet. C’est pourquoi la Commission a présenté aujourd’hui un plan d’action pour l’innovation dans l’«économie bleue», afin de permettre une utilisation durable des ressources marines et de stimuler la croissance et l’emploi en Europe.

Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos: «Aujourd’hui, nous mettons en place les bases grâce auxquelles la génération d’Européens de demain disposera des connaissances et compétences nécessaires pour mieux gérer nos océans et exploiter pleinement les avantages qu’ils nous offrent, tout en respectant l’équilibre de l’écosystème marin.» Et la commissaire de poursuivre: «Par exemple, notre initiative visant à établir une carte numérique de l’ensemble des fonds marins européens permettra de renforcer la prédictibilité pour les investissements des entreprises, de réduire les coûts et d’encourager la poursuite de l’innovation en faveur d’une croissance bleue durable.»

La Commission a mis en évidence un certain nombre d’obstacles à surmonter: notre connaissance de la mer est encore limitée, les efforts des États membres dans le domaine de la recherche maritime ne sont pas coordonnés, tandis que le marché du travail européen de demain aura besoin d’ingénieurs et de scientifiques pour exploiter les nouvelles technologies dans l’environnement marin.

Máire Geoghegan-Quinn, commissaire européenne chargée de la recherche et de l’innovation, a déclaré: «La surface de la Lune, et même de la planète Mars, recèlent probablement moins de mystères pour nous que les grands fonds marins. L’innovation maritime représente un énorme potentiel pour notre économie, et elle nous aidera à relever des défis tels que le changement climatique et la sécurité alimentaire. La croissance bleue est donc un domaine prioritaire pour le programme "Horizon 2020", notre nouveau programme de recherche et d’innovation».

Dans le plan d’action présenté aujourd’hui, la Commission propose:

  1. de réaliser une carte numérique de l’ensemble des fonds marins européens d’ici à 2020;

  2. de créer une plate-forme d’information en ligne, qui devrait être opérationnelle avant la fin de 2015, sur les projets de recherche marine menés dans le cadre du programme «Horizon 2020», ainsi que sur la recherche marine financée par les États membres, et de partager les résultats des projets achevés;

  3. de créer un forum des entreprises et des sciences de l’économie bleue, au sein duquel le secteur privé, les scientifiques et les ONG contribueront à façonner l’économie bleue de l’avenir et partageront leurs idées et les résultats obtenus. Il se réunira pour la première fois en marge de la Journée maritime européenne 2015, au Pirée, en Grèce;

  4. d’encourager les acteurs du monde de la recherche, de l’entreprise et de l’éducation à définir, d’ici 2016, les besoins et les compétences pour la main-d’œuvre de demain dans le secteur maritime;

  5. d’examiner la possibilité de rassembler, après 2020, les grands acteurs du monde de la recherche, de l’entreprise et de l’éducation au sein d’une communauté de la connaissance et de l’innovation (ou CCI) pour l’économie bleue. Les CCI, qui dépendent de l’Institut européen d’innovation et de technologie (EIT), peuvent stimuler l’innovation de multiples manières, par exemple en organisant des programmes de formation et d’enseignement, en facilitant le passage de la recherche au marché et en mettant en place des projets d’innovation et des incubateurs d’entreprises.

Contexte

L’économie maritime, ou économie «bleue», de l’Union européenne, est vaste; elle emploie en effet plus de 5 millions de personnes dans des secteurs aussi variés que la pêche, les transports, la biotechnologie marine et les sources d’énergie renouvelables en mer.

Entre 2007 et 2013, la Commission européenne a apporté une contribution moyenne de 350 millions d’euros par an en faveur de la recherche marine et maritime par l’intermédiaire de son septième programme-cadre. Une part importante de la recherche marine est également réalisée dans le cadre des programmes des États membres (environ 300 millions d’euros par an en France et en Allemagne, par exemple). La croissance bleue constitue un «domaine prioritaire» dans le nouveau programme «Horizon 2020», qui prévoit un budget spécifique de 145 millions d’euros pour la seule période 2014-2015 et offre d’autres possibilités ailleurs dans le programme.

Environ 30 % des fonds marins entourant l’Europe n’ont pas encore été étudiés. Ce pourcentage varie de 5 % pour le golfe de Gascogne et les côtes ibériques à plus de 40 % pour la mer du Nord ainsi que la Méditerranée centrale et la mer Ionienne. Une meilleure compréhension de ce qui se passe sous le niveau de la mer permettra de mieux connaître les ressources offertes par les océans et de mieux comprendre la façon dont celles-ci peuvent être utilisées de manière durable.

Un déficit de compétences se fait déjà sentir dans le secteur de l’énergie éolienne. En 2012, le secteur de l’éolien en mer représentait 10 % de la capacité éolienne installée annuelle et employait 58 000 personnes directement et indirectement à travers l’Europe. On s’attend à ce que, d’ici à 2020, la part de l’énergie éolienne en mer atteigne 30 % de la capacité éolienne installée annuelle. Le secteur représenterait ainsi 191 000 emplois en 2020, ce chiffre passant à 318 000 en 2030. Mais il pourrait également connaître une aggravation de la pénurie de compétences, qui pourrait grimper à 14 000 équivalents temps plein, contre 7 000 aujourd’hui, si la future main-d’œuvre n’est pas dotée de compétences dans le domaine de l’entretien et de la fabrication, par exemple.

Pour en savoir plus

  1. L’innovation dans l’économie bleue: réaliser le potentiel de création d’emplois et de croissance de nos mers et océans - http://ec.europa.eu/maritimeaffairs/policy/marine_knowledge_2020/index_fr.htm

  2. MEMO/14/336: Questions et réponses sur l’innovation dans l’économie bleue

  3. MEMO/14/337: Innovation dans l’économie bleue: exemples de recherche marine dans l’UE

  4. Brochure sur les projets de recherche de l’Union européenne concernant les océans de demain (fichier PDF, en anglais) http://ec.europa.eu/research/bioeconomy/pdf/ocean-of-tomorrow-2014_en.pdf

  5. Horizon 2020: http://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/

  6. Croissance bleue dans l’UE – ensemble d’études (en anglais): https://webgate.ec.europa.eu/maritimeforum/en/community/msexperts/articles/blue-growth-eu-set-studies

Contacts:

Helene Banner (+32 2 295 24 07)

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)

Michael Jennings (+32 2 296 33 88) Twitter: @ECSpokesScience

Monika Wcislo (+32 2 298 65 95)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website