Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 1er avril 2014

D'après une étude récente réalisée dans l'UE, les jeunes réclament la fin des frais d'itinérance et un accès non restreint à l'internet

#roaming #ConnectedContinent @ThinkYoungTW

D'après une enquête réalisée auprès de plus de mille jeunes âgés de 18 à 34 ans, une écrasante majorité de jeunes Européens souhaitent voir disparaître les frais d'itinérance qualifiés d'«incroyables» et les restrictions concernant les contenus auxquels ils peuvent accéder en ligne à partir de leurs appareils mobiles.

Une génération sous contrainte

L'étude réalisée montre que:

93 % des jeunes Européens se sentent limités à l'étranger, en raison des frais d'itinérance élevés; 37 % seulement utilisent l’internet mobile lorsqu’ils sont à l’étranger, contre 86 % à domicile;

la majorité d'entre eux utiliseraient davantage les services de communications mobiles si les frais d’itinérance étaient supprimés;

81 % veulent disposer d'un accès sans restriction à l'internet; 25 % sont actuellement confrontés à des restrictions;

79 % sont favorables au renforcement des pouvoirs réglementaires de l’Union européenne pour que celle-ci garantisse des prix équitables et harmonise le marché intérieur.

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne (@NeelieKroesEU) a déclaré à ce propos: «C'est un message fort et clair que nous ont adressé les jeunes: ils veulent voir disparaître les frais d'itinérance. Ils veulent un accès non restreint à l'internet. C'est à nous, à Bruxelles, qu'il incombe de prendre la responsabilité de donner une suite concrète à ces attentes.»

Voici le témoignage d'une étudiante finlandaise de 23 ans: «Je trouve incroyable, à une époque où on peut passer d'un pays à un autre sans aucune formalité, de devoir désactiver la fonctionnalité 3G de mon téléphone 3G pour éviter d'avoir une facture trop élevée. Si je ne veux pas payer trop cher, je suis obligée de jongler avec plusieurs abonnements et des numéros différents.»

Un travailleur indépendant allemand de 31 ans s'est également exprimé: «Je ne trouve pas équitable qu’un fournisseur d’accès à l’internet décide de ce que les utilisateurs peuvent faire ou ne pas faire avec leur appareil. À partir du moment où on paie pour un service, on devrait être en mesure de faire ce qu'on veut.»

Le jeudi 3 avril, les membres du Parlement européen se prononceront sur le règlement «pour un continent connecté» (#ConnectedContinent) proposé par la Commission, qui vise à éliminer les frais d'itinérance, à introduire la neutralité de l'internet (netneutrality) et d'autres mesures destinées à créer un marché unique des télécommunications en Europe.

L'enquête a été menée en ligne et au moyen d'entrevues individuelles par ThinkYoung, un groupe de réflexion basé à Bruxelles.

Des données recueillies par l’autorité de régulation européenne (ORECE) ont également montré que les réductions tarifaires intervenues récemment ont eu pour corollaire des augmentations appréciables de la consommation.

Contexte

ThinkYoung, un groupe de réflexion basé à Bruxelles, a analysé, dans une étude, les perceptions qu'ont les jeunes Européens d'aspects essentiels de l'initiative «Continent connecté» (#ConnectedContinent) concernant la neutralité de l'internet et les frais d'itinérance. Des réponses ont été recueillies auprès de 1040 citoyens de l’Union européenne âgés de 18 à 34 ans, via les médias sociaux et au moyen d'entrevues individuelles, entre le 9 octobre et le 10 novembre 2013.

Cette étude complète l’enquête de la Commission européenne publiée en février (IP/14/152) montrant que 94 % des Européens qui voyagent en dehors de leur pays d’origine limitent leur utilisation de services tels que Facebook, en raison des frais d’itinérance. Cette enquête a montré qu'avec les stratégies de tarification qu'ils appliquent actuellement, les opérateurs de télécommunications se privent d'un marché de quelque 300 millions d'utilisateurs, ce qui a aussi des retombées négatives pour d'autres secteurs tels que celui des développeurs d'applications mobiles.

Alors que le marché européen des applis est en plein essor (IP/14/145), des entraves telles que les frais d'itinérance freinent le développement de certains segments de ce marché. Les applis de guides de voyage, de photo et de cartes géographiques sont celles qui en pâtissent le plus.

Il n'y a pas qu'à l'étranger que les consommateurs utilisent moins leur téléphone mobile. Même lorsqu'elles sont dans leur pays, 70 % des personnes qui téléphonent dans d'autres pays de l'UE limitent leurs appels pour des raisons de coût.

Le règlement en matière de télécommunications «pour un continent connecté» (#ConnectedContinent) a été proposé par la Commission en septembre 2013. Il vise à nous rapprocher bien davantage d'un véritable marché unique des télécommunications dans l'UE, en mettant fin aux frais d'itinérance, en garantissant à tous un internet ouvert par l'interdiction des blocages et de la dégradation des contenus, en coordonnant l'attribution des licences sur les radiofréquences destinées au haut débit sans fil, en assurant une transparence accrue dans les contrats destinés aux abonnés à l'internet et au haut débit et en permettant aux clients de changer plus facilement de fournisseur.

Liens utiles

Pour en savoir plus sur l'itinérance

Pour en savoir plus sur la neutralité de l'internet

Pour en savoir plus sur «un continent connecté»

Site web de Mme Neelie Kroes (en anglais uniquement)

Suivez Mme Kroes sur Twitter

Contacts:

Courriel: comm-kroes@ec.europa.eu Tél.: +32.229.57361 Twitter: @RyanHeathEU


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website