Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Pour rester compétitives à l'échelle mondiale, les entreprises de l'UE doivent investir davantage dans la R&D

Bruxelles, 04 décembre 2014

Les investissements en R&D des entreprises basées dans l'UE ont crû de 2,6 % en 2013, malgré la conjoncture économique défavorable. Ce rythme de progression est toutefois inférieur à celui enregistré l'année précédente (6,8 %). Il se situe également en dessous de la moyenne mondiale en 2013 (4,9 %) et de celui des entreprises basées aux États-Unis (5 %) et au Japon (5,5 %).

Ces résultats sont publiés aujourd'hui par la Commission européenne dans le tableau de bord 2014 de l’UE sur les investissements en R&D industrielle, qui analyse les 2 500 principales entreprises au niveau mondial, représentant environ 90 % du volume des dépenses en R&D des entreprises. Selon les données, les 633 entreprises basées dans l'UE ont investi 162,4 milliards d'euros dans la R&D en 2013, alors que les 804 entreprises basées aux États-Unis y ont investi 193,7 milliards d'euros et les 387 entreprises japonaises 85,6 milliards d'euros.

M. Carlos Moedas, commissaire pour la recherche, la science et l'innovation, a déclaré à ce sujet: «Malgré le contexte économique difficile, les entreprises de l'UE continuent d'investir dans la R&D. C'est une bonne nouvelle, mais il faudra faire davantage pour affronter la concurrence. À l'heure où les ressources publiques sont limitées, il est encore plus important d'attirer les investissements privés dans la R&D. Même si le nombre d'entreprises bénéficiant du programme Horizon 2020 n'a jamais été aussi grand, nous sommes prêts aujourd'hui à aller plus loin. Le plan d'investissement de 315 milliards d'euros présenté par la Commission et la Banque européenne d'investissement contribuera à augmenter les investissements privés en faveur de projets plus risqués, ce qui profitera à la R&D dans toute l'Europe.»

M. Tibor Navracsics, commissaire pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport, a quant à lui souligné:«Parce qu'elle possède d'excellents chercheurs et qu'elle permet un partage satisfaisant des connaissances, l'Europe est une destination attrayante pour les investissements dans la R&D. Toutefois, pour faire face à la concurrence, il lui faudra stimuler les investissements, lesquels devraient bénéficier à une série d'activités et de secteurs de la recherche. La construction d'une économie de la connaissance requiert des fondations solides et nous comptons sur nos partenaires du secteur pour nous aider à atteindre cet objectif.»

Les principaux investisseurs dans la R&D

Le constructeur automobile européen Volkswagen occupe la tête du classement pour la deuxième année consécutive, avec un volume total d'investissement dans la R&D de 11,7 milliards d'euros (soit une hausse de 23,4 %). Samsung (Corée du Sud) et Microsoft (États-Unis) occupent, respectivement, les deuxième et troisième places.

Le secteur automobile, dans lequel les investissements ont continué d'augmenter (de 6,2 %), représente un quart des investissements en R&D réalisés par les entreprises figurant dans le tableau de bord de l'UE. Par ailleurs, les secteurs de la haute technologie comme le secteur pharmaceutique et le secteur du matériel et de l'équipement informatiques ont connu une croissance plus faible et ont fait baisser la moyenne globale des investissements dans la R&D en Europe.

Emploi

Les entreprises figurant dans le tableau de bord ont employé 48 millions de personnes dans le monde en 2013. Au cours des huit dernières années (2005-2013), les entreprises basées dans l'UE ont enregistré une progression de l'emploi de 18,2 %, sous l'impulsion des secteurs où l'intensité de la R&D est plus forte. Cette tendance reste marquée, malgré la légère baisse (0,6 %) de l'emploi qu'ont connue les entreprises de l'UE l'année dernière.

Tendances

En ce qui concerne les entreprises basées dans l'UE, 97 % des investissements dans la R&D proviennent d'entreprises situées dans dix pays. Les performances globales dépendent largement d'entreprises situées dans trois pays: l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, qui représentent plus des deux tiers des investissements. En Allemagne et au Royaume-Uni, les investissements des entreprises ont continué d'enregistrer un taux de croissance (respectivement 5,9 % et 5,2 %) supérieur à la moyenne, alors qu'ils ont diminué en France (-3,4 %).

La diminution des investissements dans quelques grandes entreprises de l'UE a particulièrement touché le taux d'investissement dans la R&D des pays concernés. C'est le cas de Nokia (-17,1 %) ou de STMicroelectronics (-19,2 %), qui ont eu des répercussions significatives sur l'investissement global en Finlande (-11,6 %) et aux Pays-Bas (-0,1 %), deux des dix pays européens où l'investissement en R&D des entreprises est le plus fort.

Par ailleurs, les entreprises figurant dans le tableau de bord et basées dans certains pays de l'UE ont enregistré un taux d'investissement dans la R&D supérieur à la moyenne mondiale: l'Irlande (13,6 %) et l'Italie (6,4 %), ou supérieur à la moyenne de l'UE: l'Espagne (4,4 %).

Contexte

Le tableau de bord de l’Union européenne sur les investissements en R&D industrielle est publié chaque année par la Commission européenne (DG Recherche et innovation et Centre commun de recherche). Le tableau de bord 2014 est basé sur un échantillon de 2 500 entreprises. Il rassemble les indicateurs clés des entreprises sur la R&D et l'économie correspondant à leurs derniers comptes publiés. Il mesure la valeur totale de leurs investissements en R&D, financés par leurs fonds propres, quel que soit le lieu des activités de R&D. Le tableau couvre des entreprises qui ont investi plus de 15,5 millions d'euros dans la R&D en 2013. Ces entreprises sont basées dans l'UE (633), aux États-Unis (804), au Japon (387) et dans d'autres pays comme la Chine (199), Taïwan (104), la Corée du Sud (80) et la Suisse (62). Grâce à la base de données constituée par les tableaux de bord contenant des informations sur les entreprises qui ont investi le plus dans la R&D depuis 2003, il est possible d'analyser le comportement et les performances des entreprises sur des périodes plus longues.

L'enquête 2014 de l’UE sur les tendances en matière d'investissements en R&D industrielle est basée sur un échantillon plus large formé par les 1 000 principaux investisseurs dans la R&D situés dans l'UE.

Pour de plus amples informations:

Fiche d'information «World trends in R&D private investment. Facts and figures» (Les tendances mondiales en matière d'investissements privés dans la R&D. Faits et chiffres)

Tableau de bord 2014 de l’UE sur les investissements en R&D industrielle

Enquête 2014 de l’UE sur les tendances en matière d'investissements en R&D industrielle

Infographie: Tableau de bord de l'UE sur la R&D. Benchmarking EU industry innovation performance to help shape EU policy (Étude comparative des performances d'innovation de l'industrie dans l'UE en vue de contribuer à l'élaboration de la politique de l'UE)

Rapports «Industrial Research Investment Monitoring and Analysis» (Analyse et suivi des investissements dans la recherche industrielle)

Pour plus d’informations sur Horizon 2020

Pour de plus amples informations sur le plan d'investissement de l'Union



IP/14/2342

Personnes de contact pour la presse

Lucia CAUDET (+32 2 295 61 82)
Mirna BRATOZ (+32 2 298 72 78)

Renseignements au public:

Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel

Side Bar