Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

communiqué de presse

Fait à Bruxelles, le 24 février 2014

Offres d’emploi: les tendances révèlent une fracture croissante entre les marchés du travail du nord et du sud de l’Union européenne

Au vu des tendances enregistrées, un fossé grandissant se creuse entre les offres d’emploi disponibles dans les pays du nord et du sud de l’Union. Le dernier numéro de l’Observatoire européen des postes vacants montre qu’il existe des pénuries de main-d’œuvre dans des pays tels que le Danemark, l’Estonie, la Lettonie, l’Autriche et la Suède, alors qu’il y a de plus en plus de candidats pour les emplois disponibles en Grèce, en Espagne ou en Slovaquie. Les auteurs soulignent également les forces et les faiblesses des mécanismes de recrutement dans quatre pays du Sud de l’Union, avertissant que des mesures supplémentaires sont nécessaires pour aider les jeunes à trouver des postes qualifiés, et donc pour accroître la productivité du travail.

Ce numéro de l’Observatoire européen confirme la stagnation des offres d’emploi dans l’Union durant le deuxième trimestre de 2013, avec l’exception du secteur public, où elles ont légèrement augmenté. De manière générale, les recrutements ont reculé de 4 %, soit un déclin plus marqué qu’au cours du trimestre précédent. Durant la période considérée, les embauches ont progressé dans moins de la moitié des pays.

Le commissaire à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, M. László Andor, a déclaré: «Les perspectives d’emploi divergentes entre le nord et le sud de l’Europe soulignent les déséquilibres du marché européen du travail, qui sont aussi liés à la dissymétrie de la zone euro, et que la mobilité de la main-d’œuvre pourrait aider à combler. Des outils tels qu’EURES, qui favorisent la mobilité des travailleurs sur le marché européen, sont à la disposition des personnes à la recherche d’un emploi.»

La situation de l’Europe du Sud

En Grèce, en Espagne, en Italie et au Portugal, on n’a plus enregistré de baisse de l’embauche dans les services et les professions intellectuelles et scientifiques, et des recrutements sont signalés dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche. En Europe du Sud, les offres d’emploi se concentrent dans quelques secteurs, dont les soins, la vente ou l’administration. Par ailleurs, la construction est le secteur le plus touché par la crise et la reprise devrait y être lente.

Dans ces quatre pays du Sud, les jeunes sont avant tout embauchés dans le secteur des services, pour exercer des emplois peu qualifiés, caractérisés par une importante demande saisonnière et une forte rotation des effectifs. En outre, les travailleurs moyennement qualifiés sont de plus en plus recrutés à des postes peu qualifiés, ce qui accentue la surqualification de la main-d’œuvre.

Contre le chômage des jeunes, la Commission européenne a proposé la garantie pour la jeunesse, une vaste réforme conçue à l’échelle de l’Union européenne, que chaque État membre a acceptée et doit mettre en place au plus tôt. Cette initiative vise à aider tous les chômeurs de moins de vingt-cinq ans à trouver un emploi, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi (voir MEMO/14/13).

Des ressources des Fonds structurels de l’Union européenne sont aussi disponibles jusqu’en 2020 pour la lutte contre les grands problèmes socioéconomiques auxquels l’Europe est confrontée; plus de 70 milliards d’euros doivent ainsi être investis dans le capital humain par le Fonds social européen (voir MEMO/13/1011).

Contexte

Conséquence des mauvais résultats globaux de l’économie, l’emploi n’a cessé de se détériorer dans les pays du sud de l’Europe les plus touchés par la crise. Au cours du deuxième trimestre de 2013, l’emploi a reculé en Grèce de 4,3%, en Espagne de 3,6%, en Italie de 1,8% et au Portugal de 4,1% par rapport aux chiffres de l’année précédente. Dans l’Union des Vingt-huit (UE-28), ce recul était de 0,4 %.

Contrecoup de cette situation, ces quatre pays ont enregistré une forte augmentation du taux de chômage des jeunes, lequel, toujours au deuxième trimestre de 2013, atteignait 59,6% en Grèce, 55,7% en Espagne, 39,4% au Portugal et 38,9% en Italie. Dans l’UE-28, à la même période, le taux de chômage des jeunes était de 24 % alors qu’il se situait à 15 % en 2008.

Par ailleurs, la crise a accentué le recours aux contrats de travail temporaire. Ainsi, en Italie, la part de ces contrats est passée d’environ 60 % en 2008 à 70 % en 2012/2013. Ce recours massif aux contrats temporaires a fait baisser les niveaux de formation et de qualification, avec, pour résultats, une diminution de la productivité et une dégradation des performances économiques. Dans le sud de l’Europe, la proportion de travailleurs ayant un faible niveau d’éducation (33 %) est deux fois plus élevée que la moyenne de l’Union (16 %).

L’Observatoire européen des postes vacants est un bulletin trimestriel publié par la Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion de la Commission européenne. Cette publication s’inscrit dans le cadre de l’initiative phare «Une stratégie pour des compétences nouvelles et des emplois» de la stratégie Europe 2020; avec le Bulletin européen des postes vacants et le Rapport européen sur les emplois vacants et le recrutement, elle fournit des données actualisées permettant de suivre l’évolution des marchés de l’emploi en Europe.

Le Bulletin européen des postes vacants analyse les offres d’emploi mises en ligne sur EURES, le portail européen sur la mobilité de l’emploi, à partir des données sur les emplois proposés par trente et un services publics nationaux pour l’emploi aux personnes à la recherche d’un travail à l’étranger.

Depuis le 1er janvier 2014, plus de deux millions d’offres d’emploi sont disponibles sur ce portail. L’indice des vacances d’emploi d’EURES a fait apparaître une tendance à la hausse, principalement due à l’évolution positive enregistrée au Royaume-Uni, où le nombre d’offres d’emploi notifiées à EURES a doublé entre mai et septembre. Dans les autres pays, l’évolution des offres d’emploi est restée stable.

Pour plus d’informations

Actualités sur le site de la DG Emploi

Suivi du marché de l’emploi dans l’Union européenne

Site web de M. László Andor

Suivez László Andor sur Twitter

Recevez gratuitement, par courrier électronique, la lettre d’information sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion de la Commission européenne.

Responsables:

Jonathan Todd (+32 2 299 41 07)

Cécile Dubois (+32 2 295 18 83)

Pour les citoyens: Europe Direct - par téléphone 00 800 6 7 8 9 10 11 ou courrier électronique


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website