Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 17 février 2014

Itinérance: 300 millions de clients en plus pour les opérateurs de télécommunications grâce à la disparition des redevances d'itinérance

Selon un récent sondage mené auprès de 28 000 personnes, 94 % des Européens réduisent leur usage de services tels que Facebook lorsqu'ils se rendent à l'étranger en raison des tarifs élevés de l'itinérance mobile. D'après les calculs de la Commission européenne, avec les stratégies de tarification qu'ils appliquent actuellement, les opérateurs de télécommunications se privent d'un marché de quelque 300 millions d'utilisateurs, ce qui a aussi des retombées négatives pour d'autres secteurs tels que celui des développeurs d'applications mobiles.

À l'heure où l'utilisation des services mobiles, notamment pour les données, est en pleine expansion dans les États membres, les redevances d'itinérance ont d'autres conséquences, à savoir:

  1. 47 % n'utiliseraient jamais l'internet mobile quand ils se trouvent dans un autre pays de l'UE,

  2. 1 sur 10 seulement se servirait du courrier électronique exactement comme il le fait dans son pays,

  3. plus d'un Européen sur quatre éteint tout simplement son téléphone portable lorsqu'il se rend dans un pays autre que le sien,

  4. des millions d'utilisateurs préfèrent envoyer des SMS que payer le prix d'un appel.

Les voyageurs fréquents – qui représentent le segment le plus lucratif de ce marché potentiel – sont plus susceptibles de désactiver la fonction de transmission de données en itinérance de leur téléphone mobile que les voyageurs occasionnels. La Commission attribue cette différence de comportement au fait que les voyageurs fréquents sont mieux informés des coûts réels des services de données en itinérance en Europe que les voyageurs occasionnels.

Mme Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne, a déclaré à ce sujet: «Je suis vraiment atterrée par ces chiffres. Ils montrent bien que nous devons terminer le travail entrepris et éliminer les redevances d'itinérance. Les consommateurs se restreignent de manière draconienne dans l'utilisation de leur téléphone et finalement, cela ne fait pas non plus l'affaire des entreprises.»

«Il ne s'agit pas uniquement d'un conflit entre les voyageurs et les opérateurs de télécommunications. L'itinérance entraîne des coûts supplémentaires pour des millions d'entreprises et une perte de revenus pour le secteur des développeurs d'applications mobiles. L'itinérance n'a aucun sens à l'intérieur d'un marché unique, c'est de la folie sur le plan économique.»

Alors que le marché européen des applis est en plein essor (IP/14/145), des entraves telles que les redevances d'itinérance freinent le développement de certains segments de ce marché. Les applis de guides de voyage, de photo et de cartes géographiques sont celles qui en pâtissent le plus.

Il n'y a pas qu'à l'étranger que les consommateurs utilisent moins leur téléphone mobile. Même lorsqu'elles sont dans leur pays, 70 % des personnes qui téléphonent dans d'autres pays de l'UE limitent leurs appels pour des raisons de coût.

Appels téléphoniques dans l'UE

Le sondage commandé par la Commission révèle que 28 % des personnes qui voyagent dans l'UE éteignent leur téléphone portable lorsqu'elles se rendent dans un autre pays que le leur. Seuls 8 % des voyageurs utilisent leur téléphone à l'étranger pour passer un appel comme ils le feraient dans leur pays. 3 sur 10 ne téléphonent jamais lorsqu'ils sont en voyage à l'étranger.

Un SMS plutôt qu'un appel

Les personnes qui se rendent à l'étranger sont un peu plus nombreuses à envoyer des SMS qu'à passer des appels: 2 sur 10 enverraient des SMS depuis l'étranger comme elles le feraient dans leur pays. Le sondage révèle cependant qu'un quart des voyageurs n'envoient jamais de SMS depuis un autre pays de l'UE.

Pas d'internet mobile à l'étranger

En ce qui concerne l'internet mobile à l'étranger, les chiffres sont encore plus catastrophiques. En effet, une majorité de personnes interrogées, soit 47 %, n'utiliseraient jamais le courrier électronique ou les réseaux sociaux dans un autre pays de l'UE. Une personne sur 10 seulement utiliserait le courrier électronique exactement comme elle le ferait dans son pays et ce rapport n'est plus que de 1 sur 20 lorsqu'il s'agit de l'utilisation des réseaux sociaux.

En outre, les voyageurs fréquents sont plus susceptibles (33 %) de désactiver la transmission de données en itinérance de leur téléphone mobile alors que les voyageurs occasionnels ne seraient que 16 % à le faire. Selon les auteurs de l'enquête, cet écart notable serait dû au fait que les voyageurs fréquents sont mieux informés des coûts réels des services de données en itinérance en Europe que les voyageurs occasionnels.

Dans le même temps, la réglementation actuelle sur l'itinérance, conjuguée à la baisse des prix, a entraîné une extraordinaire augmentation de l'utilisation des services de données en itinérance dans l'UE: 1 500 % depuis 2008. Le fait que de nombreux utilisateurs limitent leur consommation de services de données mobiles à l'étranger alors que l'utilisation de ces services est en augmentation globale au niveau national met en lumière un phénomène préoccupant, à savoir que des opportunités de croissance considérables échappent au tout nouveau secteur des applications mobiles ainsi qu'aux opérateurs mobiles.

Des services de télécommunications abordables pour tous dans l'UE

Avec le paquet législatif sur un continent connecté proposé par la Commission (MEMO/13/779), les législateurs européens (le Parlement européen et le Conseil) ont la possibilité de faire du marché unique une réalité dans le domaine des télécommunications ou de l'internet. Cet ensemble de mesures combine les obligations réglementaires et les incitations de manière à encourager les opérateurs de réseau mobile à modifier la couverture de leurs formules/forfaits nationaux de sorte que, d'ici à 2016 au plus tard, leurs clients puissent utiliser leurs téléphones ou leurs smartphones partout dans l'Union en payant les tarifs nationaux («roam like at home», formule de frais d'itinérance aux mêmes conditions que dans le pays de résidence). En vertu des règles adoptées en 2012, un consommateur aura le droit, à partir de 2014, de quitter son opérateur national lorsqu'il voyage et d'acheter des services en itinérance moins chers auprès d'une entreprise locale dans le pays où il se rend, ou d'un concurrent dans son pays d'origine, le tout sans changer de carte SIM.

L'objectif est de créer un véritable espace européen des télécommunications en estompant, puis en éliminant les différences entre les prix facturés pour les appels nationaux, en itinérance et intra-européens.

Baisses de prix récentes

Le problème de l'itinérance se posait avec davantage d'acuité avant que l'UE n'introduise un plafonnement des tarifs en 2008. Depuis lors, les conséquences pour les consommateurs sont les suivantes:

  1. les prix au détail des appels et des SMS ont baissé de 80 %,

  2. la baisse des prix des services de données en itinérance atteint jusqu'à 91 %.

En France, les consommateurs sont désormais de plus en plus nombreux à bénéficier de la disparition des redevances d'itinérance, ce qui montre qu'il est possible, pour les opérateurs, de proposer des forfaits qui couvrent l'ensemble de l'UE pour un prix unique.

Liens utiles

Résultats pays par pays en ce qui concerne les habitudes d'itinérance

Plus d'informations sur «un continent connecté»

Mot clic: #roaming #ConnectedContinent

Site web de Mme Neelie Kroes (en anglais uniquement)

Suivez Mme Kroes sur Twitter:

Contacts

Courrier électronique: comm-kroes@ec.europa.eu Tel: +32.229.57361 Twitter: @RyanHeathEU


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site