Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 30 octobre 2014

La Commission européenne adopte un «accord de partenariat» avec la Croatie sur la mobilisation des Fonds structurels et d’investissement de l’UE en faveur de la croissance et de l’emploi pour la période 2014-2020

La Commission européenne a adopté un «accord de partenariat» avec la Croatie, définissant la stratégie à mettre en œuvre pour l'utilisation optimale des crédits des Fonds structurels et d’investissement européens dans tout le pays. Cet accord ouvre la voie à des investissements à hauteur de 8,6 milliards d’euros au total — en prix courants, comprenant le financement de la coopération territoriale européenne et la dotation allouée à l'initiative pour l'emploi des jeunes — au titre de la politique de cohésion pour la période 2014-2020. La Croatie bénéficiera également d'une dotation de 2 milliards d'euros destinée au développement rural et d'une enveloppe de 252,6 millions d'euros destinée au secteur maritime et de la pêche.

Ces investissements de l’UE visent à dynamiser la compétitivité, à mettre en place une économie respectueuse de l’environnement et efficace dans l’utilisation des ressources, à soutenir des mesures actives en faveur de l’emploi et de la lutte contre l’exclusion sociale.

Les Fonds structurels et d'investissement européens (Fonds ESI) se composent:

• du Fonds européen de développement régional

• du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

• du Fonds européen agricole pour le développement rural

M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté l'adoption de l'accord en ces termes: «Nous avons adopté aujourd'hui un plan d’investissement essentiel, qui met la Croatie sur la voie de l’emploi et de la croissance pour les dix années à venir. Cet accord de partenariat traduit la détermination partagée par la Commission européenne et par la Croatie d'utiliser le plus efficacement possible les financements de l’UE. Conformément à la nouvelle politique de cohésion, nos investissements doivent revêtir un caractère stratégique et être axés sur l’économie réelle, la croissance durable et l'investissement dans le capital humain. Cependant, l’objectif premier pour les prochains mois n'est pas la rapidité mais la qualité dans la programmation des investissements issus des Fonds structurels et d’investissement européens pour la période 2014-2020. L'engagement de tous est nécessaire pour garantir la qualité des programmes qui seront mis en place.»

Il a ajouté: «En Croatie, les crédits du FEDER et du Fonds de cohésion seront investis dans la recherche et l’innovation, le soutien à l’esprit d’entreprise, l’économie numérique, les réseaux transeuropéens de transport et les transports urbains, ainsi que la protection des ressources naturelles du pays. Ces investissements permettront de soutenir, au niveau national, les réformes et les efforts visant à développer une économie de la connaissance et de l’innovation. Je compte sur les autorités croates pour garantir que cette stratégie globale d’investissement de l’UE aura une incidence positive sur l’économie et la vie des citoyens de ce pays. Les futurs programmes doivent traduire en actions concrètes ce plan stratégique et fournir les conditions propices à une gestion et un octroi des fonds efficaces sur le terrain».

M. László Andor, commissaire européen chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, a déclaré quant à lui: «Je me félicite que la Croatie ait décidé de consacrer au Fonds social européen plus de 1,5 milliard d'euros (exactement 1 516 033 072 euros, ce qui représente 25,9 % de l'ensemble des Fonds structurels). Le capital humain est effectivement l'un des principaux moteurs de la relance économique et le Fonds social européen est l'instrument clé de l’UE pour investir dans les ressources humaines.

En Croatie, le soutien du FSE se concentrera sur la promotion de l’emploi durable et de qualité, sur le soutien à l’accès à l’emploi pour les demandeurs d’emploi et les inactifs, et sur la création de possibilités d’emploi pour les jeunes, notamment grâce à l’Initiative pour l’emploi des jeunes. La modernisation des institutions du marché du travail est également une priorité pour le FSE en Croatie, de même que l’amélioration de l’efficacité de l’administration publique et de l’appareil judiciaire. En outre, le FSE aidera la Croatie à investir dans l’éducation, la formation et la formation professionnelle pour l’acquisition de compétences et l’apprentissage tout au long de la vie. Le FSE jouera également un rôle crucial pour le renforcement de l’inclusion sociale, et il contribuera à la lutte contre la pauvreté. Le FSE permettra en définitive de répondre à un grand nombre des défis qui font l'objet des recommandations spécifiques par pays et il aidera la Croatie à garantir que les actions financées par le FSE peuvent avoir une incidence importante sur la réalisation des objectifs de l’UE 2020 en matière d’emploi et de pauvreté. Je tiens à souligner la bonne coopération dont ont fait preuve les autorités croates jusqu’à présent dans l’élaboration des documents de programmation pour les prochaines années, qui s'annoncent difficiles.»

M. Dacian Cioloș, commissaire européen chargé de l’agriculture et du développement rural, a déclaré pour sa part: «Nous avons adopté aujourd’hui l’accord de partenariat de la Croatie, qui montre comment le pays utilisera les Fonds structurels et d’investissement européens au cours de son premier cycle de programmation comme État membre à part entière. Les Fonds ESI devraient constituer une part importante des investissements publics en Croatie et la stratégie retenue dans l’accord de partenariat montre que la Croatie est déterminée à les utiliser d’une manière coordonnée et efficace, en s’efforçant de parvenir à une utilisation optimale des deniers publics et de répondre aux priorités immédiates. Étant donné que la Croatie est un pays fortement rural et que son secteur agricole représente 5,5 % du PIB et près de 14 % de la main-d’œuvre, le financement de l'UE au titre du développement rural contribuera au renforcement de la compétitivité du secteur agroalimentaire croate, notamment par la restructuration des exploitations et l’appui à un développement plus équilibré et plus respectueux de l’environnement. En outre, les investissements dans le développement des petites infrastructures et de services de base locaux dans les zones rurales contribueront à améliorer la qualité de vie dans les zones rurales de Croatie et à stimuler leur reprise économique.»

Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré quant à elle: «Le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche investira dans l’industrie maritime et de la pêche croate afin de favoriser une croissance et des emplois durables dans l’économie maritime et les communautés côtières du pays. Il s’agit d’une véritable chance et d'un défi que la Croatie doit relever afin de renforcer son économie bleue en s’appuyant sur la longue tradition du pays dans le secteur maritime et de la pêche. Le FEAMP soutiendra ces efforts tout en investissant dans l’innovation afin de réduire l’impact des activités de pêche sur le milieu marin».

Pour de plus amples informations:

MÉMO sur les accords de partenariat et les programmes opérationnels

Politique de cohésion en Croatie

Accord de partenariat entre la Commission européenne et la Croatie et Résumé

Contacts: Shirin Wheeler (+32 460 76 65 65) – Jonathan Todd (+32 4989 94107)

Roger Waite (+32 4989 61404) – Helene Banner (+32 4607 52407)


Side Bar