Navigation path

Left navigation

Additional tools

«Juvenes Translatores»: annonce des lauréats du concours de l'UE pour jeunes traducteurs

European Commission - IP/14/112   05/02/2014

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO GA HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 5 février 2014

«Juvenes Translatores»: annonce des lauréats du concours de l'UE pour jeunes traducteurs

C’est aujourd’hui que sont publiés les noms des lauréats du concours annuel de jeunes traducteurs de l’UE, «Juvenes Translatores», organisé par la Commission européenne à l’intention des élèves de l’enseignement secondaire (voir le palmarès des élèves et des écoles ci-dessous). Plus de 3 000 adolescents inscrits dans 750 écoles ont présenté le concours et leurs copies ont été notées par des traducteurs internes de la Commission. Les lauréats - un par État membre - seront invités à participer à une cérémonie qui se tiendra à Bruxelles, le 8 avril. À cette occasion, ils recevront leur prix des mains de Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l'éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse.

«Les compétences linguistiques ouvrent l'esprit et enrichissent la vie des personnes. Je souhaite encourager un plus grand nombre de jeunes à étudier les langues. Nous devons nous assurer qu'ils sont conscients des bénéfices concrets d’un tel apprentissage, qu'il s'agisse de s'exprimer dans la langue locale lorsqu'ils sont en vacances ou lorsqu'ils voyagent ou d'améliorer leurs possibilités de carrière - un réel atout alors que nombre d'entre eux éprouvent des difficultés à décrocher un emploi dans leur pays d'origine», a déclaré Mme Vassiliou.

Les traducteurs de la Commission organisent ce concours depuis 2007 pour partager leur passion des langues. Les élèves qui ont passé le concours en novembre dernier pouvaient choisir parmi les centaines de combinaisons linguistiques possibles à partir des 24 langues officielles de l’UE. Au total, 157 combinaisons ont été utilisées, plus que jamais auparavant.

Le concours gagne chaque année en popularité et ne cesse de prendre de l'ampleur, en nombre de candidats comme en couverture géographique, et se déroule de La Réunion, à plus de 2 000 km au sud de l’équateur, à Kittilä en Finlande, au nord du cercle polaire arctique.

La liste des lauréats compte des élèves issus aussi bien d'écoles ayant remporté un prix par le passé que d'écoles participant pour la première fois. L'école ayant remporté le plus de prix depuis le lancement du concours est la Salzmannschule de Schnepfenthal (Thuringe, Allemagne), avec quatre lauréats nationaux.

«Deux heures de concentration silencieuse sans que j'aie eu l'impression de passer un examen», se souvient Paula Schembri, lauréate maltaise en 2008 qui, cinq ans plus tard, est aujourd'hui stagiaire au service de traduction de la Commission. Pour la plupart des jeunes lauréats de cette édition du concours, leur séjour à Bruxelles en avril sera le premier dans la capitale belge, mais peut-être pas le dernier s'ils suivent les traces de Paula.

Contexte

Le concours «Juvenes Translatores» («jeunes traducteurs» en latin) est organisé chaque année par la direction générale de la traduction de la Commission européenne. Il vise à encourager l’apprentissage des langues dans les écoles et à permettre aux jeunes de goûter au métier de traducteur. Il est ouvert aux élèves de l’enseignement secondaire âgés de 17 ans (ceux nés en 1996 pour l’édition 2013-2014) et prend place au même moment dans toutes les écoles retenues à travers l'Union européenne. Il a incité certains participants à étudier les langues et à devenir traducteurs.

Palmarès des lauréats par pays (avec mention de la combinaison linguistique choisie et de l’établissement scolaire):

PAYS

LAURÉAT, COUPLE DE LANGUES

ÉCOLE

Allemagne

Jörn-Jakob Luhn, EN-DE

Salzmannschule Schnepfenthal, Waltershausen

Autriche

Marianna Leszczyk, PL-DE

BG 13 Fichtnergasse, Wien

Belgique

Séni Van Hauwaert, FR-NL

Koninklijk Atheneum 3, Gent

Bulgarie

Лора Стоянова, DE-BG

Езикова гимназия "Пловдив"

Chypre

Ρεβέκκα Μαυρομμάτη, EN-EL

Απεήτειο Λύκειο Αγρού, Λεμεσός

Croatie

Ivana Busch, DE-HR

XVI. Gimnazija, Zagreb

Danemark

Sarah Aaen, DA-EN

Silkeborg Gymnasium, Silkeborg

Espagne

Marieta Plamenova Marinova, BG-ES

IES Barrio Simencas, Madrid

Estonie

Rainer Urmas Maine, EN-ET

Tallinna Reaalkool, Tallinn

Finlande

Lasse Lipsanen EN-FI

Luostarivuoren lukio, Turku

France

Sophie Petot-Rosa, ES-FR

Cité scolaire internationale, section espagnole, Lyon

Grèce

Γεώργιος Γρηγοριάδης, FR-EL

Αρσάκειο Λύκειο Θεσσαλονίκης, Θεσσαλονίκη

Hongrie

Olivér Székely, HU-EN

Lauder Javne Iskola, Budapest

Irlande

Aileen Ní Ghloinn, ES-EN

Coláiste Ide, An Daingean

Italie

Laura Barberis, EN-IT

Liceo Internazionale Linguistico "Grazia Deledda", Genova

Lettonie

Valts Štolcers, EN-LV

Līvānu 1.vidusskola, Līvāni

Lituanie

Laura Baronaitė, EN-LT

Pumpėnų vidurinė mokykla, Pumpėnai

Luxembourg

Aure Aflalo, EN-FR

Athénée de Luxembourg, Luxembourg

Malte

Stephanie Debono, IT-MT

St. Aloysius College, Birkirkara

Pays-Bas

Eireamhan Semple, GA-EN

UWC Maastricht, Maastricht

Pologne

Patrycja Leszczenko, EN-PL

II Liceum Ogólnokształcące im.Króla Jana III Sobieskiego, Kraków

Portugal

Ana Gabriela Verdade, EN-PT

Colégio Nossa Senhora da Assunção, Anadia

République tchèque

Jiří Pavlacký, EN-CS

Gymnázium Brno-Řečkovice, Brno

Roumanie

Andreea Florina Săndiță, EN-RO

Colegiul Naƫional Radu Greceanu, Slatina

Royaume-Uni

Walker Thompson, FR-EN

Westminster School, London

Slovaquie

Izabela Karelová, EN-SK

Spojená škola, Bratislava

Slovénie

Mateja Drev, EN-SL

Prva gimnazija Maribor, Maribor

Suède

Sebastian Andersson, EN-SV

Fria läroverken Karlstad, Karlstad

Pour en savoir plus:

Facebook: facebook.com/translatores

DG Traduction

Site web du concours

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Suivez Mme Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU.

Annexe: entretien avec la commissaire Vassiliou

Juvenes Translatores: partager une passion pour les langues

Il y a quelques mois, 3 000 jeunes de toute l’Europe ont testé pendant deux heures leurs compétences de traduction, au cours d'une épreuve pour le moins ardue. Pour la plupart, sinon pour tous, le concours Juvenes Translatores de la Commission européenne constituait la première participation à un concours international - et l'occasion de se faire une idée du quotidien d'un traducteur professionnel confronté à des délais serrés. Des élèves de 750 écoles de toute l’UE ont participé à cette épreuve, qui consistait à traduire un texte d'une page sur la citoyenneté européenne dans l'une des 552 combinaisons linguistiques possibles incluant les 24 langues officielles de l’UE.

Le 8 avril prochain, Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, accueillera les lauréats du concours lors d'une cérémonie de remise des prix qui se tiendra à Bruxelles. Chaque pays de l’UE comptera un lauréat.

Dans cet entretien spécial, Tytti Granqvist, fonctionnaire finlandaise travaillant à la direction générale de la traduction de la Commission, a recueilli le point de vue de Mme Vassiliou sur ce concours.

Madame la Commissaire, pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste ce concours et la raison pour laquelle la Commission y attache tant d'importance?

Les connaissances linguistiques sont un atout formidable: elles ouvrent l'esprit et constituent une source d'enrichissement personnel. Elles contribuent à l’amélioration de la compréhension entre les peuples et peuvent également améliorer la capacité d’insertion professionnelle, ce qui revêt une importance spéciale dans la conjoncture économique actuelle.

Pour la Commission, le concours Juvenes Translatores permet également de sensibiliser la population à l'importance de l’apprentissage des langues et de notre politique du multilinguisme. Nous promouvons l'apprentissage des langues et la diversité linguistique. Nous souhaitons encourager davantage les jeunes à étudier les langues, pas seulement pour voyager ou par plaisir, mais aussi parce qu’elles peuvent élargir l'éventail des débouchés professionnels qui s'offrent à eux. Les langues permettent aux citoyens d'exercer plus facilement leur droit de vivre, d’étudier et de travailler dans un autre pays.

Le concours Juvenes Translatores de la Commission nous permet aussi d'inciter les jeunes à envisager une carrière de traducteur.

Ce concours rencontre un énorme succès. Comment expliquez-vous cela?

En 2013, environ 1 800 écoles ont posé leur candidature pour participer au concours. Il s'agit du nombre le plus élevé enregistré à ce jour. J'aimerais que nous puissions dire «oui» à toutes ces écoles, mais nos traducteurs, qui organisent le concours et corrigent les copies, font cela en plus de leurs tâches habituelles, de sorte que nous devons limiter le nombre d’établissements scolaires participants. Cela permet également de maintenir un certain niveau de qualité. Nous fixons un nombre maximal d’écoles par pays, en fonction du nombre d'habitants. La liste finale des établissements scolaires qui sont sélectionnés pour le concours est établie par tirage au sort.

Je crois que le concours doit son succès avant tout à l’enthousiasme des professeurs de langues dans les écoles et des élèves eux-mêmes. Les lauréats reçoivent leur prix lors d’une cérémonie spéciale qui se déroule à Bruxelles, ce qui constitue une incitation de taille. C'est toujours un grand plaisir pour moi de rencontrer les lauréats et de participer à leur réussite.

Les écoles qui ne sont pas sélectionnées peuvent tirer profit de cette initiative de différentes manières. Je sais que certaines décident d’organiser des concours de traduction dans leur propre pays, en utilisant les textes disponibles sur le site web du concours. Il existe également une page Facebook pour permettre aux participants et aux autres de rester en contact.

Quelle est votre impression sur les jeunes que vous rencontrez dans le cadre de Juvenes Translatores?

Les jeunes que je rencontre grâce à Juvenes Translatores sont généralement des élèves brillants — non seulement en langues, mais aussi en mathématiques, en technologies, en musique et dans d'autres matières. Cela ne me surprend pas du tout, car de nombreuses études ont montré qu’il existe un lien entre la maîtrise des langues étrangères et la réussite dans d’autres matières. Je suis également toujours impressionnée de voir à quel point ces jeunes sont épanouis.

C’est un plaisir de voir avec quelle rapidité ils nouent des liens avec les autres élèves et comment les points communs qui les réunissent effacent toutes les différences qu'il peut y avoir entre eux. Il n'est pas rare que ces premiers contacts se transforment en une relation d'amitié.

Lorsque j’entends ces jeunes prononcer leur discours lors de la remise des prix, je suis toujours impressionnée par leur maturité et par le large éventail de sujets qu'ils abordent — ils ne parlent pas seulement des langues et de l’Europe, mais livrent également leurs réflexions sur ce qu'est la vie d'un jeune aujourd’hui et sur la façon dont ils envisagent leur propre avenir. C'est fascinant d'écouter leurs points de vue sur l’UE et sur d’autres sujets, certains étant très personnels et d'autres portant au contraire sur des questions beaucoup plus vastes.

Avant tout, il est très gratifiant de constater ce qui se passe lorsque l'on donne aux jeunes la possibilité de partager de nouvelles idées et de découvrir de nouvelles perspectives d’avenir.

Parlez-nous des professionnels qui sont dans les coulisses de Juvenes Translatores.

Le concours est géré par des professionnels de haut niveau qui sont désireux de partager leurs connaissances et leur passion pour les langues. Nos traducteurs sont ravis de rencontrer des jeunes gens qui, dans certains cas, pourraient très bien devenir leurs collègues, lorsque nous accueillerons la prochaine génération de traducteurs. De fait, l’une de nos dernières lauréates, qui est originaire de Malte, est venue travailler à la Commission en tant que stagiaire, dans le département maltais.

La cérémonie de remise des prix est pour nous l’occasion de rencontrer non seulement les lauréats, mais aussi les parents et les enseignants, et d'inviter ces derniers à continuer à encourager ces jeunes gens talentueux. C’est aussi l’occasion pour nos visiteurs de voir que les «eurocrates» sont des personnes comme eux.

Quelle que soit la voie que les lauréats empruntent par la suite, nous les invitons à rester en contact avec nous.

Pourquoi les enseignants des lauréats sont-ils également invités à la cérémonie de remise des prix?

Nous invitons les enseignants pour montrer combien nous apprécions leur travail et parce que nous sommes conscients de l’incidence qu’il a sur les jeunes. Les enseignants sont la principale ressource dans l’éducation. Des initiatives de ce type sont l'occasion de remercier tous les enseignants pour leur disponibilité, leur dévouement, leur savoir, leur patience et leur créativité.

Pourquoi serait-il souhaitable de mettre davantage l’accent sur la traduction en classe?

Lorsque vous traduisez, vous vous apercevez immédiatement qu’il ne s’agit pas simplement de remplacer un mot par un autre, parce qu’il faut tenir compte du contexte culturel propre à chaque langue.

De nos jours, la plupart des professeurs de langues préfèrent mettre l’accent, en classe, sur l'expression orale plutôt que sur la traduction. Mais je pense que la traduction a beaucoup à voir avec la communication, car il s’agit d'adresser un message à une personne. C'est là le sens véritable de la traduction: il ne s'agit pas uniquement de transposer un texte dans une autre langue, mais également de veiller à ce que le lecteur ou l'interlocuteur comprenne le message qui a été véhiculé dans la langue d'origine.

Il est vrai qu'autrefois les élèves traduisaient beaucoup plus à l’école, mais à un certain moment cette pratique est devenue obsolète. Des initiatives telles que Juvenes Translatores ont un rôle important à jouer dans la mesure où elles permettent de réintroduire de façon moderne et attrayante la traduction dans les salles de classe.

Contacts :

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website