Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 9 octobre 2014

UE-Jordanie: un nouveau partenariat pour une meilleure gestion de la mobilité et de la migration

L’Union européenne et la Jordanie ont officiellement scellé aujourd’hui un partenariat pour la mobilité. Mme Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures, M. Nasser Judeh, ministre jordanien des affaires étrangères, et les ministres chargés de la migration dans les douze États membres de l’UE participant à ce partenariat (Chypre, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Portugal, Roumanie, Espagne et Suède) ont signé une déclaration conjointe établissant le cadre d’une future coopération dans le domaine de la migration et de la mobilité.

«C’est une étape importante sur la voie d’une coopération approfondie entre l’UE, ses États membres et la Jordanie. Notre partenariat vise à rapprocher les citoyens européens et jordaniens. L’Union et la Jordanie intensifieront leurs efforts pour mieux prévenir la traite des êtres humains et le trafic des migrants, tout en ouvrant la voie au lancement de négociations sur un accord visant à simplifier les procédures de délivrance de visas Schengen aux ressortissants jordaniens. Le partenariat soutiendra également les efforts remarquables que consent la Jordanie pour offrir stabilité et refuge dans la région», a déclaré la commissaire Malmström, en marge du Conseil «Affaires intérieures» se tenant à Luxembourg.

En concluant ce partenariat, l’UE et la Jordanie conviennent de faire en sorte que la circulation des personnes soit gérée le plus efficacement possible, en prévoyant des actions concrètes pour améliorer davantage encore la gestion de la migration, de l’asile et des frontières. Un des éléments fondamentaux du partenariat consiste à intensifier les efforts déployés pour retirer tous les avantages potentiels de la migration et les mettre en lien avec le développement.

Des mesures devraient aussi être prises pour mieux informer les citoyens jordaniens qualifiés des possibilités d’emploi, d’études et de formation dans l’Union et pour faciliter la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et universitaires.

Parallèlement à l’ouverture de négociations en vue d’un accord de réadmission des migrants en situation irrégulière, l’Union et la Jordanie entameront des négociations portant sur un accord visant à faciliter la délivrance des visas.

La Jordanie témoigne d’un véritable sens des responsabilités et d’un réel engagement en faveur de la paix, de la démocratie et des droits de l’homme dans la région. L’effort remarquable qu’elle consent pour atténuer les répercussions de la tragédie humanitaire en Syrie mérite le soutien sans réserve de l’UE.

Par ailleurs, le partenariat devrait également aider la Jordanie à améliorer sa capacité d’accueil des personnes ayant besoin d’une protection internationale. Les actions qui seront entreprises à cet effet s’appuieront ou s’aligneront sur les actions programmées dans le cadre du programme régional de développement et de protection au Moyen-Orient (Jordanie, Liban, Iraq) récemment lancé.

Contexte et chiffres clés

En décembre 2012, l’Union et la Jordanie ont engagé un dialogue sur la migration, la mobilité et la sécurité et elles ont achevé en juin de cette année leurs négociations sur la déclaration politique relative à leur partenariat pour la mobilité.

Le partenariat pour la mobilité conclu avec la Jordanie est le premier établi avec un pays de la région du Moyen-Orient. Il fait suite aux partenariats signés avec d’autres États riverains de la Méditerranée (à savoir le Maroc en juin 2013 et la Tunisie en mars 2014). Des partenariats existent également avec la République de Moldavie et le Cap-Vert (2008), avec la Géorgie (2009), avec l’Arménie (2011) et avec l’Azerbaïdjan (2013).

Ces instruments constituent un cadre flexible, juridiquement non contraignant, pour la bonne gestion de la circulation des personnes entre l’UE et un pays tiers. Ils s’inscrivent dans le cadre de l’approche globale de la question des migrations qui a été élaborée par l’UE ces dernières années (IP/11/1369 et MEMO/11/800).

Les ressortissants jordaniens doivent être munis d’un visa pour se rendre dans l’espace Schengen.

En 2013, 41 940 demandes de visas Schengen ont été déposées auprès de consulats d’États Schengen en Jordanie (contre 39 672 en 2012). L’Allemagne a reçu le plus de demandes (8 426), suivie de la France (6 288) et de l’Espagne (5 297).

Il ressort de données sur les titres de séjour fournies par Eurostat que près de 21 000 ressortissants jordaniens résidaient légalement dans l’UE à la fin de 2012, en particulier en Allemagne (6 168), au Royaume-Uni (3 625) et en Italie (2 922).

Liens utiles

Déclaration conjointe établissant le partenariat entre l’UE et la Jordanie

Site web de Cecilia Malmström

Suivez la commissaire Malmström sur Twitter

Site web de la DG Affaires intérieures

Suivez la DG Affaires intérieures sur Twitter

Contacts:

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)

Pour le grand public: Europe Direct par téléphone, au 00 800 6 7 8 9 10 11, ou par courriel


Side Bar