Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 2 octobre 2014

Concurrence: la Commission publie les résultats d'une étude sur la vente au détail de produits alimentaires

La Commission européenne a publié les résultats d’une étude approfondie sur l’évolution du choix et de l’innovation en ce qui concerne les produits alimentaires en Europe au cours de la dernière décennie. Ces résultats montrent que l’entrée de nouveaux concurrents sur le marché accroît toujours le choix et l’innovation. Dans de nombreux États membres, les marchés de la distribution sont modérément concentrés et le pouvoir de négociation des distributeurs ne semble pas avoir d'incidence négative sur le choix et l’innovation. Enfin, si le choix offert aux citoyens européens dans les magasins n’a cessé d’augmenter depuis 2004, le nombre d’innovations qui atteignent chaque année les consommateurs a diminué depuis 2008, en grande partie en raison de la crise économique. La Commission invite à présent les parties prenantes à présenter leurs observations sur les résultats de l’étude.

Joaquín Almunia, vice-président de la Commission chargé de la concurrence, a déclaré à ce sujet: «Les citoyens européens devraient avoir accès à des aliments de qualité à des prix raisonnables. Au cours des cinq dernières années, les parties intéressées ont soulevé un grand nombre de questions sur le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Nous avons besoin d'éléments concrets pour évaluer les préoccupations exprimées, notamment en ce qui concerne l’impact du pouvoir de négociation et des marques de distributeurs. Cette étude fournit des indications intéressantes et prépare les travaux futurs dans ces domaines.»

À la suite des préoccupations exprimées à plusieurs reprises par diverses parties prenantes, la Commission a mené une étude globale sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire en Europe. Les principaux résultats de cette étude sont décrits ci‑après.

Évolution de la concentration, du choix et de l’innovation

Au niveau local, le choix des consommateurs n’a cessé de croître au cours de la dernière décennie quant au nombre de magasins, aux produits, aux fabricants de produits de marque et aux tailles de conditionnement proposées dans les magasins. Toutefois, le nombre d’innovations qui atteignent le consommateur chaque année a diminué de 6,5 % depuis 2008. En 2004, l’innovation a essentiellement consisté en des produits innovants et des extensions de gamme (par exemple, de nouveaux arômes), alors qu’en 2012, environ un tiers des innovations concernait uniquement le conditionnement des produits.

La concentration des fabricants de produits de marque au niveau national a augmenté dans la plupart des catégories de produits sur lesquelles l'étude a porté. La concentration de la distribution dans son ensemble (c’est-à-dire la distribution moderne et les magasins de détail traditionnels) a augmenté dans pratiquement tous les États membres, essentiellement en raison de la pénétration accrue des distributeurs modernes (supermarchés, hypermarchés et magasins discount disposant d'un système de distribution centralisée utilisant la logistique moderne). La concentration des distributeurs modernes à eux seuls a augmenté dans certains États membres et diminué dans d’autres. Au niveau local, la concentration des distributeurs modernes semble avoir légèrement reculé en moyenne, car les principales chaînes ont mutuellement pénétré leurs marchés locaux.

Les moteurs du choix et de l'innovation

Les principaux moteurs du choix et de l’innovation ont été la taille et le type de magasins, ainsi que l’environnement économique (PIB/habitant et niveau de chômage dans la région). En outre, plus le chiffre d’affaires dans une catégorie de produits est élevé, plus le choix y est large (et, dans une moindre mesure, plus l’innovation y est importante). L’ouverture d’un nouveau magasin conduit les magasins concurrents à proposer plus de choix et d’innovation dans leurs rayons. Cela conforte les efforts déployés par la Commission en vue de diminuer les restrictions inutiles à la création de nouveaux magasins de vente au détail (voir IP/13/78).

Dans les marchés de distribution modérément concentrés, le pouvoir de négociation plus important des distributeurs vis-à-vis des fournisseurs ne semble pas conduire à une réduction du choix et de l’innovation en ce qui concerne les produits alimentaires. Le manque de données a empêché les auteurs de l'étude d'analyser des situations de forte concentration de la distribution moderne (telles que celles qui existent dans les pays nordiques et les pays baltes). En outre, la part des marques de distributeurs dans l’assortiment n’a pas d’incidence significative tant qu'elle n'atteint pas un niveau élevé (qui varie en fonction de la catégorie); ce n'est qu'à partir de ce niveau qu'elle peut devenir préjudiciable au choix et à l’innovation.

Suivi

La Commission attend avec intérêt les points de vue et observations des parties intéressées par l’étude, ses résultats et son suivi éventuel. Toutes les contributions doivent être adressées à COMP-E-TF-FOOD@ec.europa.eu, de préférence avant le 30 janvier 2015.

Contexte

La Commission a reçu des plaintes émanant d'opérateurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire et le Parlement européen lui a demandé à plusieurs reprises d'étudier les conséquences de la concentration au sein de cette chaîne. Les plaignants affirment que de grands opérateurs, notamment les grands distributeurs modernes, imposent des conditions souvent préjudiciables à leurs fournisseurs et que, de ce fait, ceux-ci ne sont pas en mesure d’investir dans de nouveaux produits. Cela se traduirait, pour les consommateurs européens, par une limitation du choix et de l’innovation en ce qui concerne les produits alimentaires.

En décembre 2012, la Commission a donc lancé une vaste étude sur le secteur de la distribution moderne (voir IP/12/1356) pour mesurer la façon dont le choix et l’innovation proposés aux consommateurs dans les rayons ont évolué au cours de la dernière décennie. L’étude mesure aussi l’évolution d’un certain nombre de facteurs ayant une incidence sur les marchés et tente de déterminer lequel de ces facteurs s'est révélé être un moteur de choix et d’innovation. L’étude a été réalisée par un consortium composé d'Ernst & Young, d'Arcadia International et de Cambridge Econometrics.

Cette étude est l’une des premières à avoir un tel objet et à être axée sur des données empiriques, en mesurant le choix et l’innovation dont disposent les consommateurs dans plus de 300 magasins au sein d'un large échantillon d'États membres de l’Union européenne (9), sur une longue période (2004-2012) et pour une grande diversité de catégories de produits (23). Une grande quantité de données (11 millions d’enregistrements au total) ont ainsi été recueillies. L’échantillon étudié est représentatif d'un large éventail de situations au niveau local en Europe, en termes de types de zone (zones rurales et urbaines) et de richesse. Il couvre également une large palette de situations de concentration de fabricants de produits de marque au niveau national, ainsi qu’un large éventail de situations de déséquilibre entre distributeurs et fournisseurs. L’échantillon étudié comprend des pays où le secteur de la distribution moderne n’est que légèrement ou modérément concentré, mais n’inclut pas de pays où ce secteur est très concentré (c’est-à-dire les pays nordiques et les pays baltes), parce qu'aucune donnée n’était disponible à l'échelle de la distribution locale dans ces pays.

Contacts:

Antoine Colombani (+32 2 297 45 13)

Marisa Gonzalez Iglesias (+32 2 295 19 25)


Side Bar