Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE

Commission européenne

communiqué de presse

Bruxelles, le 18 octobre 2013

Environnement: la pollution de l’eau diminue, mais beaucoup reste à faire

La pollution de l’eau par les nitrates a diminué en Europe au cours des deux dernières décennies, mais la pression exercée par le secteur agricole met toujours en danger les ressources en eau. Le dernier rapport sur la mise en œuvre de la directive «Nitrates» révèle que les concentrations de nitrates sont en légère diminution tant dans les eaux de surface que dans les eaux souterraines, et que les pratiques agricoles durables sont plus répandues. Bien que la tendance générale soit positive, la pollution par les nitrates et l’eutrophisation ‑ croissance excessive des mauvaises herbes et des algues qui étouffe la vie dans les cours d’eau et les mers ‑ posent encore problème dans de nombreux États membres, et d'autres actions supplémentaires seront nécessaires pour parvenir à un bon état des eaux de l'Union dans des délais raisonnables.

M. Janez Potočnik, membre de la Commission européenne chargé de l'environnement, a déclaré à ce propos: «Je suis très heureux de constater que les efforts entrepris de longue date pour réduire la pollution de l'eau par les nitrates portent leurs fruits. Mais il reste énormément à faire pour que les eaux européennes soient dans un bon état d'ici à 2015. Les nitrates exercent une forte pression sur la biodiversité et sur les eaux et les terres dont dépendent notre agriculture et nos activités économiques. Nous devons redoubler d’efforts pour garantir de nouvelles réductions significatives des rejets de nutriments. Pour y parvenir, il faut gérer le cycle des nutriments de manière plus durable et plus efficace sur le plan des ressources. Les engrais, en particulier, doivent être utilisés plus efficacement. Plus nous tarderons à agir, plus le coût pour l’économie et l’environnement sera élevé

Dans certains domaines, le secteur agricole exerce une pression toujours plus importante sur la qualité de l’eau, certaines pratiques agricoles intensives étant lourdement dépendantes des engrais, ce qui a pour effet de détériorer localement la qualité de l'eau. Le pourcentage des eaux polluées par les nitrates et des eaux eutrophes est toujours très élevé dans certains États membres et dans certaines régions. En ce qui concerne les eaux souterraines, c'est en Allemagne et à Malte que les problèmes sont les plus graves, tandis que pour les eaux de surface, c'est à Malte, au Royaume-Uni et en Belgique que la situation est la plus critique. En Europe, près de quatre lacs sur dix souffrent d’eutrophisation, les eaux douces des Pays-Bas étant les plus fortement touchées, avec un taux atteignant 100 %.

Les mesures nationales, telles que la fertilisation équilibrée et la gestion durable du fumier, qui visent à donner la quantité adéquate de substances nutritives aux cultures, continuent de s’améliorer. Toutefois, dans des secteurs comme la production horticole, les agriculteurs ne sont toujours pas suffisamment encouragés à diminuer l’utilisation des engrais à base de nitrates. Le rapport a mis en évidence les nouvelles cultures énergétiques, le secteur de la production de biogaz, l’intensification de la production animale et l’horticulture comme étant des domaines délicats, qui requerront à l'avenir une plus grande attention et dans lesquels des mesures renforcées devront être prises.

En outre, les programmes de formation et les campagnes de sensibilisation organisés par les États membres pour souligner la nécessité de prendre des mesures de protection des eaux au niveau de l’exploitation ont permis de mieux cerner le problème.

Contexte

Des concentrations excessives de nitrates provenant des effluents d’élevage, notamment de porcins, de bovins et de volailles, ainsi que de la fertilisation des cultures, se retrouvent dans les eaux, ce qui provoque la prolifération d’algues, perturbe les écosystèmes aquatiques, engendre une pollution atmosphérique et menace la biodiversité. Cette situation met en danger la santé humaine notamment en raison de la pollution de l’eau potable, et a des incidences économiques étant donné qu'elle entrave les services écosystémiques fournis par les masses d’eau. Il y a plus de 20 ans, l’Union a reconnu le problème en adoptant la directive «Nitrates», qui vise à promouvoir les bonnes pratiques agricoles en Europe en réduisant la pollution de l’eau par les nitrates à partir de sources agricoles.

La directive est en vigueur depuis 1992 et, malgré le fait qu’elle soit bien établie dans les États membres, sa mise en œuvre pleine et entière pose toujours problème dans certains d'entre eux. Des procédures d’infraction sont en cours contre six États membres (la Bulgarie, la France, la Grèce, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie).

Les dernières évaluations relatives à la mise en oeuvre de la directive-cadre sur l'eau, ainsi que des études menées dans le cadre de conventions internationales montrent que les sources diffuses de pollution sont le principal obstacle à l'obtention d'un bon état des eaux dans l'Union. Pour cette raison, le récent «plan d'action pour la sauvegarde des ressources en eau de l'Europe» précise que la directive «Nitrates» est l'une des mesures clés pour atteindre les objectifs de la directive-cadre sur l'eau.

Pour plus d'informations:

Lien vers le rapport: http://ec.europa.eu/environment/water/water-nitrates/reports.html

Voir également:

http://ec.europa.eu/environment/water/water-nitrates/

Personnes de contact:

Joe Hennon (+32 2 2953593)

Monica Westeren (+32 2 2991830)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site