Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 2 octobre 2013

Emploi et situation sociale dans l’Union européenne: le réexamen trimestriel met en lumière la fragilité de la reprise économique et des disparités persistantes à l’intérieur de l’Union économique et monétaire

Une reprise économique fragile commence peut-être à s’installer dans l’Union européenne, mais des différences persistent d’un pays à un autre, notamment dans la zone euro: voilà ce qui ressort du dernier réexamen trimestriel de la situation sociale et de l’emploi par la Commission européenne. Le réexamen montre aussi que le marché du travail et les conditions sociales restent dans un état critique et qu’une croissance inclusive demandera des investissements stratégiques et des réformes structurelles supplémentaires.

La Commission s’est employée à résoudre ces différences avec le «paquet emploi» d’avril 2012, avec des recommandations spécifiques par pays pour lutter contre la segmentation des marchés du travail, en favorisant des réformes fiscales en faveur de l’emploi, en garantissant des services publics de l’emploi plus efficaces, en adaptant l’éducation et la formation aux besoins des employeurs, avec la garantie pour la jeunesse, avec des équipes d’action destinées à aider les États membres à recentrer les dépenses du Fonds structurel de l’Union européenne sur le chômage des jeunes et avec des mesures visant à faciliter la libre circulation des travailleurs, telles que la réforme du réseau de recherche d’emploi EURES. Ces mesures seront complétées par le développement de la dimension sociale de l’Union économique et monétaire grâce à une surveillance et à une évaluation améliorées des emplois potentiels et des déséquilibres sociaux, thèmes qui font l’objet d’une communication que la Commission doit adopter le 2 octobre.

Le commissaire européen à l’emploi, aux affaires sociales et à l’inclusion, M. László Andor, a déclaré: «L’autosatisfaction n’est pas de mise. Trop de gens subissent les terribles conséquences sociales de la crise. Nous devons augmenter l’investissement social et renforcer le soutien à la création d’emplois. Pour que la reprise soit durable, de nouveaux progrès dans la réforme de l’Union économique et monétaire s’imposent; il faut, entre autres, accorder une attention accrue à l’emploi et aux problèmes sociaux et mieux coordonner les politiques sociales et les politiques de l’emploi. Nous devons être capables de détecter très tôt les principaux défis en matière d’emploi et d’affaires sociales et d’y répondre pour ne pas laisser les disparités s’accentuer en Europe.»

Malgré les signes d’une timide reprise, le réexamen trimestriel montre que l’état du marché du travail et la situation sociale restent très préoccupants:

  1. le taux de chômage des jeunes a atteint des niveaux sans précédent: 23 % en moyenne dans l’ensemble de l’Union et 63 % en Grèce;

  2. le chômage de longue durée a augmenté dans la plupart des États membres et a atteint un taux record pour l’ensemble de l’Union. Le chômage structurel et l’inadéquation, aussi bien quantitative que qualitative, entre l’offre et la demande d’emplois ont augmenté;

  3. la suppression nette d’emplois est allée de pair avec une précarisation du travail: le nombre d’emplois à temps partiel – et notamment à temps partiel forcé – a augmenté, bien que la part des contrats temporaires, lesquels ont subi de plein fouet les effets de la contraction, ait diminué dans l’Union.

  4. la pauvreté a augmenté dans l’Union depuis 2007. Les revenus des ménages diminuent et 24,2 % de la population de l’Union sont aujourd’hui menacés de pauvreté ou d’exclusion. Les enfants sont particulièrement touchés, car le chômage et le nombre de ménages sans emploi ont augmenté, de même que le nombre de travailleurs pauvres.

Des investissements et des réformes sociales supplémentaires sont nécessaires

Les politiques actives en faveur du marché du travail, telles que les aides à l’embauche, l’allègement de la fiscalité sur les bas salaires, l’aide personnalisée à la recherche d’un emploi et la formation, jouent un rôle déterminant en ce début de reprise pour aider les citoyens à trouver un travail et empêcher les chômeurs de longue durée et les personnes terminant leurs études d’abandonner la recherche d’un emploi. Plus le nombre de personnes au travail est grand, plus la contribution à l’équilibre budgétaire est importante et plus les ménages peuvent dépenser, ce qui permet à la reprise de la production économique de se poursuivre.

Des efforts particuliers doivent être déployés pour donner corps à la garantie pour la jeunesse, adoptée par le Conseil des ministres de l’Union en avril 2013 et approuvée par le Conseil européen des 27 et 28 juin. Pour de nombreux pays, cela supposera des réformes structurelles, telles que la consolidation des services publics de l’emploi, grâce à l’établissement de partenariats solides entre les autorités publiques chargées de l’emploi et de l’éducation, et de nouveaux investissements dans les programmes de formation et d’apprentissage. Les États membres sont tenus de présenter au cours des prochains mois leurs plans pour transposer la «garantie pour la jeunesse» dans la réalité.

De plus, les États membres devraient continuer à moderniser leur système national de protection sociale pour accroître l’efficacité des ressources disponibles et obtenir un effet maximal en matière d’inclusion sociale et économique. Ces systèmes devraient répondre aux besoins des personnes qui se trouvent à un moment charnière de leur vie. La Commission a donné des orientations pour améliorer l’investissement social dans son train de mesures sur les investissements sociaux de février 2013, qui inclut des recommandations spécifiques pour lutter contre la pauvreté des enfants et venir à bout de la situation des sans-abri (IP/13/125, MEMO/13/117, MEMO/13/118).

Les disparités dans la zone euro nuisent à l’Union économique et monétaire

Le dernier rapport trimestriel met en évidence des différences constantes d’un pays à un autre, notamment dans la zone euro:

  1. les taux de chômage dans le Sud et à la périphérie de la zone euro ont atteint une moyenne de 17,3 % en 2012, contre 7,1 % dans le Nord et au centre de ladite zone;

  2. le taux moyen de jeunes ne travaillant pas et ne suivant ni études ni formation a atteint 22,4 % dans le Sud et à la périphérie, contre 11,4 % dans le Nord et au centre;

  3. la pauvreté a augmenté dans deux tiers des États membres, mais non dans le dernier tiers.

Les différences économiques et sociales constituent un défi majeur pour l’Union économique et monétaire. De mauvais résultats sur le marché du travail et dans le domaine social nuisent aux États membres directement concernés, certes, mais ils font aussi ressentir leurs effets sur les pays qui s’en sortent mieux, sous la forme d’une diminution de la demande globale, d’une baisse de la productivité et d’une hausse des taux d’intérêt liée à l’instabilité politique, et d’une perte de confiance en l’euro et en l’Union européenne.

Pour que l’Union économique et monétaire soit solide et ait une dimension sociale, il convient d’améliorer la surveillance et l’évaluation des principaux déséquilibres qui pourraient menacer la situation sociale et l’emploi dans les États membres. Cela pourrait être associé à un renforcement de la coordination des politiques sociales et des politiques pour l’emploi afin de garantir qu’une réponse efficace sera apportée en temps voulu à ces difficultés, dans l’intérêt de toute l’Union économique et monétaire. La recommandation relative à la «garantie pour la jeunesse» et l’accord sur une initiative pour l’emploi des jeunes dotée d’un budget de 6 milliards d’euros sont des exemples d’actions collectives autour de la résolution d’un problème de taille sur le double plan de l’emploi et de la situation sociale, problème qui frappe de façon disproportionnée certaines parties de l’Union économique et monétaire.

Ces questions sont traitées dans la communication sur la dimension sociale de l’Union économique et monétaire adoptée par la Commission le 2 octobre – voir IP/13/893.

Pour de plus amples informations

Réexamen trimestriel de l’emploi et de la situation sociale

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=1044&newsId=1807&furtherNews=yesPaquet investissements sociaux

Paquet emploi jeunes

Paquet emploi

Analyse de l'emploi et de la situation sociale

Site web de László Andor

Rejoignez László Andor sur Twitter

Recevez gratuitement le bulletin d’informations électroniques de la Commission européenne en vous inscrivant ici: bulletin d’information sur l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion

Mots-dièse proposés: #EconomicRecovery #eurozone #emu

Responsables:

Jonathan Todd (+32 22994107)

Cécile Dubois (+32 22951883)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site