Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Annonce des lauréats du Prix de littérature 2013 de l’Union européenne à la foire du livre de Göteborg

Commission Européenne - IP/13/877   26/09/2013

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR

Commission européenne

Communiqué de presse

Göteborg/Bruxelles, le 26 septembre 2013

Annonce des lauréats du Prix de littérature 2013 de l’Union européenne à la foire du livre de Göteborg

Les lauréats du Prix de littérature 2013 de l’Union européenne, qui récompense les meilleurs talents émergents en Europe, ont été annoncés aujourd’hui à l'ouverture de la foire du livre de Göteborg, en Suède, par Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse. Les lauréats de cette année sont: Isabelle Wéry (Belgique), Faruk Šehić (Bosnie-Herzégovine), Emilios Solomou (Chypre), Kristian Bang Foss (Danemark), Meelis Friedenthal (Estonie), Lidija Dimkovska (ancienne République yougoslave de Macédoine), Katri Lipson (Finlande), Marica Bodrožić (Allemagne), Tullio Forgiarini (Luxembourg), Ioana Pârvulescu (Roumanie), Gabriela Babnik (Slovénie) et Cristian Crusat (Espagne). De plus amples informations sur les auteurs et les livres primés sont disponibles ci-dessous.

«J'adresse mes plus chaleureuses félicitations à tous les lauréats de cette année. Le Prix de littérature de l’Union européenne attire l’attention internationale sur des talents fantastiques, nouveaux ou émergents, qui, sans cela, ne bénéficieraient peut-être pas de la reconnaissance à laquelle ils peuvent prétendre en dehors de leur pays d'origine. En plus d'aider ces écrivains à toucher de nouveaux publics, notre objectif est de présenter aux lecteurs une nouvelle littérature européenne de très grande qualité et de leur offrir un plus grand choix. Cela peut aussi contribuer à long terme à créer un véritable public européen, avec près d’un demi-milliard de lecteurs potentiels. Notre nouveau programme de financement «Europe créative» nous permettra de soutenir davantage les coûts de traduction des livres et de renforcer la diversité culturelle», a déclaré Mme Vassiliou.

Chaque lauréat reçoit 5 000 €. Plus important, leurs éditeurs sont encouragés à demander des fonds de l'UE afin de faire traduire les livres primés dans d’autres langues européennes. Le Prix de littérature de l’Union européenne est ouvert aux 37 pays participant au programme «Culture» en cours de l'UE (soit les 28 États membres de l’Union, ainsi que l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, l'Islande, le Liechtenstein, l’ancienne République yougoslave de Macédoine, le Monténégro, la Norvège, la Serbie et la Turquie). Chaque année, les jurys nationaux d'un tiers de ces pays désignent les auteurs gagnants, afin que tous les pays soient représentés sur une période de trois ans.

Les lauréats de cette année recevront leur prix lors d’une cérémonie qui se tiendra le 26 novembre à Bruxelles, en présence de MmeVassiliou et de personnalités des mondes de la littérature, de la culture et de la politique. La compétition est organisée par la Commission européenne, conjointement avec la Fédération européenne et internationale des libraires (EIBF), la Fédération des associations européennes d'écrivains (EWC) et la Fédération des éditeurs européens (FEP).

John Mc Namee, président de l'EIBF, a déclaré: «Une fois encore, je suis ravi de découvrir de nouveaux talents et je tiens à adresser mes plus chaleureuses félicitations à tous les lauréats de cette année. Les libraires sont heureux que le prix de l'UE soutienne la littérature par-delà les frontières et ils se réjouissent d'offrir aux lecteurs plus de choix, plus de livres et plus de littérature européenne.»

Pirjo Hiidenmaa, président de l'EWC, a pour sa part tenu les propos suivants: «L'Europe a besoin d'histoires et de conteurs et la demande de livres portant sur des sujets intemporels est intarissable. Les écrivains stimulent de manière vitale les esprits et les langues, et seul le changement permet aux cultures de rester vivantes; par conséquent, c'est toujours une joie de célébrer de nouvelles voix de la littérature grâce auxquelles la culture continue de s'étendre et d'évoluer.»

«Je suis très heureux que notre organisation prenne une part aussi active au prix de littérature de l'Union européenne, qui nous permet de découvrir de nouveaux mondes, de nouvelles cultures, avec les œuvres de ces talentueux lauréats. J'espère que les lauréats de 2013 pourront bénéficier d'autant de traductions qu'ils le méritent; c'est un moyen formidable de célébrer la diversité de l'Europe, une valeur que nous devrions chérir en ces temps de crise», a ajouté Piotr Marciszuk, président de la FEP.

La Roumanie sera mise à l'honneur lors de la foire du livre de Göteborg de cette année. Ce matin, Mme Vassiliou a participé à la cérémonie d'ouverture en présence de Mircea Cărtărescu, poète, romancier et essayiste roumain de renom.

L'Europe aime lire

Après une conférence de presse (12h15), la commissaire participera également à un événement s'inscrivant dans le cadre de sa campagne de lutte contre l'illettrisme intitulée «L'Europe aime lire». Elle rencontrera de jeunes élèves de l'école internationale de Göteborg (Internationella Engelska Skolan), qui liront des extraits de leurs livres préférés. Dans l'Union européenne, un jeune sur cinq âgé de 15 ans et de nombreux adultes ne lisent pas correctement. La campagne vise à sensibiliser le public à l'illettrisme en Europe et à promouvoir le plaisir de la lecture. Mme Vassiliou prend régulièrement part à des séances de lecture auxquelles participent des enfants, des adolescents et des adultes. Les événements destinés aux enfants ont souvent une dimension multilingue, afin de les encourager à lire à voix haute dans différentes langues et de mettre en évidence l’importance de la diversité linguistique.

Contexte

La Commission européenne investit 3 millions € par an dans la traduction littéraire et consacre plus de 2,4 millions € à des projets de coopération intéressant le secteur de l’édition. Celui-ci contribue à hauteur de 23 milliards € au PIB européen et emploie 135 000 personnes à temps plein. Le livre est le deuxième bien culturel de l’Union européenne le plus exporté, après les œuvres d’art et les antiquités.

Depuis la création du Prix européen de littérature en 2009, le programme Culture de l'UE a financé la traduction d'ouvrages de 43 lauréats dans 20 langues différentes, pour un nombre total de 149 traductions. Les lauréats bénéficient également d’une visibilité supplémentaire aux grandes foires européennes du livre, notamment à Francfort, à Londres, à Göteborg, ainsi qu’au festival Passa Porta à Bruxelles.

L'édition constitue une part importante des secteurs culturel et créatif, qui représentent jusqu’à 4,5% du PIB de l’UE et plus de 8 millions d'emplois. Bien que ces secteurs aient relativement bien résisté à la crise, ils sont également confrontés à des défis considérables, induits par le passage au numérique, la mondialisation, et la fragmentation culturelle et linguistique des marchés.

En janvier 2014, la Commission lancera le nouveau programme «Europe créative», qui vise à renforcer la compétitivité des secteurs de la culture et de la création et à promouvoir la diversité culturelle. Il est prévu que le nouveau programme soit doté d’un budget total de 1,3 milliard € pour la période 2014-2020, ce qui représente une augmentation de 9 % par rapport aux niveaux de financement actuels. Ce programme soutiendra financièrement la traduction de plus de 4 500 ouvrages et permettra également à 300 000 artistes et professionnels de la culture, ainsi qu’à leurs œuvres, de franchir les frontières et d’acquérir une expérience internationale.

Pour de plus amples informations:

Site web du prix: http://www.euprizeliterature.eu/

Portail de l'Union européenne consacré à la culture http://ec.europa.eu/culture

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Retrouvez Mme Androulla Vassiliou sur Twitter @VassiliouEU

Annexe: les auteurs primés et leurs œuvres

Isabelle Wéry

Belgique

Marilyn Désossée, Éditions Maelström, 2013

En plus d'être écrivain, la Liégeoise Isabelle Wery est actrice et directrice de théâtre. Elle a été sélectionnée trois fois pour le Prix de la Critique de Théâtre belge, qu'elle a remporté en 2008 avec sa pièce La tranche de Jean-Daniel Magnin.

Parmi ses œuvres précédentes figurent le roman Monsieur René, une biographie imaginaire de l'acteur belge René Hainaux, et Saisons culottes amis (Yvette’s Poems). En 2013, sa nouvelle Skaï a été publiée dans Feuilleton, une collection publiant des auteurs belges.

Marilyn Désossée est un road-movie sous forme de roman. Marilyn Turquey, le personnage principal, a toujours été fascinée par les rencontres romantiques et intimes. Mais quelle est cette chose improbable qui réunit deux êtres? L'exploration de Marilyn ne connaît pas de limites, elle cherche à découvrir chaque recoin de l'existence.

Faruk Šehić

Bosnie-Herzégovine

Knjiga o Uni / Le Livre de l'Una, Buybook d.o.o., 2011

Faruk Šehić est né en 1970 à Bihac. Il a grandi à Bosanska Krupa, dans l'ancienne Yougoslavie. Il étudiait la médecine vétérinaire à Zagreb lorsque la guerre a éclaté en 1992. Âgé alors de 22 ans, il a intégré volontairement l'armée de Bosnie-Herzégovine, dans laquelle il a dirigé une unité de 130 hommes. Après la guerre, il a étudié la littérature et depuis 1998, il écrit ses propres œuvres. Il est considéré par les critiques comme l'un des jeunes écrivains les plus doués de la région, un talent phare de la «génération renversée».

Knjiga o Uni raconte l'histoire d'un homme qui tente de surmonter un traumatisme résultant de la guerre en Bosnie-Herzégovine, de 1992 à 1995. Le roman couvre trois périodes: une enfance insouciante passée près d'une magnifique rivière traversant une petite ville bosnienne, l'époque de la guerre, et enfin les efforts déployés par cet homme pour mener une vie normale dans une ville et un pays détruits. Le livre est dédié à toutes celles et ceux qui croient au pouvoir et à la beauté de la vie face à la mort et à la destruction de masse. Parallèlement à l'intrigue principale, les passages du livre décrivant la rivière Una prennent une dimension mythique et onirique.

Chypre

Emilios Solomou

Hμερολóγιο μιας απιστίας / Le journal d'une infidélité, Psichogios Publications SA, 2012

Emilios Solomou est né en 1971 à Nicosie et a grandi dans le village de Potami. Il a étudié l'histoire et l'archéologie à l'université d'Athènes. Il a également étudié le journalisme à Chypre et a travaillé pour un quotidien pendant plusieurs années. Il enseigne aujourd'hui le grec et l'histoire dans une école secondaire.

L'un des ses précédents romans, Une hache dans tes mains, a remporté le Prix national chypriote de littérature. Il a également écrit de nombreuses nouvelles, qui ont été publiées dans des revues littéraires.

Le journal d'une infidélité est un roman sur le temps, la destruction, la mémoire et l'amour. Yiorgos Doukarelis est un archéologue et professeur qui retourne sur une île 20 ans après les fouilles qui l'ont rendu célèbre - la découverte de la dépouille d'une jeune femme enceinte assassinée il y a 5 000 ans. À l'époque, il a une liaison avec l'une de ses étudiantes dénommée Antigone, qu'il épousera plus tard après avoir divorcé de sa femme. Son retour sur l'île a lieu six mois après la mystérieuse disparition d'Antigone. Yiorgos se met à explorer les liens secrets qui le lient à ces trois trois femmes dans sa vie, passant du présent au passé.

Danemark

Kristian Bang Foss

Døden kører audi / La mort roule en Audi, Gyldendal, 2012

Né en 1977, Kristian Bang Foss a d'abord étudié les mathématiques et la physique à l'université. En 2003, il a obtenu son diplôme à l'académie danoise des écrivains.

Son premier roman, Fiskens vindue (La fenêtre du poisson), a été publié en 2004 et a impressionné les critiques par son style et ses descriptions d'actions et d'occupations apparemment banales. Son deuxième roman s'intitule Stormen i 99 (La tempête de 99). Il dépeint avec un humour noir formidable un lieu de travail ordinaire qui devient l'épicentre de calomnies, de jeux de pouvoir et d'une série d'événements absurdes.

L'action de Døden kører audi / La mort roule en Audi se situe en 2008.

Asger vit avec sa compagne et sa fille à Copenhague et travaille pour une agence de publicité. À l'heure où le crédit bancaire commence à se tarir, Asger est licencié après avoir dirigé une campagne catastrophique. Il passe ses journées dans son fauteuil, prend du poids et se met à boire. Sa compagne le quitte, il emménage dans un appartement à Sydhavn et perd tout contact avec autrui. Six mois plus tard, il accepte un emploi d'assistant de vie d'un homme malade dénommé Waldemar, qui veut consulter un guérisseur au Maroc. Asger est sceptique, mais l'aide à trouver l'argent pour le voyage. Sur leur route à travers l'Europe, ils sont suivis par une Audi noire. Au fur et à mesure qu'ils se rapprochent du Maroc, leur voyage se transforme en course contre la mort.

Marica Bodrožić

Allemagne

Kirschholz und alte Gefühle / Le Merisier et les sentiments anciens, Luchterhand Literaturverlag, 2012

Marica Bodrožić est née en 1973 à Svib, en Croatie, en ex-Yougoslavie. Elle s'est installée en Allemagne à l'âge de dix ans. En plus d'écrire des essais, des romans et des poèmes, elle est traductrice littéraire, enseigne l'écriture créative et a réalisé un documentaire.

Dans Le Merisier et les sentiments anciens, Arjeta Filipo est une jeune femme arrachée à son pays d'origine après la guerre civile en ex-Yougoslavie. Lorsqu'elle s'installe chez elle, elle trouve quelques vieilles photos qui l'aident à comprendre des périodes de sa vie qui lui ont longtemps semblé obscures. Arjeta peut se séparer d'un grand nombre de choses, mais pas de la table de sa grand-mère. Assise à cette table dont elle a hérité dans son nouvel appartement à Berlin, elle regarde les photos et des souvenirs lui reviennent: c'est comme si la table en merisier révélait toutes les histoires dont elle aurait été le témoin au fil des ans.

Meelis Friedenthal

Estonie

Mesilased / Les abeilles, AS Varrak, 2012

Meelis Friedenthal, également né en 1973, est l'auteur d'une thèse de doctorat sur un traité philosophico-théologique du 13e siècle consacré à la vue et à la vision. Il est actuellement chercheur confirmé à la bibliothèque de l'université de Tartu, où il a également enseigné à la faculté de théologie et d'histoire. Le premier roman de Friedenthal (L'Âge d'or) a remporté la troisième place lors d'un concours national en 2004. L'année suivante, Nerissa a remporté un prix estonien de science-fiction. Il est également membre du comité éditorial du webzine Algernon, qui publie de la science-fiction, des actualités et des articles.

Mesilased relate les aventures de Laurentius Hylas, un étudiant qui quitte l'université de Leiden pour se rendre à l'académie Gustavo-Carolina à Tartu, en Livonie.

Tartu est une ville réputée pour ses muses, mais Laurentius n'y voit pourtant que des gens affamés et des taudis. De plus en plus mélancolique, il craint de revoir surgir les fantômes qui le hantent depuis son enfance. Laurentius entend un professeur parler des théories de médecine de Boyle et subit sur son conseil une petite saignée censée le guérir. Malheureusement, le remède ne fonctionne pas et la perte de sang lui fait perdre connaissance. Dans un accès de faiblesse, il aperçoit une fille qui a des yeux comme de l'or, comme du miel foncé, et une respiration ronflante. Elle fait des apparitions pendant la nuit et lui offre à manger. Plus tard, Laurentius découvre des événements étranges.

Lidija Dimkovska

Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM)

РЕЗЕРВЕН ЖИВОТ / Une vie en double, Ili-Ili, 2012

Lidija Dimkovska est née en 1971 à Skopje, en Macédoine. Elle est poétesse, romancière, essayiste et traductrice. Elle a étudié la littérature comparative à l'université de Skopje et effectué un doctorat en littérature roumaine à l'université de Bucarest. Elle a enseigné la langue et la littérature macédoniennes à Bucarest, ainsi que la littérature du monde à l'université de Nova Gorica, en Slovénie. Depuis 2001, elle vit à Ljubljana, en Slovénie, où elle est écrivain et traductrice free-lance de littérature roumaine et slovène (vers le macédonien). Elle publie de la poésie en langue macédonienne et anglaise pour la revue littéraire en ligne Blesok.

Une vie en double relate l'histoire de deux siamoises macédoniennes, Srebra et Zlata, et leur combat pour l'individualité, la vie privée et une vie qui leur appartient. L'histoire, qui est racontée par Zlata, commence un après-midi de juin 1984 dans la banlieue de Skopje et se termine le 18 août 2012 exactement au même endroit. Les personnages jouent au jeu de la bonne aventure, en décidant qui épousera qui, à quel âge, etc. Plus loin dans le roman, leurs prophéties se réalisent, mais de manière tragique. Au début, ce sont Srebra et Zlata qui jouent ce jeu; à la fin, c'est au tour des filles de Zlata, Marta et Marija, également jumelles. La boucle est bouclée: 28 ans à vivre, grandir, souffrir, aimer et détester. Le côté obscur qui entoure la séparation des siamoises fait écho à la dislocation de la Yougoslavie.

Katri Lipson

Finlande

Jäätelökauppias / Le marchand de glace, Tammi Publishers, 2012

Katri Lipson est née à Helsinki en 1965. Après l'école secondaire, elle a étudié la médecine en Suède et décroché un diplôme à l'école de médecine de l'université d'Uppsala en 1993. Depuis, elle pratique la médecine en Suède, en Afrique et en Finlande. Elle a toujours écrit, notamment des contes de fées, des nouvelles, des poèmes, des pièces et des romans. Son premier roman, Kosmonautti (Le cosmonaute), a été sélectionné pour le prix Finlandia en 2008 et a remporté le prix Helsingin Sanomat du premier roman de l'année. Son second roman, Jäätelökauppias (Le marchand de glace), a été publié en 2012. Elle vit avec sa famille à Vantaa, en Finlande.

Jäätelökauppias est une histoire enjouée et charmante qui se déroule principalement dans la Tchécoslovaquie des années 1940 et 1950, mais se poursuit également jusqu'à nos jours. Une équipe tourne un nouveau film. Le réalisateur veut travailler sans scénario. Le film est réalisé dans l'ordre chronologique, de sorte que les acteurs ne peuvent pas deviner ce que deviendront leurs personnages. Ils représentent et vivent en même temps les vies de leurs personnages, mais la vie de ces personnages de fiction peut-elle devenir plus réelle que la réalité proprement dite? Après tout, quelle est la différence entre une expérience réelle et une expérience inventée ou fictive? Dans ce roman, la vie est présentée comme une succession de détails et d'histoires, et le passé entretient un dialogue fascinant avec le présent.

Tullio Forgiarini

Luxembourg

Amok – Eng Lëtzebuerger Liebeschronik / Amok – Une histoire d'amour luxembourgeoise, Éditions Guy Binsfeld, 2011

Tullio Forgiarini est né en 1966 à Neudorf, au Luxembourg, de père italien et de mère luxembourgeoise. Il a étudié l'histoire à Luxembourg et à Strasbourg. Depuis 1989, il enseigne l'histoire, le latin et la géographie au lycée du Nord à Wiltz, au Luxembourg. Il est aussi très engagé dans l'aide aux enfants issus de milieux défavorisés. Forgiarini écrit des histoires sombres, principalement en langue française et inspirées par des romans et films de série noire. Ses œuvres ont été publiées dans des journaux, des magazines et des anthologies et il est l'auteur de plusieurs romans. Il est marié et vit à Luxembourg.

En 17 chapitres courts, Amok raconte la quête d'amour, de reconnaissance et de bonheur d'un adolescent qui se cherche une place dans la société. Employant souvent un langage cru, il décrit de façon convaincante l'isolement social, l'abandon, l'absence de perspective, les troubles du comportement et la violence gratuite qui prévalent aujourd'hui. Il explore des réalités quotidiennes souvent négligées dans les médias et le discours public. Le lecteur est plongé dans les mondes imaginaires, dépeints de manière astucieuse, du personnage principal, qui sont autant de tentatives vaines d'échapper à une réalité ingérable.

Ioana Pârvulescu

Roumanie

Viaţa începe vineri / La vie commence vendredi, Humanitas Publishing, 2009

Née à Brasov en 1960, Ioana Pârvulescu a obtenu son diplôme à la faculté des lettres de l'université de Bucarest en 1983. Depuis 1996, elle enseigne la littérature moderne dans cette même faculté. Sa thèse de 1999, intitulée Literary Prejudices: Comfortable Options in Interpreting Romanian Literature, lui a permis de décrocher un doctorat. Elle a assuré la coordination de la série Cartea de pe noptieră (Livre de chevet) aux éditions Humanitas et a travaillé en tant qu'éditrice au journal littéraire România literară. Elle est membre de l'association roumaine des écrivains et une membre fondatrice de la société de littérature comparative en Roumanie.

La vie commence vendredi est un voyage unique et charmant dans une époque révolue. Un jeune homme est découvert inanimé dans les faubourgs de Bucarest. Personne ne sait qui il est et chacun a une théorie différente sur ce qui lui est arrivé. Les histoires des différents personnages se tissent, chacune étroitement mêlée à la suivante, et mettent en lumière ce qui deviendra le personnage le plus important de tous: la ville de Bucarest. Nous pourrions dire en fait que c'est nous qui peuplons leur avenir. C'est également le cas de Dan Creţu, alias Dan Kretzu, un journaliste de l'époque actuelle projeté mystérieusement dans le passé, et ce suffisamment longtemps pour nous offrir un délicieux aperçu d'un monde lointain et presque oublié, mais toujours très présent dans nos cœurs.

Slovénie

Gabriela Babnik

Sušna doba / Saison sèche, Študenstska Založba, 2012

Gabriela Babnik est née en 1979 à Göppingen, en Allemagne. Après ses études à l'université de Ljubljana, elle a séjourné au Nigeria et effectué un mastère sur le roman nigérian moderne. Depuis 2002, elle rédige régulièrement des articles pour d'importants titres journaliers et hebdomadaires en Slovénie. En 2005, elle a obtenu un diplôme en littérature comparative et en théorie littéraire à l'université de Ljubljana.

Son premier roman Koža iz bombaža (Peau de coton), publié en 2007, a obtenu le Prix du meilleur premier roman de l'association des éditeurs slovènes. Son deuxième roman V visoki travi (Dans les hautes herbes) a fait partie de la sélection du prix Kresnik en 2010.

Saison sèche est le récit d'une histoire d'amour inhabituelle. Anna est une designer de 62 ans issue d'Europe centrale et Ismael un Africain de 27 ans qui a grandi dans la rue, où il a été souvent victime de sévices. Ils sont unis par leur solitude, une enfance tragique et la saison sèche de l'Harmattan, au cours de laquelle ni la nature ni l'amour ne peuvent s'épanouir. Anna comprend rapidement que le vide qui les sépare ne s'explique pas vraiment par leur couleur de peau différente ou leur différence d'âge, mais principalement par son appartenance à une culture occidentale dans laquelle elle a perdu ou abandonné les rôles prédéterminés de fille, épouse et mère. Le sexe ne fait pas oublier la solitude et les secrets refoulés du passé font surface dans un monde qu'elle perçoit comme beaucoup plus cruel, mais aussi comme beaucoup plus innocent, que le sien.

Cristian Crusat

Espagne

Breve teoría del viaje y el desierto / Une brève théorie du voyage et du désert, Editoriales

Pre-Textos, 2011

Cristian Crusat (né en 1983) est l'auteur d'Estatuas (2006), de Tranquilos en tiempo de guerra (2010) et de Breve teoría del viaje y el desierto (2011). En 2010, il a remporté le prix international Manuel Llano. Ses essais, traductions et articles sur la littérature comparative ont été publiés dans un vaste éventail de revues espagnoles et latino-américaines. En 2012, Crusat a publié et traduit El deseo de lo único. Teoría de la ficción, les essais critiques de l'écrivain français Marcel Schwob. Il enseigne l'espagnol et la littérature à l'étranger.

Les six histoires de Breve teoría del viaje y el desierto couvrent tout le spectre de l'expérience humaine. Elles nous embarquent dans un voyage autour du monde, des paysages arides de la côte méditerranéenne à l'œuvre du brillant auteur serbe, Milorad Pavić. Tous les personnages attendent, cherchent ou explorent la possibilité d'une révélation qui ne se manifeste jamais dans la paralysie de l'ici et maintenant. Et pourtant, ils semblent paradoxalement incapables d'entreprendre la moindre action efficace, sauf peut-être Lena, qui écrit en s'inspirant du monde fluctuant des rêves. Le destin ou la simple chance (un incident sans importance, quelqu'un qui s'évanouit sur une plage nudiste, un accident d'avion qui ne s'est jamais vraiment produit) peut néanmoins révéler en un éclair la réalité de l'isolement d'un personnage.

Contacts:

Dennis Abbott (+32 22959258); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 22959667)


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site