Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 13 septembre 2013

La Commission souligne les avantages de la connaissance des langues étrangères pour les étudiants et les entreprises britanniques

Selon la Commission européenne, il convient de prendre davantage de mesures pour encourager les jeunes britanniques à étudier les langues à l’école secondaire et à l’université. L’importance des langues étrangères est une évidence dans tous les pays de l’UE, étant donné que les entreprises entretiennent de plus en plus de relations internationales: plus de la moitié des échanges commerciaux du Royaume-Uni se font avec le reste de l’Europe, et les entreprises de ce pays ont besoin de personnel sachant parler la langue de leurs clients. La Commission insistera sur ce point lors d’une conférence qui se tiendra le mois prochain (le 18 octobre) à l’occasion de la foire des langues de Londres (London Language Show).

Les statistiques relatives à l’apprentissage des langues étrangères au Royaume-Uni présentent un tableau contrasté.

Depuis 2000, le nombre d’universités britanniques proposant des diplômes dans les deux langues les plus populaires a chuté de 30 % pour le français et de plus de 50 % pour l’allemand (le nombre de cursus étant passé de 105 à 70 pour le français et de 105 à 50 pour l’allemand). Le nombre de jeunes de 18 ans qui posent leur candidature en vue d’étudier les langues européennes a également diminué de près de 17 % depuis 2010, selon l’UCAS, l’organisme qui gère les admissions dans les établissements d’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Les résultats des examens de fin d’études secondaires (A level) d’août dernier font à nouveau apparaître une baisse du nombre d’inscrits pour le français et l’allemand, ces deux matières attirant moitié moins d’élèves qu’il y a dix ans.

Le tableau est moins sombre dans le premier cycle de l’enseignement secondaire: les chiffres du gouvernement britannique indiquent que le nombre d’élèves qui ont passé des examens de langues étrangères à la fin de ce cycle (GCSE) a augmenté de près de 16 % cette année, une hausse résultant en partie de l’introduction de l’outil de mesure des performances qu’est le «baccalauréat anglais» (English Baccalaureate). Selon les experts, cette hausse aura une incidence importante sur le nombre de jeunes qui étudieront les langues au cours du deuxième cycle de leurs études secondaires et à l’université à l’avenir. Autre source d’optimisme, à partir de septembre 2014, l’enseignement des langues dans les écoles primaires anglaises sera obligatoire dès l’âge de 7 ans.

La conférence organisée par la Commission à l’occasion de la foire des langues de Londres visera à sensibiliser les visiteurs aux avantages économiques et sociaux de l’apprentissage des langues. Plus de 10 000 personnes sont attendues à cette foire (du 18 au 20 octobre, à l’Olympia Central), qui attire régulièrement des recruteurs pour de grandes entreprises, des PME, ainsi que des spécialistes de l’enseignement.

Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne responsable de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, participera à cette manifestation aux côtés de fonctionnaires des services de la Commission chargés de l’éducation et des langues. Le gouvernement britannique sera représenté par Mme Elizabeth Truss, députée et secrétaire d’État à l’éducation et à l’enfance.

Mme Vassiliou s’est exprimée en ces termes: «Nous nous félicitons que le Royaume-Uni encourage davantage de jeunes à étudier les langues étrangères à l’école secondaire et à l’université. Le multilinguisme apporte des avantages significatifs. Les personnes qui possèdent des compétences linguistiques trouvent plus facilement un emploi et contribuent à la compétitivité et à la réussite des entreprises. Je me réjouis également du soutien important du Royaume-Uni à notre nouveau programme de financement «Erasmus +», qui, au cours des sept prochaines années, offrira des bourses à plus de 4 millions de jeunes à travers l’Europe pour leur permettre d’aller étudier, suivre une formation ou faire du bénévolat dans un autre pays. Ce genre d’expérience internationale contribue à améliorer les compétences en langues étrangères, l’assurance et la polyvalence des participants. Erasmus + sera ouvert aux étudiants, aux apprentis et aux animateurs de jeunesse, entre autres. J’espère que nous aurons de nombreux candidats britanniques.»

Contexte

Erasmus +, le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, sera lancé en janvier 2014. Le programme devrait être adopté par le Parlement européen et le Conseil (les ministres des États membres) dans le courant de cet automne. La Commission envisage de le doter d’un budget d’environ 14,5 milliards € pour la période 2014-2020. Il sera géré par des agences nationales dans chaque État membre.

En mars 2002, les chefs d’État ou de gouvernement sont convenus que les enfants devraient apprendre au moins deux langues étrangères dès leur plus jeune âge (objectif «langue maternelle plus deux autres langues» du sommet de Barcelone), le but étant d’améliorer la maîtrise des compétences de base.

Les langues étrangères à l’école: dans la plupart des pays européens, l’enseignement d’une langue étrangère est obligatoire dès l’école primaire, et cette tendance se renforce. Plus de 60 % des élèves européens commencent à apprendre une deuxième langue étrangère à l’école secondaire inférieure, et à peu près le même pourcentage d’entre eux étudient deux langues étrangères à l’école secondaire supérieure (soit à un niveau équivalent à la fin du premier cycle d’enseignement secondaire – GCSE – au Royaume-Uni). L’enquête européenne sur les compétences linguistiques menée en 2012, dans le cadre de laquelle plus de 50 000 élèves âgés de 14 et 15 ans ont été testés à travers toute l’Europe, a révélé que la proportion d’élèves compétents dans leur première langue étrangère variait de 82 % à Malte et en Suède (où l’anglais est la première langue étrangère) à seulement 14 % en France (pour l’anglais) et 9 % en Angleterre (pour le français).

La Commission européenne a proposé un objectif européen, pour qu’au moins 50 % des jeunes européens de 15 ans soient des «utilisateurs indépendants» d’une langue étrangère et que 75 % des élèves apprennent deux langues étrangères dans le cadre de l’enseignement secondaire inférieur.

Le «baccalauréat anglais» (English Baccalaureate) est un outil destiné à mesurer les performances qui a été introduit dans les tableaux des résultats en 2010. Il indique les élèves qui ont obtenu une note égale ou supérieure à C dans un ensemble de matières – l’anglais, les mathématiques, l’histoire ou la géographie, les sciences et une autre langue – auxquelles les employeurs et les universités accordent une grande importance.

Pour en savoir plus

UCAS: les universités proposant le français ou l’allemand

UCAS: rapport sur la demande dans l'enseignement supérieur

Joint Council for Qualifications: statistiques relatives aux élèves qui ont passé les examens de fin d'études secondaires (A level)

Eurobaromètre: 98 % des citoyens de l’Union pensent qu’il est bon que leurs enfants apprennent des langues étrangères (juin 2012)

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Suivez Mme Androulla Vassiliou sur Twitter: @VassiliouEU

Contacts:

Dennis Abbott (+32 2 295 92 58); Twitter: @DennisAbbott

Dina Avraam (+32 2 295 96 67)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website