Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 11 juillet 2013

Débat sur l’avenir de l’Europe: Mme Damanaki, membre de la Commission, débat avec les citoyens en Crète (Grèce)

Alors que le débat sur l’avenir de l’Europe et les conséquences de la crise économique monte en puissance, la Commission européenne va à la rencontre des citoyens dans différentes villes européennes, afin d’entendre leurs préoccupations et leurs espoirs pour l’avenir. Le 12 juillet 2013, la commissaire Maria Damanaki sera en Crète (Grèce) pour dialoguer avec plus de 500 citoyens.

«J’attends avec impatience notre dialogue avec les citoyens en Crète. Il n’est pas si fréquent de pouvoir se parler à cœur ouvert à ce niveau. Or de telles occasions sont plus que jamais nécessaires en cette période de crise économique. Pour restaurer la confiance dans l’Union européenne, nous devons nous efforcer d’engager l’ensemble de la population dans ce dialogue, en expliquant quels sont les droits des citoyens et en débattant avec eux des voies à emprunter afin de sortir l’Europe des difficultés. L’immense potentiel de la Grèce en matière de croissance bleue est une des solutions. En tant que membre de la Commission chargée des affaires maritimes et de la pêche, j’entends débattre avec les citoyens des moyens à mettre en œuvre, tous ensemble, pour tirer le meilleur parti de nos mers et de nos zones littorales

Le débat aura lieu dans la basilique Saint-Marc, à Héraklion. La Crète n’a pas été choisie par hasard: c’est la plus grande île de Grèce et l’une des destinations les plus populaires, au niveau mondial, pour le tourisme de croisière. La Crète est également un acteur majeur de la coopération régionale en matière de politique maritime et elle dispose, avec ELKETHE, d’un institut de recherche en biologie marine parmi les plus importants de ce domaine d’activité.

La stratégie de croissance adoptée pour sortir l’Europe de la crise économique et le potentiel de la région de Crète seront au cœur du débat entre la commissaire Maria Damanaki et les citoyens. Le débat sera ouvert par M. Stavros Arnaoutakis, gouverneur de la région de Crète, et M. Giannis Kourakis, maire de la ville d’Héraklion. M. Spyros Danellis, membre grec du Parlement européen, prendra également la parole.

Le débat sera également diffusé en direct sur internet en flux continu (webstreaming) à l'adresse http://webcast.ec.europa.eu. Les citoyens de toute l’Europe pourront également y participer par Twitter (@DialogosPoliton) en utilisant le mot-clic #EUDeb8.

Contexte

Sur quoi portent les dialogues avec les citoyens?

En janvier, la Commission européenne a donné le coup d’envoi de l’Année européenne des citoyens (IP/13/2), qui est consacrée aux citoyens et à leurs droits. L’année 2013 marque le 20e anniversaire de la citoyenneté de l’Union, introduite par le traité de Maastricht en 1993, ainsi que le compte à rebours à un an des élections au Parlement européen prévues pour 2014. Tout au long de l’année, des membres de la Commission participeront à des séances de discussion ouverte avec des citoyens dans toute l’Union européenne (les «dialogues avec les citoyens»), afin de débattre avec eux de leurs attentes pour l’avenir.

La vice-présidente Reding a déjà participé à des débats à Cadix (Espagne), à Graz (Autriche), à Berlin (Allemagne), à Dublin (Irlande), à Coïmbre (Portugal), à Thessalonike (Grèce), à Bruxelles (Belgique) et à Esch-sur-Alzette (Luxembourg). Le commissaire Andor a mené un débat à Naples (Italie), la commissaire Malmström a participé aux dialogues avec les citoyens à Göteborg (Suède) et Turin (Italie), et le vice-président Tajani a rencontré les citoyens à Rome (Italie). De nombreux autres dialogues seront organisés dans toute l’Union européenne pendant l’année 2013. Ils mettront en présence des responsables politiques nationaux et locaux et des citoyens de tous les horizons. Vous pouvez suivre tous les débats à l'adresse: http://ec.europa.eu/european-debate.

De nombreux progrès ont été réalisés au cours des vingt années qui se sont écoulées depuis l’introduction de la citoyenneté de l’Union: une enquête européenne publiée cette année montre qu’aujourd’hui, 63 % des citoyens de l’Union se sentent «européens». En Grèce, ils sont seulement 46 % – bien que 63 % des Grecs affirment se sentir plus proches des citoyens des autres pays européens depuis la crise.

Dans toute l’UE, les citoyens exercent leurs droits au quotidien. Les Européens bénéficient d’une protection accrue pour leurs achats transfrontières, de frais d’itinérance réduits et d’une garantie de soins dans les autres États membres de l’UE au moyen de la carte européenne d’assurance-maladie, tout cela grâce à la législation européenne. Pourtant, ils n’ont pas toujours véritablement connaissance de ces droits. Par exemple, des sondages montrent qu’environ deux Grecs sur trois estiment ne pas être bien informés de leurs droits en tant que citoyens de l’Union européenne. Par ailleurs, plus de six Grecs sur dix déclarent souhaiter en savoir davantage sur leurs droits en tant que citoyens de l’UE.

C’est pourquoi la Commission a déclaré 2013 «Année européenne des citoyens», une année consacrée aux citoyens et à leurs droits. L’objectif est double: la moitié de l’effort consistera à expliquer – expliquer ce que signifie être un citoyen européen et quels sont les droits dont jouit une personne de par son statut de citoyen européen.

L’autre moitié consistera à écouter. Tout au long de l’année, la vice-présidente Reding et les autres commissaires se joindront aux responsables politiques nationaux et locaux pour organiser des débats avec les citoyens dans toute l’Europe et dans tous les États membres; il s’agira de débats directs avec les citoyens concernant leurs attentes, leurs impressions sur leurs droits et les progrès qu’ils attendent de l’Union au cours des dix prochaines années. Les citoyens européens doivent pouvoir exprimer leurs préoccupations et préparer le terrain pour les prochaines élections européennes.

Pourquoi la Commission fait-elle cela maintenant?

Parce qu’aujourd’hui, l’Europe est à la croisée des chemins. L’avenir de l’Europe fait l’objet d’un débat ouvert – qui est l’occasion pour une multitude d’intervenants de discuter d’une évolution vers une union politique, une fédération d’États-nations ou des États-Unis d’Europe. Les prochains mois et les prochaines années seront déterminants pour le devenir de l’Union européenne. La poursuite de l’intégration européenne doit aller de pair avec le renforcement de la légitimité démocratique de l’Union.

Depuis le discours sur l’état de l’Union prononcé par le président de la Commission, M. Barroso, en septembre dernier (DISCOURS/12/596), le débat sur l’avenir de l’Europe bat son plein. La Commission a présenté, dès le 29 novembre 2012, son projet pour une intégration économique, monétaire et budgétaire pleine et entière, et les présidents du Conseil européen, de la Commission européenne, de l’Eurogroupe et de la Banque centrale européenne ont publié un rapport conjoint le 5 décembre 2012. La Commission et les autres institutions collaborent à présent à l’élaboration d’une feuille de route pour l’Union politique. Les citoyens doivent avoir leur mot à dire dans le débat sur l’avenir de l’Union européenne, et les dialogues seront un des moyens de leur donner à la fois la parole et une plateforme de discussion.

Les citoyens européens doivent avoir la possibilité d’exprimer leurs espoirs et leurs préoccupations avant les élections de 2014 au Parlement européen et avant toute proposition de modification des traités.

Actuellement, plus de la moitié des Européens (68 %) ont le sentiment que leur opinion ne compte pas en Europe – cela doit changer.

Sur quoi ces dialogues déboucheront-ils?

Les informations qui remonteront des dialogues avec les citoyens contribueront à orienter la Commission dans la préparation de ses plans pour une future réforme de l’UE. L’un des principaux objectifs de ces dialogues est de préparer le terrain pour les élections européennes de 2014.

Le 8 mai 2013, la Commission européenne a publié son deuxième rapport sur la citoyenneté de l’Union, qui propose douze nouvelles mesures concrètes pour résoudre des problèmes auxquels les citoyens européens continuent de se heurter (IP/13/410 et MEMO/13/409). Ce rapport constitue la réponse de la Commission à une grande consultation en ligne lancée en mai 2012 (IP/12/461), ainsi qu’aux questions soulevées et aux suggestions formulées dans le cadre des dialogues menés avec les citoyens de l’UE sur leurs droits et sur leur avenir. Sur les douze mille citoyens de l’UE qui ont participé à la consultation, les Polonais ont été les plus nombreux, avec 18 % du nombre total de contributions.

Pour en savoir plus

Au sujet du dialogue: http://www.citizensdialogue.gr/

Au sujet des débats avec les citoyens sur l’avenir de l’Europe:

http://ec.europa.eu/european-debate

Au sujet de l’Année européenne des citoyens: http://europa.eu/citizens-2013/fr/home

Les Européens ont leur mot à dire - résultats de la consultation sur les droits des citoyens de l’Union: http://ec.europa.eu/justice/citizen/files/eu-citizen-brochure_fr.pdf

Contacts:

Oliver Drewes (+32 2 299 24 21)

Lone Mikkelsen (+32 2 296 05 67)

ANNEXE (Source: EB Standard 78 EL National report)

1. Selon les Grecs, l’UE est la mieux placée pour résoudre la crise économique et financière

2.

La Grèce voit les mêmes résultats positifs que le reste de l’Europe

3. Moins de la moitié des Grecs ont l’impression d’être des citoyens de l’UE

4. Moins de quatre Grecs sur dix ont l’impression d’être informés de leurs droits en tant que citoyens de l’UE

5. Les Grecs ont l’impression d’être très mal informés à propos de l’UE

Source: EB Standard 78 EL National report


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website