Navigation path

Left navigation

Additional tools

Expérience macrorégionale de l'Europe: première évaluation

European Commission - IP/13/628   01/07/2013

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 1er juillet 2013

Expérience macrorégionale de l'Europe: première évaluation

La Commission européenne a publié aujourd'hui la première étude permettant d'évaluer la réussite des deux stratégies macrorégionales de l'Union et de formuler des recommandations pour l'avenir.

Les stratégies de l'Union pour les régions du Danube et de la mer Baltique, auxquelles plus de vingt États, membres ou non de l'Union européenne, ont participé, ont instauré une forme de coopération unique, fondée sur le principe selon lequel il est préférable de relever collectivement les défis communs de régions spécifiques, qu'ils soient liés à l'environnement, à l'économie ou à la sécurité, et logique de planifier conjointement la répartition la plus efficace des fonds disponibles.

M. Johannes Hahn, commissaire européen chargé de la politique régionale, a commenté le rapport en ces termes: «L'étude publiée aujourd'hui montre la valeur manifeste de nos stratégies macrorégionales. La coopération renforcée dans le cadre de celles-ci a littéralement généré des centaines de nouveaux projets et réseaux dans les régions du Danube et de la Baltique. Le plus important est que, selon les participants, la coopération, y compris avec des pays tiers, s'est considérablement renforcée.»

«Mais, si nous voulons que cette réussite perdure, il convient d'accorder une place centrale à cette approche dans les plans stratégiques gouvernementaux et régionaux (notamment dans l'élaboration des nouveaux programmes et projets pour la prochaine période de financement) et d'y affecter des ressources suffisantes. Il est aussi nécessaire que les régions elles-mêmes fassent preuve d'une plus grande adhésion afin de mettre en place un processus décisionnel plus clair et d'accroître la visibilité.»

En ce qui concerne les nouvelles stratégies, M. Hahn a ajouté: «Les stratégies existantes apportent des enseignements utiles pour la création de possibles nouvelles macrorégions». Avant le lancement d'une nouvelle stratégie, il convient d'examiner soigneusement ses objectifs, sa valeur ajoutée potentielle et les ressources dont elle disposera. L'expérience montre qu'il est utile de se concentrer sur un nombre limité de priorités au début. Il est évident que chaque région est unique et que les nouvelles macrorégions peuvent éprouver de nouvelles approches pour renforcer la coopération.

Le rapport accorde une appréciation globalement positive aux stratégies existantes à ce jour. Il met l'accent sur la manière dont elles ont permis la création de centaines de nouveaux projets et contribué à la définition d'objectifs stratégiques communs dans des domaines d'une importance capitale pour les régions concernées. L'approche macrorégionale s'est également traduite par un grand nombre d'initiatives et de réseaux communs ainsi que par des décisions politiques prises collectivement.

Selon le rapport, la coopération entre les pays participants de l'Union européenne et les pays tiers voisins s'est considérablement renforcée et a conduit à une utilisation plus efficace des ressources disponibles.

Néanmoins, le rapport rappelle aux gouvernements la nécessité d'un engagement politique et donner la priorité à ces stratégies dans tous les domaines concernés, garantissant ainsi qu'elles s'inscrivent dans les futurs programmes des Fonds structurels et d'investissement européens, ainsi que dans d'autres cadres stratégiques régionaux, nationaux et de l'Union. Il souligne également l'importance des ressources administratives pour la réalisation de ces objectifs.

Pour ce qui est des futures stratégies macrorégionales, le rapport précise que de nouvelles initiatives ne devraient être lancées que pour répondre à des besoins particuliers d'amélioration de la coopération de haut niveau. Les participants doivent être disposés à concrétiser leur engagement politique en apportant un soutien administratif et les nouvelles stratégies devraient clairement démontrer leur valeur ajoutée spécifique pour l'ensemble de l'Union.

Contexte

La stratégie de l'Union européenne pour la région de la mer Baltique a été adoptée en 2009. La stratégie de l'Union européenne pour la région du Danube a été adoptée en juin 2011. Une stratégie pour la mer Adriatique et la mer Ionienne a été demandée.

La stratégie de l’Union européenne pour la région de la mer Baltique

La stratégie de l'Union européenne pour la mer Baltique réunit huit États membres (Suède, Danemark, Estonie, Finlande, Allemagne, Lettonie, Lituanie et Pologne) qui ont uni leurs forces pour relever des défis spécifiques dans cette région, en particulier l'état de l'environnement de la mer Baltique. La stratégie est également favorable à la coopération avec des pays voisins, notamment la Russie et la Norvège.

Quelques projets phares:

Baltic Deal: collaboration avec les agriculteurs afin de réduire les pertes de nutriments provenant des exploitations tout en maintenant la production et la compétitivité.

Trafic maritime efficace, sûr et durable (EfficienSea): faire de la région de la mer Baltique une région pilote pour la navigation électronique, en mettant en place et en testant des infrastructures et services de navigation électronique et en diffusant les bonnes pratiques.

Baltic Manure: considérer le fumier non plus comme un problème environnemental mais comme une occasion d'innover pour les entreprises. Ce projet permet de produire de l'énergie renouvelable et des engrais biologiques.

BSR Stars: ce projet vise à stimuler la compétitivité et la croissance régionales en établissant des liens transnationaux en matière de recherche et d'innovation; notamment en relevant des défis communs dans des domaines tels que la santé, l'énergie et le transport durable.

La stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube

La stratégie de l'Union européenne pour la région du Danube concerne neuf États membres (Allemagne, Autriche, Hongrie, République tchèque, République slovaque, Slovénie, Bulgarie, Roumanie et Croatie) et cinq pays tiers (Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Ukraine et Moldavie).

Ces projets comprennent:

l'approche coopérative qui a permis d'achever le pont Vidin-Calafat entre la Bulgarie et la Roumanie, un lien vital sur une route prioritaire essentielle pour le réseau transeuropéen de transport (RTE-T). Ce pont n'est que le deuxième à être construit sur la section du fleuve de 630 km qui longe la frontière.

Le projet Danube Shipwreck Removal vise à enlever les épaves qui se trouvent dans le Danube, la Save et la Tisza en Serbie, en Roumanie et en Bulgarie, améliorant ainsi la navigation et les conditions écologiques.

Le «Danube Region Business Forum» (forum des entreprises de la région du Danube) constitue une plateforme importante pour la mise en réseau de plus de 300 PME. Il facilite les rendez-vous d'affaires et soutient les liens avec des sources de connaissances telles que les instituts de recherche et les universités.

Les travaux préparatoires à la création d'un fonds pour la recherche et l'innovation dans la région du Danube mettant en commun des fonds nationaux et régionaux ont commencé, sur la base de l'expérience du programme commun de recherche et de développement sur la mer Baltique (BONUS).

Le projet Danube Floodrisk encourage les méthodes de coopération avec 19 établissements situés dans huit pays de la région du Danube, qui partagent des bases de données et la cartographie des inondations. Des travaux complémentaires dans ce domaine sont effectués dans le cadre du système européen de sensibilisation aux inondations.

Nouvelles stratégies

À la demande du Conseil européen, la Commission présentera une nouvelle stratégie pour la mer Adriatique et la mer Ionienne avant la fin 20141. Huit pays y participeront, dont quatre États membres de l'Union (Grèce, Italie, Slovénie et Croatie) et quatre pays tiers (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Serbie).

Au cours de ces deux dernières années, diverses discussions ont eu lieu, incluant une récente résolution du Parlement européen sur la faisabilité d'une stratégie macrorégionale dans les Alpes.

Pour de plus amples informations

Stratégie de l'Union européenne pour la région de la mer Baltique

www.balticsea-region-strategy.eu

Stratégie de l’Union européenne pour la région du Danube

http://www.danube-region.eu/

Contacts:

Shirin Wheeler (+32 22966565)

Annemarie Huber (+32 22993310)

1 :

Conclusions du Conseil européen des 12 et 13 décembre 2012 (sous réserve de l'évaluation du concept de stratégies macrorégionales tel que prévu dans les conclusions du Conseil du 13 avril 2011).


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website