Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 28 juin 2013

La Commission européenne se félicite de la décision sur le gazoduc qui ouvre une liaison directe avec la mer Caspienne

La Commission européenne a salué le choix final, arrêté aujourd'hui, du gazoduc de livraison du gaz azéri vers l’Europe. Le consortium du gisement de gaz de Shah Deniz II, qui détient la licence d'exploitation des réserves de gaz, qui représentent un volume de 16 milliards de m³/an, a retenu le gazoduc transadriatique (TAP) pour acheminer le gaz de la frontière turque à l'Italie, en passant par la Grèce et l’Albanie. Avec la construction du nouveau gazoduc TANAP en Turquie, une nouvelle infrastructure gazière reliera directement la mer Caspienne à l’Europe.

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a déclaré à ce sujet: «Je me félicite de la décision prise aujourd’hui par le consortium de Shah Deniz II en faveur du gazoduc transadriatique (TAP) comme itinéraire européen du corridor gazier sud-européen. Il s’agit d’un succès conjoint pour l’Europe et d'une étape importante dans le renforcement de la sécurité énergétique de l’Union. Je suis persuadé que la décision prise aujourd’hui, qui s’appuie sur la déclaration stratégique conjointe que j'ai signée en janvier 2011 avec M. Aliev, président de l'Azerbaïdjan, donnera un nouvel élan à la mise en place complète et rapide de l’ensemble du corridor gazier sud-européen, en tant que lien direct et spécifique entre la mer Caspienne et l’Union européenne, qui devrait être étendu au fil du temps.»

S'exprimant à ce sujet, M. Günther H. Oettinger, membre de la Commission chargé de l'énergie, a déclaré: «L’Azerbaïdjan s'est fermement engagé à livrer du gaz directement à l'Europe au moyen d’un nouveau réseau d'acheminement spécifique. Que le système soit constitué de deux gazoducs — TANAP et TAP — ou d'un seul, comme prévu par de précédents projets, cela ne fait aucune différence en termes de sécurité énergétique. Nous avons désormais un nouveau partenaire pour le gaz, et je suis convaincu que nous recevrons des volumes plus importants à l'avenir.»

Depuis la crise du gaz en 2009, l’Union européenne a cherché à diversifier son approvisionnement en gaz. Une des stratégies a été d’ouvrir le «corridor gazier sud-européen» pour relier directement et physiquement le marché du gaz de l’UE aux plus grandes réserves mondiales de gaz du bassin de la mer Caspienne et du Moyen-Orient.

En principe, le gaz de la mer Caspienne pourrait être livré à l’UE à la fois à Baumgarten/Vienne (Nabucco Ouest) ou en Italie (TAP). Indépendamment de l'itinéraire proprement dit, la Commission européenne a toujours souligné que l’une ou l’autre solution de transport devait permettre l’acheminement du gaz de la mer Caspienne vers d’autres parties de l’Europe. En outre, l’UE avait instamment demandé la construction d’un nouveau gazoduc hors de son territoire, qui serait modulable pour permettre l'augmentation future des volumes de gaz livrés, ainsi qu’un cadre juridique clair et transparent pour le transport du gaz vers l’Europe.

L’ouverture du corridor sud-européen, ainsi que les travaux en cours, soutenus par l’UE, visant à construire les interconnecteurs manquants dans l’UE, permettront d’acheminer le gaz de la mer Caspienne vers plusieurs pays européens, notamment en Europe du sud-est.

L’UE poursuit ses négociations avec les fournisseurs de gaz potentiels dans la région élargie, en vue d'augmenter le volume des livraisons.

D'après les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie, la demande de gaz dans l’UE devrait passer d'un volume actuel de 526 milliards de mètres cubes à un volume de 622 milliards de mètres cubes d’ici à 2030. En outre, la feuille de route de l'UE sur l’énergie à l’horizon 2050 prévoit une augmentation des importations de gaz, notamment due à une baisse de la production intérieure. Cette demande accrue devra être couverte par de nouveaux fournisseurs de gaz.

TAP: Les actionnaires du projet de gazoduc transadriatique sont les sociétés  Axpo (Suisse) (42,5 %), Statoil (Norvège) (42,5 %) et E.ON (Allemagne) (15 %).

TANAP: Le gazoduc transanatolien avait déjà été choisi en juin 2012. Ses actionnaires sont: BOTAS et TPAO (Turquie) (20 %), Socar (Azerbaïdjan) (80 %).

Contacts:

P. Ahrenkilde Hansen (+32 2 295 30 70)

Marlene Holzner (+32 2 296 01 96)

Nicole Bockstaller (+32 2 295 25 89)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website