Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne

Communiqué de presse

Bruxelles, le 28 janvier 2013

Affûtons nos instruments contre l'extrémisme violent

De quels moyens l'Europe dispose-t-elle pour prévenir l'extrémisme violent? Pour tenter de répondre à cette question, une conférence à haut niveau est organisée à Bruxelles le 29 janvier 2013. Elle se fondera sur les travaux des experts et praticiens du réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (RAN) inauguré en 2011 par Cecilia Malmström, membre de la Commission européenne chargée des affaires intérieures. Au nombre des mesures proposées figurent la formation des polices locales à la détection des signes de radicalisation vers l'extrémisme violent et la mise en place de programmes de déradicalisation ou de sortie pour les membres de groupes extrémistes. En réunissant autour d'une même table des acteurs de terrain, des ministres, des représentants du monde universitaire et des autorités locales, la conférence vise à franchir un nouveau palier dans la lutte contre l'extrémisme dans l'Union.

«L'extrémisme violent est l'une des plus grandes menaces qui pèsent sur la sécurité des Européens. Il constitue une source de préoccupation sans cesse grandissante pour la sûreté intérieure. La menace terroriste évolue, les groupes organisés faisant place à des individus qu'il est plus malaisé de repérer et dont les actes sont plus difficiles à prévoir. Les professionnels directement concernés ont beaucoup à nous apprendre, et leurs recommandations offrent des outils importants et des propositions concrètes aux décideurs pour contrecarrer l'extrémisme», a déclaré Cecilia Malmström.

«Nous ne vaincrons pas l'extrémisme violent si nous éludons la propagande populiste et démagogique qui constitue le terreau idéologique de la violence en Europe», a-t-elle ajouté. «Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale les forces extrémistes et populistes n'ont eu autant d'influence sur les parlements nationaux. Il faut que les dirigeants européens soient plus nombreux à se dresser contre la montée de l'extrémisme. Nous devons avoir le courage de faire front pour protéger nos valeurs européennes communes».

Les personnes les mieux placées pour livrer bataille à l'extrémisme violent sont celles qui se trouvent directement en contact avec les individus ou les groupes vulnérables. Dans toute l'Europe, des travailleurs de terrain, des chercheurs, des enseignants et des dirigeants s'efforcent de trouver et d'aider les individus qui risquent de se radicaliser et de commettre des actes violents. À l'occasion de la conférence à haut niveau, ces acteurs de proximité uniront leurs forces à celles des ministres de l'intérieur ou de la justice de la Belgique, de Chypre, de la France, de l'Irlande, de l'Italie, de la Lettonie, de la Norvège et de la Suède, ainsi qu'à celles de représentants d'une série d'autres pays.

Le réseau européen de sensibilisation à la radicalisation rassemble les experts et praticiens les plus éminents dans ce domaine, répartis en 8 groupes de travail: police et forces de l'ordre, voix des victimes du terrorisme, internet et médias sociaux, prévention, déradicalisation, prisons et contrôle judiciaire, santé, dimensions intérieure et extérieure. Les groupes de travail ont élaboré 15 recommandations dans trois grands domaines: expérience et enseignements acquis par les acteurs locaux en matière de prévention de l'extrémisme violent; rôle des diasporas dans la prévention de l'extrémisme violent; communication et messages réactifs sur l'internet.

Le document de réflexion, qui contient 15 propositions d'actions concrètes sur le terrain, ainsi que les documents de travail des groupes peuvent être consultés en ligne.

D'autres propositions qui doivent être examinées lors de la conférence prévoient d'aider les victimes du terrorisme à partager leur expérience pour en faire un outil de prévention, de faire appel à d'anciens extrémistes pour déconstruire le discours de l'extrémisme violent et de recourir à des entreprises de relations publiques et à l'industrie cinématographique pour élaborer des discours anti-extrémistes et favoriser la diffusion en ligne de messages efficaces proposant d'autres voies.

Contexte

Le terrorisme sous toutes ses formes reste un défi majeur pour la sécurité intérieure de l'Union européenne. La prévention et la lutte contre la radicalisation comptent parmi les objectifs clés de la communication sur la stratégie de sécurité intérieure adoptée en 2010 (IP/10/1535 et MEMO/10/598).

Consciente que, pour combattre efficacement la radicalisation, il faut côtoyer au plus près les individus vulnérables dans les communautés les plus touchées, la Commission a lancé en septembre 2011 le réseau européen de sensibilisation à la radicalisation (IP/11/1011).

Ce réseau soutient les professionnels locaux qui se trouvent en première ligne pour combattre l'extrémisme violent dans toute l'UE et il facilite l'échange d'expériences et de bonnes pratiques entre eux.

Accueil des médias

La conférence à haut niveau aura lieu le 29 janvier à Bruxelles, au Palais d'Egmont. Certains experts se chargeront des contacts avec les médias et pourront accorder des entretiens.

Pour assister à la conférence, une inscription préalable est indispensable. L'inscription se fait par courrier électronique adressé à Tove Ernst.

La documentation audiovisuelle de la conférence sera disponible sur le site: http://ec.europa.eu/avservices/

Liens utiles

Contacts:

Michele Cercone (+32 2 298 09 63)

Tove Ernst (+32 2 298 67 64)


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website